Petit rappel historique à l’adresse de Monsieur Dominique LESPARRE, concernant GAZA City et la bande de GAZA

La première référence à la ville de Gaza remonte au règne de Thoutmôsis III.La ville est également citée dans les lettres d’Amarna. Son intérêt principal réside dans sa position stratégique sur la route côtière reliant l’Égypte et la Syrie. C’est alors un important centre commercial et un poste avancé égyptien.

Dans les années -1190, les Philistins, un des peuples de la mer originaires de Crète s’installent sur la côte sud cananéenne (de Gaza à Jaffa), après avoir attaqué l’Égypte. Les Philistins laisseront leur nom bien plus tard à l’ensemble du territoire, que les Romains appelleront « Palestine ».

La ville philistine était une ville murée d’environ 80 ha, construite sur une colline environ 45 m au-dessus du niveau de la mer, à environ 2,4 km de la mer Méditerranée.

Gaza est aussi mentionnée dans la Bible, comme l’une des villes principales des Philistins en guerre contre Israël : c’est notamment là que Samson est pris (cf. Juges 16) et qu’il meurt en faisant s’écrouler un temple philistin.

En -525, la cité est conquise par Cambyse II, grand roi achéménide de l’empire Perse, pour servir de tête de pont à toutes ses campagnes vers l’Égypte.

En -145, Gaza est conquise par Jonathan Macchabée, frère de Juda Macchabée et fondateur de la dynastie judéenne des Hasmonéens.

Moyen Âge modifier »>Article original

Vers 630, les Arabes assiègent la population juive de la ville 5″>Article original et prennent Gaza. Considérée comme la ville où serait mort l’arrière grand-père de Mahomet 6″>Article original, elle devient un important centre islamique.

Gaza est conquise par les Croisés au XIIe siècle puis en août 1187, suite à la bataille de Hattin, la cité passe sous l’emprise de Saladin (Salâh Ad-Dîn). Sa dynastie des Ayyoubides est renversée par les Mamelouks en 1254.

Temps modernes modifier »>Article original

Les Ottomans mettent fin au règne des Mamelouks au cours du XVIe siècle. La ville de Gaza et toute la région sont administrées par la Province ottomane d’Égypte.

Durant la Première Guerre mondiale, les forces du Royaume-Uni, menées par le Général Sir Edmund Allenby, capturent Gaza des mains de l’Empire ottoman, le 7 novembre 1917, à l’issue de la bataille de Gaza. Elle restera sous le mandat britannique jusqu’au retrait militaire de 1947.

De 1948 à 1967, la bande de Gaza est occupée par l’Égypte. Les Israéliens l’occupent en 1956 pour quelques mois et puis à nouveau suite à la guerre des Six Jours.

* Entre 1976 et 1981, un nouveau mouvement, le Hamas, crée à Gaza des institutions comme al-Mujamma al-islami, al-Jam’iyya al-islamiyya et l’université islamique de Gaza.

En 1987, c’est à Gaza que débute la première Intifada, la « révolte des pierres », avant de s’étendre à l’ensemble des territoires occupés jusqu’en 1993 avec l’ouverture de négociations israélo-palestiniennes aboutissant aux accords d’Oslo.

Le 4 mai 1994, l’OLP obtient la gestion de Gaza et Jéricho. Le président Yasser Arafat et l’Autorité palestinienne s’installent à Gaza. Le front de mer s’hérisse de tours et d’hôtels luxueux, alors que les camps de réfugiés, installés sur la côte au nord de la ville, restent insalubres.

Dernière décennie modifier »>Article original

* 26 septembre 2001, à Gaza, rencontre historique entre Yasser Arafat et Shimon Peres après trois reports successifs.

* 17 octobre 2001 : suite à un ultimatum lancé par le gouvernement israélien à l’Autorité palestinienne, celle-ci déclare hors-la-loi l’aile militaire du FPLP et fait procéder à 12 arrestations à Gaza.

* 7 décembre 2001 : dans la nuit, le quartier général de la police palestinienne est bombardé par des hélicoptères de combat israéliens. Puis après l’attentat-suicide contre un autobus israélien ayant fait 11 morts et 30 blessés, Tsahal intensifie, du 12 au 15, ses bombardements contre les infrastructures palestiniennes de Gaza et de Cisjordanie, causant la mort de 13 Palestiniens.

Article détaillé : Chronologie de la Seconde Intifada.

* 8 mars 2002 : lors des batailles, 46 Palestiniens et 6 Israéliens trouvent la mort. Le premier ministre israélien Ariel Sharon se dit prêt à « négocier un cessez-le-feu sous le feu », renonçant à son exigence d’une semaine de calme avant de reprendre les pourparlers. Les 11 et 12 mars, suite aux attentats du 9 mars, Tsahal riposte par la destruction des bureaux de Yasser Arafat à Gaza : 39 Palestiniens sont tués.

* 8 juin 2003 : suite à une attaque du Hamas à Jérusalem (23 Israéliens tués et 130 blessés), Tsahal effectue immédiatement un raid de représailles sur Gaza : 7 Palestiniens sont tués dont un responsable du Hamas. Le 10, nouveau raid de représailles de Tsahal à Gaza?: Abdel Aziz al-Rantissi, numéro 2 du Hamas, est légèrement blessé et 3 Palestiniens sont tués.

* 21 août 2003 : Israël riposte à l’attentat du 19 août par un raid d’hélicoptère à Gaza, tuant un des fondateurs du Hamas, Ismaïl Abou Chamah, et par le rétablissement du barrage routier coupant en deux la bande de Gaza.

* Samedi 6 septembre 2003 : Tsahal bombarde un bâtiment de Gaza dans lequel se trouvait le cheikh Ahmed Yassine, chef spirituel du Hamas, qui est légèrement blessé.

* 28 janvier 2004 : lors d’une opération de l’armée israélienne, 13 Palestiniens sont tués dans des affrontements violents.

* 22 mars 2004 : le cheikh Ahmed Yassine, aveugle tétraplégique, est mort assassiné lors d’une attaque ciblée israélienne par des missiles d’hélicoptères APACHE, devancés par des F16 pour la couverture sonore.

* Mercredi 17 août 2005 : Ariel Sharon, premier ministre, décide du retrait unilatéral de la bande de Gaza par l’État d’Israël dans le cadre d’une politique plus large qui, en l’absence d’accord de paix, vise à mettre un terme à l’absence de frontières physiques entre Israël et le futur État palestinien.

Article détaillé : Tensions interpalestiniennes.

* juin 2007 : le Hamas prend le pouvoir à Gaza, après plusieurs mois de combats intermittents avec le Fatah. Chacun des deux camps avait auparavant fait des manœuvres pour éliminer l’autre ; le Hamas en sort vainqueur.

Article détaillé : Prise de Gaza de juin 2007.

* août 2007 : black-out total sur Gaza. L’Union européenne bloque pendant quelques jours les fonds destinés à payer les livraisons de fioul. Alix de Mauny, porte-parole de la Commission européenne à Jérusalem, déclare : « L’Union européenne n´a pas réglé le paiement de la livraison de fioul »>Article original. Nous réexaminons tous les aspects du dossier ».

* septembre 2007 : Israël décrète la bande de Gaza comme une « entité hostile ».

* 16 juin 2008 : une trêve entre le Hamas et Israël entre en vigueur, « L’accord, négocié par l’entremise de l’Egypte, prévoit l’arrêt des tirs palestiniens vers Israël et la fin des attaques israéliennes sur la bande de Gaza. Israël s’est également engagé à alléger progressivement son blocus sur la bande de Gaza, en vigueur depuis bientôt un an. » 7″>Article original

* 26 juin 2008 : les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa tirent une roquette artisanale contre le sud d’Israël.

* juillet 2008 à octobre 2008 : les statistiques officielles du ministère des affaires étrangères israélien montrent que durant ces mois de trêve, de juillet à fin octobre 2008, les Palestiniens ont diminué mais n’ont jamais interrompu les tirs sur les civils du Sud D’Israël 8″>Article original. Malgré la signature du cessez-le-feu de six mois du 19 juin 2008, on dénombre à la fin du mois d’octobre 2008 que plus de 37 roquettes et obus ont été tirés sur Israël.

* 4 novembre 2008 : la « trêve » dégénère gravement le 4 novembre 2008 : « La trêve de 4 mois entre Israël et des militants palestiniens à Gaza est fragilisée aujourd’hui après que les troupes israéliennes ont tué six hommes armés du Hamas lors d’un raid sur le territoire. » 9″>Article original. L’armée israélienne fait une incursion le 4 novembre 2008 en territoire palestinien dans le but de détruire un tunnel qui passait sous la frontière Israélienne. Les tirs de mortiers et de roquettes de Gaza vers Israel deviennent quotidiens.

* 19 décembre 2008 : Les tirs de roquettes s’intensifient.

2 février 2009 Drapeau dessiné par les gazaouis et les services d’administration de la bande de Gaza à la suite de l’aide importante accordée à Gaza par la Turquie.
2 février 2009 Drapeau de Gaza, premières photos. / ????? ?? ??? ? ??? ?? ?????.

* décembre 2008 : en particulier, le 26 décembre 2009, plus de 80 roquettes sont tirées sur les habitants des villes du sud d’Israël 10″>Article original.

* 27 décembre 2008 : à partir du 27 décembre 2008, en réponse à ces tirs de roquettes, Israël bombarde massivement les grands axes de la ville tuant plus de 1300 Palestiniens dont selon le Hamas les deux tiers sont des femmes et des enfants, d’après le décompte israélien seul un tiers des morts sont des femmes ou des enfants (âgés de moins de 16 ans) néanmoins certains d’entre eux étaient activement engagés contre les soldats. Une enquête des Nations Unies est en cours pour vérifier ces données.

Article détaillé : Opération Plomb durci (2008).

* 18 janvier 2009 : Le premier ministre israelien annonce Cessez-Le-Feu d’une coté dans la bande de gaza et israel commence a retourner aux frontières israélo-palestiniennes .

* 20 janvier 2009 : Israel complète le retrait de la bande de gaza .

Comme vous pouvez le constater même en 1967, cette région est passée d’une autorité Egyptienne à une autorité Israélienne.
Seul ISRAEL, a pris l’initiative unilatéralement de quitter cette enclave en lui donnant la possibilité de son indépendance et depuis dix ans vos amis du HAMAS ON TOUT GACHE.
ILS SONT RESPONSABLES DE LA MISÈRE, DE LA MORT DE LEUR POPULATION, DE L’ECHEC DE LEUR DÉVELOPPEMENT, DE LA RUINE DE LEUR ÉCONOMIE et depuis quelques semaines (voir notre vidéo sur la pédophilie) de tentatives d’augmenter leur démographie, par des mariages avec des enfants.
Croyez vous que vous les aidez en plantant devant votre mairie cet olivier et en y placardant votre message ……

Comme beaucoup de mairies administrées par des élus communistes, n’affichent pas dans leur mairie la photo du PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE en activité, aujourd’hui Monsieur SARKOZY, hier Monsieur CHIRAC, leurs mairies étant un état dans l’état

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.