Comment un Général iranien a dupé le Commandement américain en Syrie
Le drone que les forces américaines ont abattu le 8 juin était une diversion afin de détourner l’attention d’un rendez-vous préparé avec ruse entre deux forces pro-iraniennes à la frontière syro-irakienne. 
  • Le drone syrien de fabrication iranienne abattu par les avions de combat américaines F-15 dans le Sud-Est de la Syrie, le 8 juin a été présenté par les médias américains comme un drone « pro-régime ». C’était, en fait, selon ce que dévoilent les sources des renseignements militaires de Debkafile,  Shahed-129 des Gade la Révolution Iranienne, qui avait été lancé comme partie intégrante d’un stratagème compliqué, visant à duper les Commandants américains, alors que les forces pro-iraniennes se déplaçaient subrepticement aux alentours de la zone frontalière syro-irakienne.
  • Les Américains avaient tracé une ligne dans le sable du Désert Syrien, à 55 kms à l’extérieur du passage frontalier d’Al-Tanf intégré dans le triangle des trois frontières syro-irako-jordaniennes, qui est sous le contrôle des forces spéciales américaines, occidentales et Jordaniennes, aux côtés d’un groupe rebelle syrien entraîné par les Etats-Unis. Le Secrétaire à la Défense James Mattis et le Commandement militaire américain en Syrie et en Irak étaient confiants dans le fait qu’en sécurisant ce périmètre, leurs forces maintiendraient l’avance pro-iranienne au loin et conserveraient la frontière en sécurité.

  • Quand ce drone hostile a volé en dépassant cette ligne, il a été abattu. Mais les Américains étaient réticents à laisser l’escalade s’installer après cet incident pour déboucher sur des affrontements majeurs, alors que les Iraniens étaient rongés par l’attaque de l’Etat Islamique contre des sites nationaux à Téhéran. Et donc ils ont minimisé l’incident. Le lendemain, par conséquent, le porte-parole du Pentagone, le Capitaine de la marine Jeff Davis rapportait que « les hostilités entre la coalition et les forces pro-régime avaient évité un conflit grâce à l’influence russe. Il poursuivait en disant : « Le calme que nous observons aujourd’hui est largement dû à leurs efforts ».
  • Qu’est-ce qui a fait monter sur scène les Russes?
  • Cette séquence d’événements qui s’est déroulée durant plus de 48 heures dans le Désert Syrien est révélé ici, par nos sources militaires. Ce drone a été tiré comme une provocation délibérée devant franchir la ligne de 55 kms renfermant la garnison frontalière contrôlée par les Etats-Unis, sous les ordres du général iranien Qassem Soleimani. Il était destiné à servir de diversion pour distraire de la véritable action en cours.
  • Les Russes sont entrés dans le tableau à  ce stade par une tentative de calmer la situation et de restaurer le calme. Alors qu’ils étaient occupés à assurer aux Américains que l’armée syrienne, le Hezbollah etleurs autres alliés pro-iraniens s’abstiendraient de franchier la ligne de 55 kms, Qassem a mis en mouvement une force de grande ampleur vers un point à juste quelques centaines de mètres de la ligne américaine. Vendredi 9 juin, alors que la diplomatie russe de désescalade avec les Américains prenait fin, on s’apercevait que les forces de Soleimani avaient tranquillement atteint de nouvelles positions des deux côtés de la frontière.
  • 1. Il avait transféré ces forces vers un point situé à 56 kms au nord d’Al-Tanf pour un rendez-vous avec les milices chiites pro-Iraniennes qui provenaient du Sud de l’Irak. Ce rendez-vous traversait la frontière irako-syrienne et atteignait le but stratégique de l’Iran consistant à l’ouverture d’un pont terrestre entre l’Iraket la Syrie.
  • 2. Une deuxième force pro-iranienne s’emparait des routes du nord de la Syrie vers la ville du Sud-Est de Deir Ez Zor, en séparant ainsi les forces pro-américaines du Nord de la garnison américaine au Sud.

  • Nos sources ne peuvent pas confirmer certitude le rôle exact que les Russes ont joué dans la manœuvre en sous-main de l’Iran. Etaient-ils dans le coup, ou ont-ils été trompés par Soleimani, de la même façon que les Américains? Cependant, la conclusion de cet incident est que les voisins de la Syrie, Israël et la Jordanie, sont confrontés à un nouveau ralentissement particulièrement gênant dans la situation stratégique à leurs frontières. Le prochaine théâtre de confrontation américano-iranienne se construit à grande vitesse dans la région riche en pétrole de Syrie, autour de Deir-Ez-Zor.
  • DEBKAfile Reportage Spécial 10 Juin 2017, 3:43 PM (IDT)
  • Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. OU est Israel dans cette affaire ? pourquoi les lavianim espions ne detecte pas ce genre de situation et laisse nos ennemis se raprocher de la frontier du Golan ? pourquoi faut-il toujours etre a la mercie d`un laisse aller

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.