This Friday, July 3, 2020 satellite image from Planet Labs Inc. that has been annotated by experts at the James Martin Center for Nonproliferation Studies at Middlebury Institute of International Studies shows a damaged building after a fire and explosion at Iran's Natanz nuclear site. An online video and messages purportedly claiming responsibility for a fire that analysts say damaged a centrifuge assembly plant at Iran's underground Natanz nuclear site deepened the mystery Friday around the incident — even as Tehran insisted it knew the cause but would not make it public due to "security reasons." (Planet Labs Inc., James Martin Center for Nonproliferation Studies at Middlebury Institute of International Studies via AP)

L’opération du Mossad en Iran en 2018 a-t-elle ouvert la voie aux explosions de 2020? – une analyse

Le fait de retourner l’AIEA contre le régime légitime le sabotage.

Incendie au chantier naval de Bushehr, Iran, 15 juillet 2020 (crédit photo: FARS NEWS AGENCY)
Incendie au chantier naval de Bushehr, Iran, 15 juillet 2020 (crédit photo: FARS NEWS AGENCY)

Personne ne sait qui a causé une douzaine d’explosions  en Iran au cours du mois dernier, mais si Israël est impliqué, il est juste de dire que l’opération du Mossad en 2018 – pour s’emparer des secrets nucléaires de Téhéran sous son nez – a contribué à préparer le terrain.

Chaque nouveau développement qui sort de l’Iran montre que celui qui a réussi ces attaques s’en tire avec une réponse iranienne faible ou très retardée. Cela inclut un membre du parlement révélant mercredi de nouveaux détails sur ce qui s’est passé sur le site nucléaire de Natanz, consacré aux centrifugeuses avancées pour enrichir l’uranium.

Comment les événements 2018 et 2020 sont-ils connectés?

Jusqu’au vol des archives nucléaires iraniennes en janvier 2018, la République islamique avait paradoxalement réussi à atteindre une sorte de «terrain moral élevé» dans le domaine nucléaire.

Malgré les ayatollahs parrainant le terrorisme dans la région ainsi que les essais de missiles balistiques, ils observaient techniquement les dispositions de l’accord nucléaire de 2015 – ils étaient «en conformité».

Attaquer le programme nucléaire iranien pendant cette période aurait pu être désastreux à plusieurs niveaux.

Mais tout a changé après l’opération du Mossad.

À l’époque, certains critiques ont déclaré que cela prouvait seulement que l’Iran avait menti sur son désir de disposer de cinq armes nucléaires dans le passé, mais maintenant nous pouvons voir aussi clairement que le jour l’impact massif que cela a eu sur l’avenir.

Premièrement, l’opération a poussé les États-Unis à prendre la décision finale de sortir de l’accord et d’instituer une campagne de «pression maximale» contre l’Iran.

Tout aussi important, il a finalement retourné l’Agence internationale de l’énergie atomique contre le régime.

Bien sûr, il a fallu à l’AIEA environ un an et demi pour exiger des réponses de la République islamique sur les irrégularités révélées par l’opération du Mossad.

Mais en mars de cette année, l’agence exigeait déjà l’accès à deux sites nucléaires non déclarés et des explications sur les raisons pour lesquelles elle a trouvé des matières nucléaires illicites sur le site de Turquzabad lors d’une inspection spéciale.

Tous ces problèmes ont été révélés par l’opération du Mossad.

En fait, des sources proches du directeur du Mossad, Yossi Cohen, ont déclaré au Jerusalem Post en septembre 2019 que la plus grande réussite de l’opération du Mossad était d’obtenir une carte complète des sites nucléaires iraniens déclarés et non déclarés.

En allant encore de l’avant le mois dernier, lorsque le Conseil des gouverneurs de l’AIEA a condamné Téhéran pour son refus de coopérer, le directeur général de l’AIEA Rafael Grossi a récemment laissé entendre qu’il pourrait porter la question devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

Ce n’était pas l’air que l’AIEA fredonnait avant l’opération du Mossad de 2018.

L’une des violations majeures de l’accord nucléaire de 2015 que l’agence nucléaire a également reproché à l’Iran concerne le dépassement des limites d’utilisation de centrifugeuses avancées.

Les explosions ont frappé à Natanz le 2 juillet des centrifugeuses avancées, le président de l’Institut pour la science et la sécurité internationale, David Albright, disant au Post que les trois quarts des installations avaient été détruites, ce qui pourrait faire reculer les Iraniens de (une à deux) plusieurs années.

Faire sauter une douzaine d’installations, y compris une partie du site sensible de Natanz alors que la République islamique était “en conformité”, aurait été illégitime et les ayatollahs auraient légitimement pu isoler quiconque l’a fait et riposter avec force en “légitime défense”. ”

Le fait qu’à la fin du mois de juillet, un parlementaire iranien dévoile toujours de nouveaux détails sur la façon dont l’explosion de Natanz s’est produite sans nommer personne montre que le régime est à nouveau sur la défensive en ce qui concerne la légitimité du programme nucléaire.

D’autres, comme des dissidents iraniens, les États-Unis et les Saoudiens, peuvent avoir été impliqués dans les récentes explosions.

Mais quiconque l’a fait, même en supposant que l’Iran réagisse plus tard, il a eu une aide majeure grâce à l’opération déjà mythique du Mossad 2018 – qui ne cesse de marquer des avantages.

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. Buen trabajo Mossad .hay que sentar precedentes…y que ése país Persa catalogado como eje del mal…aprenda a respetar el derecho internacional….de los países…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.