Du nouveau au Tombeau des rois à Jérusalem!

8
1193

Nouveauté au Tombeau des rois à Jérusalem

Macron avait reçu le président israélien Rivlin et parmi les sujets d’importance internationale abordés, il évoqua le Tombeau des rois à Jérusalem, lieu dont la propriété est revenue à la France grâce à de curieuses manipulations mais qu’il n’était pas possible de visiter, même le jour du patrimoine !

Le Tombeau des rois vient de rouvrir mais dans quelles conditions (suivez le fil roman policier) et ne vous y précipitez pas, ce n’est pas si simple d’y pénétrer.

La France possède quatre lieux saints à Jérusalem.

L’église Sainte Anne fondée par les croisés, convertie en mosquée après leur défaite devant Saladin (1187) fut offerte par le sultan Abdülmecid 1er en 1856 à Napoléon III qui en confia la garde aux Pères Blancs.

Le monastère bénédictin d’Abu Gosh, une ancienne commanderie croisée que l’Empire ottoman donna aussi à la France (1873) ; les moines bénédictins y ont construit un monastère où, depuis 1976, moines et moniales, vivant en deux communautés séparées, se retrouvent pour les offices.

Le monastère de l’Eléona sur le mont des Oliviers, plus ancien et à l’histoire donc plus mouvementée. A l’église construite par Hélène, mère de l’empereur romain Constantin converti au christianisme, fut ajouté, en 430, un couvent sur la grotte[1] où Jésus aurait enseigné le Notre père qui reprend de larges parts du Kaddish et des Shmonéésrées judaïques. L’ensemble incendié par les Perses en 614 est reconstruit, mais les envahisseurs arabes d’Omar le rasent en 638. En 807, Charlemagne obtenant de Harun al Rachid la protection des lieux saints chrétiens, des bénédictins relèvent l’Eléona, mais en 1009 le calife al-Hakim le détruit. Les croisés fondent un oratoire au milieu de ses vestiges vers 1102 et l’église est rebâtie en 1152 par l’évêque danois de Viborg. En 1345, sous les Mamelouk, elle tombe en ruine… Au XIXème siècle, le patriarche latin de Jérusalem se lamente, Héloïse de la Tour d’Auvergne achète les six hectares de terrain, bâtit en 1868 un cloître puis en 1872 un Carmel et y conduit des fouilles[2]. Elle offre le monastère à la France deux ans plus tard.

Il s’agit là de propriétés héritées du passé chrétien qui ne serait pas un héritage de la culture française comme chacun sait ; l’une fut impériale romaine, les deux autres des bâtisses des colonisateurs francs selon la terminologie actuelle. Cependant, c’est dans l’église Sainte Anne que tous les 14 juillet est célébrée une messe consulaire… Le consul de France, obligatoirement catholique (vive la laïcité) n’omet jamais d’y inviter le gouvernement de l’Autorité Palestinienne, on ne trouve pas trace sur le site du consulat d’invité officiel israélien.

Visite de Guillaume II au Tombeau des Rois en 1898 (photo Library of Congres)

Reste le quatrième lieu saint dont l’histoire est passionnante et romanesque, le Tombeau des rois… les rois qui y reposent sont des Kurdes juifs.

Il s’agit du tombeau, taillé dans le roc, de la reine Hélène d’Adiabène et de son fils Izatès II[3]. Hélène s’était convertie au judaïsme vers l’an 30 et a vécu à Jérusalem où elle fit preuve d’une grande philanthropie[4]. Son fils aussi s’était converti au judaïsme, indépendamment de sa mère dont le palais, incendié par les Romains lors de la prise de Jérusalem en 70, a été mis au jour en 2007 juste au sud du mont du Temple, dans ce qui avait été l’Akra. Izatès fit part publiquement de sa conversion en montant sur le trône kurde et fut suivi par de nombreux nobles.

Flavius Josèphe décrit le bâtiment funéraire, ses dimensions, son enceinte de 28 m de haut, ses trois pyramides (disparues), son escalier monumental et surtout sa porte : une pierre ronde roulante ; d’autres après lui le décrivent, tel Pausanias, le géographe grec (115-180) qui insiste sur la porte qui ne s’ouvrait qu’une seule fois par an, tel un automate et en fait l’une des merveilles du monde.

Auraient aussi été ensevelis là, Nicodème Ben Gourion, richissime philanthrope et son ami KalbaSavoua, le riche beau-père de Rabbi Akiva, qui vécurent à l’époque de la destruction du second Temple. C’est la raison pour laquelle depuis des temps immémoriaux les Juifs y venaient en pèlerinage pour le lagbaomer.

Lorsqu’en 1806, Chateaubriand visita les lieux, à huit cent mètres au nord de la muraille de la Jérusalem d’alors qui se limitait à la cité ceinte des murailles de Soliman, on lui affirma qu’il s’agissait, de longue mémoire, du  tombeau des rois David, Salomon et leurs descendants… des légendes circulent dont celle d’un trésor caché qui a appâté le cupide gouverneur ottoman de Jérusalem, il a gravement endommagé le site (1847). Dans cette cité vivaient plus de Juifs que de chrétiens et musulmans réunis (recensement ottoman de 1844).

Chateaubriand, incrédule face à l’affirmation, lut Josèphe et Pausanias et rétablit les faits. Pourtant, quelques années plus tard, en 1851, de Saulcy, un artilleur français devenu archéologue et numismate, proche de Napoléon III, visite le site et se laisse convaincre qu’il s’agit du mausolée des rois de Judée. A l’époque, l’Orientalisme est à la mode en Europe. Pour les voyageurs l’état misérable du pays a un charme exotique, il pimente le voyage. C’est l’ère des consuls européens à Jérusalem. Notre artilleur avait fêté un réveillon remarquable avec Paul-Emile Botta[5] alors consul de France, avant sa visite du site.

Il rapporte au Louvre des fragments de sarcophage et communique sa conviction à l’Académie des Inscriptions et Belles lettres ; une guerre de dix ans entre archéologues débute. De Saulcy retourne en Orient, il obtient en 1863 l’autorisation officielle de mener les premières fouilles archéologiques en Terre Sainte. Le sultan ne saurait rien refuser à un allié de la guerre de Crimée (1853-1856) qui est aussi une conséquence du conflit entre catholiques français et orthodoxes russes pour la protection des lieux saints, notamment à Jérusalem. Lors de ses fouilles, de Saulcy découvrit une chambre funéraire secrète abritant un sarcophage royal dont le contenu tombe immédiatement en poussière ! Pour les savants le nom gravé est celui d’Hélène d’Adiabène, ce que le fouilleur refuse d’admettre. Il pense contre tous qu’il s’agit de l’épouse du roi Sédécias et qu’il est à deux doigts de découvrir la sépulture des rois bibliques.

Intérieur du Tombeau des rois (photo Library of Congres)

Les fouilles provoquent, évidemment, des inquiétudes parmi les Juifs de Jérusalem pour lesquels c’est une profanation. Les Turcs ordonnent l’arrêt des fouilles mais lorsque le courrier califal arrive à Jaffa, il voit les sarcophages prendre la mer pour le Louvre[6]. Shmuel Salant, le grand rabbin de Jérusalem, demande à Lazare Isidor, grand rabbin de France, d’exiger du gouvernement français la fin des profanations et rapatrie les ossements restants près du tombeau de Shimon Hatsadik. Le site fut fermé.

Lazare Isidor convainc Bertha Pereire, riche philanthrope de se porter acquéreur du mausolée. La loi ottomane interdisant à un Juif d’acheter des terres, elle se tourne vers Salvatore Patrimonio, consul de France à Jérusalem, qui achète pour elle le terrain du tombeau pour 30.000 francs.

En 1874 elle fait don de son acquisition au Consistoire Central de France : « Je, soussigné Bertha Amélie Bertrand Pereire, déclare qu’en faisant l’acquisition des terrains sur lesquels se trouve le tombeau dit « Tombeau des rois », à Jérusalem, je n’ai d’autre but que la conservation de cet antique et vénérable monument… c’est en souvenir de mes ancêtres que je veux préserver de toute profanation le Tombeau des rois… »

Pourtant après son décès et celui de ses deux fils, Emile et Ernest, curieusement, son petit-fils Henry Pereire offre à la France le Tombeau des rois. La France profite aussi d’une lacune du consul Patrimonio qui avait omis les démarches de transmission des titres de propriété à Bertha Pereire…

Dans le contrat signé le 20 janvier 1886 par Henry une clause précise que « le gouvernement français s’engage à n’effectuer, dans l’avenir, aucun changement dans la destination actuelle de ce monument ». En réalité, la loi ottomane ne connaissant pas la personne morale, le site fut attribué directement au consul de France à Jérusalem en 1886, Charles Ledoulx, qui fit apposer la plaque de cuivre gravée de « Tombeau des rois de Juda »… Les frères Pereire, eux, avaient apposé une plaque dédiant les lieux « à la science et à la vénération des fidèles enfants d’Israël ».

L’agitation avait cessé et des Juifs hiérosolomytains prennent coutume de venir y prier pour Pessah et Hanouccah ; là étaient ensevelis trois Saints chers aux Juifs. Les visites étaient payantes et nécessitaient une autorisation écrite du consulat…

En 1948, Israël naissant perd la partie orientale de Jérusalem où les Juifs, qui représentent depuis des siècles une large majorité de la population, sont expulsés par la Transjordanie. En annexant les parties de la Samarie et de la Judée avec la partie Est de Jérusalem, elle les renomme Cisjordanie et devient la Jordanie. Le « lieu dédié à la science et la vénération des enfants d’Israël et sous la garde de la France » est, de fait, interdit aux Juifs. Plus personne ne visite le Tombeau des rois.

Avec la guerre des Six jours, Israël reprend le contrôle total de la ville,  les visites reprennent malgré les menaces sécuritaires dans ce quartier. Pour y accéder il faut toujours demander une autorisation préalable au consulat et payer.

Le Tombeau des rois a rouvert au public sous certaines conditions (photo Consulat général de Jérusalem)

En 1997, le consul de France Stanislas de Laboulaye y accueille une association culturelle palestinienne, Yabous[7] pour un festival de musique… Quoi de mieux qu’un concert palestino-français pour protéger un lieu saint juif de toute profanation ? La France de 1886 en prenant possession du mausolée monolithe ne s’étaient-elle pas engagée par contrat « à n’effectuer, dans l’avenir, aucun changement dans la destination actuelle de ce monument ? » Elle récidive les années suivantes dans cette mise à disposition gracieuse du site à Yabous pendant que le reste de l’année l’accès y est quasi interdit sauf parcimonieuses autorisations écrites du consulat…

Les Juifs et les Kurdes ne sont-ils pas les deux peuples que la France trahit le mieux ? Alors, une reine kurde et juive… La tension monte. Le temps est supposé apaiser les passions, le site est fermé en 2010 à l’allégation de travaux de rénovation. Dix ans de travaux !

Le Consistoire central de France continue de s’agacer, « pas question qu’un lieu sous souveraineté française soit interdit aux Juifs. Il faut respecter la volonté de ceux qui l’ont acquis » tonne son président qui avait qualifié le concert de prestation « inadmissible dans un lieu saint ». Et Berkovitch (représentant du Consistoire en charge du dossier) de s’interroger : « pourquoi des sites chrétiens qui font aussi partie des territoires français de Jérusalem sont-ils gérés par des chrétiens et un site juif comme le tombeau des Rois ne peut-il être géré par des Juifs ? »

Les Antiquités israéliennes tempèrent : « notre devoir est de faire en sorte que personne n’abîme ce lieu. Nous demandons à la France d’ouvrir le site au plus vite, mais en y introduisant évidemment des limites » dit Yuval Baruch[8] qui veut garder au site son caractère historique plutôt que de le voir saint : « quand cela se produit, l’archéologie est toujours perdante. »

La France s’inquiète de ce que le site est sur la Jérusalem orientale oubliant que le plan de partage accompagnant la résolution 181 de l’ONU n’avait pas force de loi et fut refusé par les Arabes et que parler de Jérusalem palestinienne c’est faire fi de sa position traditionnelle de ville internationale… La géométrie variable.

C’est dans ce contexte que, semble-il, Macron aurait demandé, lors de leur rencontre l’Elysée, au président Rivlin, la souveraineté française sur le site ! Ce qui signifierait, selon sa propre rhétorique, une colonie française sur un territoire palestinien, alors qu’il ne cesse de condamner les implantations israéliennes. Peut-être ce généreux donateur ne veut toujours pas payer les impôts locaux. Peut-être pense-t-il que ce doit être un geste d’amitié à l’égard d’Israël et des Juifs. Comme lorsqu’il laisse voter toutes les déclarations anti-israéliennes les plus absurdes et laisse autoriser tous les défilés haineux contre Israël appelant au boycott (officiellement illégal en France). Comme lorsqu’il dit vouloir lutter contre l’antisémitisme et le répète à l’envi mais ne fait rien, sinon pleurer les victimes et les actes anti-juifs qui se multiplient.

Le site vient de rouvrir, on est curieux de voir la magnificence des résultats de dix ans de travaux. On doit toujours, pour le visiter, demander une autorisation écrite du consulat et s’acquitter d’une obole.

La surprise, la cerise sur le gâteau, est que, au consulat de France où on n’est pas à une réécriture près de l’histoire, l’annonce officielle de réouverture dans sa traduction arabe (l’annonce est en français et en arabe, pas en hébreu) évoquerait un tombeau des sultans ! Bien sûr, ce serait une félonie de volonté délibérée. Pour la culture générale des diplomates français la traduction de roi en arabe n’est pas sultan d’une part et d’autre part la datation de ce tombeau précède de onze siècles la nomination du premier sultan[9]

Richard Rossin

Ancien secrétaire général de MSF, cofondateur de MdM, ancien vice-président de l’académie européenne de géopolitique.


Notes

[1]Redécouverte en 1911

[2]Avec l’aide de Clermont-Ganneau, drogman (traducteur)  du consulat de France auquel le Louvre doit la stèle de Mesha, roi moabite (IXème siècle avant) qui y relate sa révolte contre le roi Joram (fils d’Achab) qui régnait sur Israël. Clermont-Ganneau découvrit aussi en 1871, l’inscription du Soreg, inscription sur la balustrade du Temple d’Hérode à Jérusalem qui avertissait les étrangers de ne pas pénétrer dans l’enceinte du Sanctuaire. Il ne put l’acquérir pour le Louve, elle est aujourd’hui au musée archéologique d’Istanbul.

[3] Il y a 31 sépultures. C’est le roi Monobaze II qui y fit inhumer sa mère et son frère.

[4] Elle fit de nombreux dons au Temple et fit face à une famine à Jérusalem en envoyant des bateaux à Alexandrie et à Chypre pour ravitailler la population en céréales et figues séchées.

[5]Archéologue célèbre pour avoir découvert à Khorsabad, sur les rives du Tigre, un angle du palais de Sargon II qu’il croyait être des ruines de Ninive.

[6] Où ils sont toujours dans les caves…

[7]Prétendu nom de la cité jébuséenne un kilomètre plus au sud.

[8]Archéologue en chef à Jérusalem.

[9]Titre de souverain musulman donné à partir des Seldjoukides (XIsiècle) par le calife à ceux auxquels il déléguait le pouvoir effectif.


Pour citer cet article

Richard Rossin, « Nouveauté au Tombeau des rois à Jérusalem », Le CAPE de Jérusalem, publié le 17 novembre 2019: http://jcpa-lecape.org/nouveaute-au-tombeau-des-rois-a-jerusalem/

NB : Sauf mention, toutes nos illustrations sont libres de droit.

Illustration de couverture : Le Tombeau des Rois en 1895 (Library of Congres)

8 COMMENTS

  1. Israël n’a qu’à récupérer le tombeau des rois, y en a marre nous les juifs de toujours se faire déposséder, Déjà avec les Arabes le tombeau de Rachel et de Joseph ,Israël n’a qu’à tout récupérer, même les églises orthodoxes ,catholiques,protestantes tout ça c’est sur la terre d’Israël ils n’ont qu’à payer un loyer Et se la fermer !!!

  2. Je repose la question car je comprends de plus en plus mal notre attitude à l’égard d’un pays qui ne cesse de se comporter comme le pire ennemi à notre égard : pourquoi Israël persiste t-il à fournir à la france de précieux renseignements qui permettent à ce pays maudit de déjouer des attentats arabo-musulmans sur son sol ? Pourquoi ne pas rendre la monnaie de sa pièce à ce pays qui soutient et privilégie ceux qui ne souhaitent que notre destruction ? Nous ne lui devons rien, même pas la moindre fidélité en amitié.

  3. Bonjour,
    Je voudrai juste apporter quelques indications très importantes pour rétablir la vérité sur une partie de votre article au sujet de Berthe et de ses héritiers. J’ai reconstitué l’arbre généalogique de Berthe Amélie Bertrand née Lévi, j’ai rencontré la petite-fille de son petit-fils du nom de Valérie Faltesse, et je me suis rendu au cimetière de Saint Germain en Laye sur sa Tombe. Berthe est née en en 1840 et est décédée en 1913. Elle est la fille de Serve-dieu Levi et de Noémie Rodrigues Henriques. La soeur de sa mère, Rachel Hermine Rodrigues Henriques est mariée avec Emile Rodrigues Pereire, qui par conséquence est son oncle. Henry le fils d’Emile Pereire est donc le cousin de Berthe. Mais il y a aussi la soeur de sa grand mère Sarah, Rebbeca Fonsesca (Rodrigues Pereire) qui est la mère de Emile et Isaac Rodrigues Pereire. En conséquent les fameux frères Pereire sont à la fois les oncles de Berthe et ses cousins, Henry est donc le cousin et en même temps le petit-cousin. Mais en aucun cas il n’est l’héritier de Berthe. Cela fait une énorme différence et enlève toute légitimité à Henry et aux frères Pereire. Merci de rectifier l’article. Je peux si besoin, vous envoyer l’arbre généalogique de Berthe, ainsi que la photo de sa tombe précisant sa date de décès.
    Et si déjà vous rectifiez, Berkovits et non Berkovitch.
    Merci infiniment.

    • Les instances juives de France se doivent donc de contester la destination de l’héritage, et son “don” à la France.
      Le Droit. N’est-ce pas ? Je crois avoir lu que Mtre W. Goldnadel avait entamer une procédure en ce sens.
      De deux choses l’une, soit la France reconnaît “l’erreur” et donc restitue le Bien Immobilier à son propriétaire-legataire désigné, à savoir, aujourd’hui l’Etat d’Ysraël, soit ce dernier récupère son bien par autorité d’Etat, dégradant ainsi davantage les relations franco-israeliennes..
      L’état juif ne peut rester indifférent à la propriété rituelle et historique d’un lieu spécifiquement juif !

  4. L’attitude de la France et de son consulat à Jérusalem est proprement inadmissible. C’est un vrai comportement de voyou.

  5. Ce président E. MACRON qui déclare son amitié à la communauté juive en inaugurant le CEJ, est le même E. MACRON qui interdit aux juifs d’accéder aux Tombeau des Rois à Jérusalem. Nos responsables communautaires sont bien silencieux face à cette imposture. La négociation en catimini n’ayant aucun résultat, il faut provoquer la discussion publique. Que fait la République avec des colonies à Jérusalem ? Quel intérêt à la France laïque à supporter le coût d’églises à Jérusalem ? Qu’a à gagner cette République laïque à gérer un tombeau de juifs à 5.000 km de la métropole ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.