FILE PHOTO: Valves and pipelines are pictured at the Gaz-System gas distribution station in Gustorzyn, central Poland, September 12, 2014. REUTERS/Wojciech Kardas/Agencja Gazeta ATTENTION EDITORS - POLAND OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN POLAND. THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY. IT IS DISTRIBUTED, EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS/File Photo

La Russie arrête les livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie

Moscou reproche à Varsovie et Sofia de ne pas payer le gaz en roubles. Une mesure de riposte imposée par le Kremlin face aux sanctions européennes annoncées peu après le début de l’invasion de l’Ukraine.

Le groupe russe Gazprom va suspendre à partir de mercredi 27 avril ses livraisons de gaz vers la Bulgarie et la Pologne, ont annoncé mardi soir ces deux pays qui disent s’y être préparés. « Le 26 avril 2022, Gazprom a informé [le gazier polonais] PGNiG de son intention de suspendre complètement les livraisons dans le cadre du contrat Yamal […] le 27 avril », a indiqué l’entreprise polonaise dans un communiqué.

« Aujourd’hui [mardi], Bulgargas EAD a reçu la notification que les livraisons de Gazprom Export seront suspendues à partir du 27 avril 2022 », a également affirmé un peu plus tard le ministère bulgare de l’Economie, alors que ce pays des Balkans est dépendant à plus de 90 % du gaz russe.

Pas de pénurie de gaz

Ces deux membres de l’Otan et de l’Union européenne (UE) se disent toutefois préparés à obtenir le gaz manquant par d’autres sources. « Il n’y aura pas de pénurie de gaz dans les foyers polonais », a écrit sur Twitter la ministre polonaise du Climat, Anna Moskwa. « Depuis le premier jour de la guerre, nous avons déclaré que nous étions prêts à une indépendance totale vis-à-vis des matières premières russes », a-t-elle ajouté.

La guerre en Ukraine peut-elle accélérer la transition énergétique européenne ?
« Des actions pour trouver des arrangements alternatifs pour la fourniture de gaz naturel et faire face à la situation » ont été entreprises, a souligné pour sa part le gouvernement bulgare dans un communiqué, assurant ne prévoir « à l’heure actuelle » aucune mesure de restriction de la consommation.

Les nouvelles règles de paiement en cause

Après l’introduction de sanctions contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine, le Kremlin avait averti les pays de l’UE que leur approvisionnement en gaz serait interrompu s’ils ne payaient pas en roubles depuis des comptes russes.

Moscou a précisé cependant que le prix du gaz restait libellé dans la devise des contrats en cours, soit le plus souvent en euros ou en dollars, et que les clients devraient effectuer une simple opération de change en Russie.

« La partie bulgare s’est pleinement acquittée de ses obligations et a effectué tous les paiements requis dans le cadre du contrat en temps voulu », a réagi le gouvernement. Et de dénoncer « la nouvelle procédure de paiement en deux étapes proposée par la partie russe ».

« Elle n’est pas conforme au contrat existant jusqu’à la fin de cette année et présente des risques importants pour la partie bulgare, notamment celui d’effectuer des paiements sans recevoir aucune livraison de gaz de la partie russe », a-t-il ajouté.

Par L’Obs avec AFP
Station de compression du gazoduc Yamal à Wloclawek (Pologne), le 19 février 2022. (OMAR MARQUES / Getty Images via AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.