Erevan: comment Macron va rendre hommage à Aznavour

1
172
YEREVAN, ARMENIA - OCTOBER 5, 2018: People light candles and bring flowers at Charles Aznavour Square in Yerevan to pay tribute to French crooner of Armenian descent, Charles Aznavour, who died 1 October 2018 aged 94; the Armenian authorities have declared 6 October 2018 a day of national morning. Melik Baghdasaryan/Photolure/TASS

Hommage au chanteur d’origine arménienne sur la place Charles-Aznavour, le 5 octobre Erevan.Tass/ABACA/Tass/ABACA

Il y a encore moins de deux semaines, Charles Aznavour était censé accompagner Emmanuel Macron en Arménie pour le Sommet de la Francophonie.

Mais depuis la mort du chanteur légendaire, ambassadeur de l’Arménie et de la langue française autour du monde pendant des décennies, le voyage présidentiel revêt une nouvelle dimension. La mémoire de l’enfant du pays sera célébrée pendant deux jours.

“Son absence fera un vide immense”, déplorait Emmanuel Macron dans son hommage national délivré aux Invalides, saluant celui qui a longtemps œuvré pour le rayonnement de la langue française.

À Erevan ces jeudi 11 et vendredi 12 octobre, le président de la République aura cette fois-ci l’occasion de rendre un dernier hommage ô combien symbolique au chanteur franco-arménien sur sa terre de cœur.

À Erevan, qui a résonné des chansons de Charles Aznavour depuis le décès à 94 ans de celui qui était souvent qualifié de “fils du peuple” arménien, tout le monde, des serveurs des cafés aux vendeurs des magasins, semble s’être mis au français.

“Ce sera l’occasion pour le peuple francophone, les artistes, les créateurs de lui rendre un très grand hommage”, précise-t-on du côté de l’Élysée.

La “maison Charles Aznavour”

Quelques heures après son arrivée le chef de l’État se recueillera, ce jeudi 11 octobre, au mémorial dédié aux victimes du génocide arménien de 1915-16. Il se rendra ensuite à la “maison Charles Aznavour” située sur les hauteurs de la capitale arménienne.

Après la visite de ce centre culturel entièrement dédié au chanteur – qui comprend un musée, des salles de concert et d’exposition et une résidence – le président de la République déjeunera en compagnie du fils du chanteur, Nicolas, très impliqué dans la Fondation créée par son père.

“Le président de la République sera accompagné de plusieurs proches de Charles Aznavour”, précise l’Élysée.

Ainsi, la chanteuse Zaz avec qui il avait collaboré en 2014 sera du voyage, tout comme le musicien d’origine arménienne André Manoukian, également proche du chanteur. Toutefois, le palais présidentiel ne précise pas si ce dernier prendra part ou non, au concert public organisé jeudi soir sur la principale place d’Erevan pour l’ouverture du XVIIe Sommet de la Francophonie.

Zaz, Serge Lama, Erik Berchot…

Un concert qui prendra, évidemment, des accents de grand hommage à Charles Aznavour. Serge Lama, un intime du chanteur saluera sa mémoire sur scène, “en accord avec la famille”, précise l’Élysée. Le poète sera également célébré par plusieurs artistes arméniens et internationaux comme Zaz, Angélique Kidjo ou le pianiste du chanteur Erik Berchot.

Quelques heures plus tôt, Emmanuel Macron aura participé à l’ouverture de ce XVIIe sommet de la francophonie, qui doit réunir une cinquantaine de dirigeants dont le Canadien Justin Trudeau, le Belge Charles Michel ou les présidents sénégalais, tchadien et libanais.

L’enjeu principal de ce sommet est l’élection, vendredi matin, du nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, un poste pour lequel sont en concurrence deux femmes: la sortante Canadienne Michaëlle Jean et la Rwandaise Louise Mushikiwabo, donnée favorite car elle est soutenue par l’Union africaine et la France. “Nous la soutenons parce que c’est la candidate de l’Afrique” explique l’Élysée, insistant sur l’importance de voir une dirigeante du continent prendre la tête de l’organisation.

Le HuffPost

1 COMMENT

  1. Gasp ! Ah, Seigneur, comme une offense, nous aurions dû le leur retourner, leur 1er prix d’Eurovision et du même coup continuer de garder vigilance pour le pays, alors que cette meute francophone ignore, pire, nous boycotte pour la francophonie…
    Nous n’y apparaissons même pas !
    Ils ne voient point 2 millions qui manient mieux le français que l’hébreu, sur la terre consacrée, et nous abominent jusqu’à se livrer à leurs envahisseurs, pourvus que nous perissions !
    Mais que leur avons-nous fait, qu’ils se consument pour notre fin ? Est-ce là le baiser d’Essav, quand sa route divergea vers Seïr, et que Yaaqov rejoignit son père, avec ses biens acquis chez son oncle araméen ?
    Jusqu’à quand paierons-nous ce droit d’ainesse, et à quel prix ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.