Paris: Le BNVCA salue la Place Jérusalem

7
816

Le BNVCA qui salue la prochaine inauguration de la Place Jérusalem le Dimanche 30 juin 2019 par la Maire de Paris, demande au Préfet de Police d’interdire et réprimer toute manifestation hostile.

 

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, accueille avec joie et une grande satisfaction la décision de Madame Anne Hidalgo, Maire de Paris et de son Conseil Municipal, de baptiser « JERUSALEM » une esplanade parisienne du 17eme arrondissement de Paris, le 30 juin 2019, en dépit des oppositions des communistes et écologistes toujours “palestinistes» invétérés et sans discernement.

La Maire de Paris, Madame Anne Hidalgo s’y était engagée auprès du Président de l’État d’Israël, Mr Réouven Rivlin, et de Joël Mergui Président dus Consistoires de France. Elle a honoré sa parole et nous l’en félicitons.

Par contre nous apprenons que des organisations envisagent de contrarier cet événement exceptionnel, par des manifestations de protestation inspirées d’un antisémitisme viscéral qui s’est déjà manifesté à Paris comme à Sarcelles, Toulouse ou Strasbourg.

Nous rappelons que Jérusalem, capitale du peuple juif depuis plusieurs millénaires fait partie au quotidien de l’ADN de tout juif dans le monde et des français juifs en particulier. Célébrer cela et le reconnaître ainsi n’est que justice et vérité.

Nous demandons au Préfet de Police de Paris d’interdire toute manifestation hostile à cet événement et le cas échéant disperser et réprimer tout rassemblement sauvage de ce type.

Le BNVCA se réserve le droit de poursuivre en justice les organisations hostiles ainsi que leurs activistes.

Source :www.bnvca.org

L’inauguration prochaine d’une place de Jérusalem à Paris, prévue pour le 30 juin, a été fustigée par le président de l’association France Palestine Solidarité Bertrand Heilbronn.

Dans sa lettre ouverte publiée le 21 juin, il a imputé l’importation du «conflit israélo-palestinien» en France à la maire de Paris Anne Hidalgo.

À la suite à l’initiative du président du Consistoire central, union des communautés juives de France, Joël Mergui, lancée en janvier 2019, cette décision a été prise par le Conseil de Paris. Anne Hidalgo a motivé ce projet par le besoin de «commémorer l’amitié qui unit la ville de Paris et l’État d’Israël», souligne sa lettre adressée à l’assemblée.

​Bertrand Heilbronn a condamné ce projet d’hommage de Paris à Jérusalem, l’ayant associé à la politique du Président américain «en contradiction avec le droit international et la politique de la France».

Il a également affirmé que la maire de Paris avait choisi «la division au sein de la population française».

Par cette initiative, la maire de Paris a précisé que «la Ville de Paris ne saurait être ce qu’elle est sans la présence de la communauté juive qui y habite et s’y épanouit», dans une lettre envoyée au président du Consistoire.À son tour, le président de l’association France Palestine Solidarité évoque le statut controversé de Jérusalem en tant que capitale d’Israël: «En pratiquant la confusion entre une religion […] et la notion contestable de communauté (la «communauté juive»), vous mettez à mal l’idéal laïc de notre République. Et en associant cette “communauté” à un État tiers (l’État d’Israël) qui viole tous les jours le droit international et les droits de l’Homme».

La place de Jérusalem sera située à l’intersection du boulevard de Reims et de la rue de Courcelles dans le XVIIe arrondissement.

Ce sera le premier espace public de Paris à porter ce nom depuis 1883. L’inauguration se tiendra en présence d’Anne Hidalgo et du maire de l’arrondissement Geoffroy Boulard. Un centre européen du judaïsme devra bientôt ouvrir ses portes près de la porte de Courcelles.

fr.sputniknews.com

22:56  24.06.2019

Paris 17e: inauguration de la Place de Jérusalem

Dimanche 30 juin à 16 heures, Monsieur Geoffroy Boulard, maire du 17ème arrondissement de Paris inaugurera la Place de Jérusalem en présence de Madame Anne Hidalgo, Maire de Paris.

La place n’est qu’une intersection de la rue de Courcelles avec le Boulevard de Reims et la gloire de Jérusalem aurait mérité bien davantage. Mais il faut simplement apprécier que l’on ait pensé à cette ville éternelle sans la position géographique de ses quartiers.

Si les Parisiens et tous les amoureux de Paris pouvaient dépasser les clivages politiques, ce serait une joie pour eux de voir les villes matrices de l’humanité, Athènes et Rome rejointes par leur ancêtre, Jérusalem au sein de la plus belle ville du monde, Paris.

AM

 

Madame la Maire, mes chers collègues,

Il nous est aujourd’hui proposé de voter l’attribution d’une « place de Jérusalem » dans le 17e arrondissement, et je me félicite de cette décision.

Cela fait longtemps que la Ville souhaitait nommer un lieu Jérusalem, dans Paris, et la délibération qui nous est présentée ici, est pour beaucoup un aboutissement.

Comme le rappelle le projet de délibération, il existait déjà une rue de Jérusalem autrefois, supprimée en 1883 par l’agrandissement du Palais de Justice.

La coïncidence peut faire sourire car le Palais de justice ayant déménagé, pour le 17e, voilà que nous retrouvons un emplacement Jérusalem justement dans le 17e, à quelques encablures de la place Israël.

Élue du 17e, je suis ravie que cette ville, cette capitale, magnifique, trois fois millénaires, berceau de religions monothéistes, carrefour de croisades, d’histoire et de civilisations soit nommée dans notre bel arrondissement. Qui lui correspond pleinement.

Je reste un peu retenue sur le lieu, bien que ce soit face au square St Odile ou deux allées ont été inaugurées récemment en souvenir des enfants Sandler et Monsonégo tués dans une école par un terroristes, également face au futur Centre Européen du Judaïsme, force est de constater que la « place de Jérusalem », est plus une intersection de la rue de Courcelles et du boulevard de Reims, davantage un croisement qu’une réelle place.

De plus le tram est attendu à cet endroit, est-il prévu qu’une vraie place soit aménagée à cet emplacement, au bénéfice des piétons et des riverains ? je l’espère car ce serait dommage, Cette place mérite toute la lumière.

Devant cette magnifique opportunité, je me garderai bien de toute polémique inutile comme l’amendement à cette délibération, déposé par Madame Simonnet, qui souhaite à nouveau rentrer dans des considérations géopolitiques là où il ne faut y voir que l’hommage d’une ville à une autre.

Madame Simonnet, a chaque fois que nous mentionnons le mot Israël, Juif, Jérusalem, a des frissons et est obligé soulever le point Palestinien.

Désolée, Il s’agit ici de la place de Jérusalem, et nous ne rentrerons pas dans votre jeu de discorde et de polémique et de petites phrases, nous citons et attribuons à nouveau une place pour Jérusalem dans Paris et c’est bien heureux pour nous tous.

Valérie Nahmias élue du 17e de Paris lire la suite 

 

7 COMMENTS

  1. @ixiane :
    Jérusalem est aimée des juifs, et ils le prouvent. Les israéliens juifs l’ont reconstruite, développée, embellie, agrandie, et aiment y habiter en masse.
    Donner le nom de place de Jerusalem en place de la porte de Courcelles, aux limites de la ville, un lieu vide, sans immeuble, sans numéro, sans habitant, ça veut dire ce que ça veut dire.
    C’est pas réjouissant de lire cette nouvelle, dont l’origine est avant tout électoral, alors que les juifs habitent en masse dans le 17e. Si on a envie de donner le nom de Jerusalem à une rue ou une place parisienne, c’est pas ce symbole de vide et de limite de ville que j’aimerai qu’on ait choisi.
    La France pays catholique n’en a rien à fiche de Jérusalem. Et c’est très bien comme ça.
    Mais alors, pourquoi la France refuse que Jerusalem soit la capitale d’Israël ?

  2. Magnifique…
    Voilà qu’une intersection dans l’endroit le plus désolé du 17ème, torturé par un passage tranchant du tramway obsolète et défigurant, une place virtuelle/cinodrome sans numéro, vitrine, immeuble ni portes “kocheres”, qui va abriter la représentation de la Ville d’Or et de Lumière, celle où le Seigneur a choisi d’y faire, dans Son Temple et nulle part ailleurs, résider Sa présence et chanter Son Nom.
    Stéphane Hessel a mieux été honoré, sur cette jolie place bordant la rue d’Odessa, Montparnasse et Delambre, sur la promenade du boulevard Edgar Quinet, à l’opposé de la rue de la Gaîté …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.