T-shirt et mal rasé, le Président Zelensky acclamé par le Congrès

L’image de Volodymyr Zelensky , les traits tirés, mal rasé et en t-shirt kaki  s’adressant au Congrès,  sur écran géant, accueilli par une standing ovation de tous les membres du Congrès, restera une image aussi marquante que celle du 11 septembre. L’événement s’est déroulé dans l’auditorium du Congrès, un endroit au confort maximal qui protège de toute agression, en contraste violent avec la situation du Président Zelensky

Dans ce que le New York Times, appelle une « masterclass » ciblée pour ses différents publics, Zelensky a su toucher le cœur de ceux qui dirigent le pays qui, jusqu’à peu, était encore appelé le « gendarme du monde ». Parlant depuis sa ville bombardée, son apparition a fait entrer, en une seule image, entre les murs capitonnés du Congrès tout à la fois la guerre, le courage, les bruits des bombardements, les pleurs des enfants, la peur et la résistance. Un coup de force que seules les nouvelles technologies ont permis : non seulement le poids des mots, mais aussi le choc de la vidéo, de la présence de celui qui désormais en plus de son T-shirt porte les valeurs de la résistance et de l’humanité du monde dit libre.

Une intervention cruciale et minutieuse

Durant son intervention, Zelensky a diffusé une vidéo  alternant la « vie d’avant »dans une fière et belle capitale et les images  de guerre : les immeubles dévastés, les déflagrations, les ruines, la guerre. Réveillant des images que les américains pensaient définitivement disparues, et peut-être ne voulaient-ils plus les voir, eux, qui jamais n’ont  eu à subir d’envahisseur, mais ont fait la guerre en libérateurs.  Cette plongée dans l’enfer, ce visage blême ont eu certainement plus d’impact que tous les compte-rendus et reportages  pour mettre en mouvement la nécessité d’agir et « de faire plus » des Américains

La tension dans la salle du Congrès était palpable, certains affirment que l’on entendait des sanglots étouffés

Martin Luther King, Churchill, Mont Rushmore, Pearl Harbor, et le 11 septembre, des figures fortes, des moments cruciaux, Volodymyr  Zelensky a également fait appel à la solidarité et l’unité qui prévalaient durant la 2nde Guerre Mondiale. Il parle de valeurs, de liberté, du rêve de chaque américain faisant référence au Mont Rushmore rappelant que les « Etats-Unis se battent pour garantir une vie digne à chacun de ses habitants, ce que l’Ukraine veut également ». Puis évoquant Pearl Harbor,  « Lorsque le mal attaque, des innocents sont attaqués du ciel et c’est ce que nous vivons ». La question du système de défense aérien est posée, dès la fin de l’intervention l’administration Biden était mobilisée avec une question : la défense aérienne arrivera-t-elle à temps ?

« Faire stopper la machine russe »

En opposition à l’intensité émotionnelle, Zelensky a marqué l’aspect mécanique, inhumain de l’agresseur russe, «  faire stopper la machine russe ». Volodymyr Zelensky a demandé que soient fermés les marchés financiers à la Russie, et les ventes de bien russes interdits : « ils sont faits de notre sang ». Interdits ou pas, ceux qui ont entendu cette déclaration hésiteront avant d’acheter, pour ne pas acheter . Cette rupture totale des liens commerciaux demandée a suscité  quelques réserves. La population russe, qui subirait les conséquences d’une telle décision pourrait alors rallier au discours de Poutine sur la volonté de l’Occident de «  détruire leur pays ».

« Mourir lorsque l’heure est venue, pour que la justice prévale. J’ai bientôt 45 ans. A quoi bon vivre si je ne peux pas stopper les morts »

Alors que de faibles signaux d’espoir d’une issue sont encore difficilement perçus, comme celui de la neutralité de l’Ukraine, le Président Zelensky va continuer à entendre le bruit des déflagrations et de la guerre, mais il a gagné une autre guerre, en quelques minutes, contre ceux qui mettaient en doute ses capacités de leader. Il a même eu l’audace de proposer un monde nouveau, généreux, et  agile. Faudrait-il lui reprocher d’avoir eu recours à son métier de comédien pour avoir réussi cette rencontre cruciale ? Ce serait oublier la difficulté à déchiffrer la question du « hasard » et de l’enchaînement des circonstances. Endossant son plus grand rôle, celui  de Président, Volodomyr  Zelensky, s’il a la vie sauve, comptera parmi les grands de ce monde.

JForum

5 Commentaires

  1. Les forces russes ne progressent nulle part. Les ukrainiens commencent à attaquer leur ennemi sur son propre sol. Ils ont déjà bombardé une station radar en territoire Belarus, que les russes utilisaient pour détecter les missiles venus d’Europe. Ils ont aussi détruit par bombardements l’aéroport de Kherson que les russes avaient pris sans combats.

    On attend toujours, depuis des semaines, l’attaque d’Odessa, comme de Kiev, ou les ukrainiens, hyperarmés par l’Occident, attendent les russes de pied ferme. Erdogan, membre de l’OTAN, a laissé le passage du détroit du Bosphore et l’entrée en Mer Noire de la sixième flotte US, avec un porte avion Nimitz et des dizaines d’avions porteurs de missiles nucléaires. L’amplitude d’action des russes en Mer Noire est donc très limitée, d’autant qu’ils ont déjà touché un navire battant pavillon panaméen.

    Les russes font 200 sorties aériennes par jour, ce qui est bien léger pour un front aussi étendu que l’Ukraine, avec le résultat que l’on voit. Ils ne savent manifestement que tirer des missiles de croisière sur des lieux où les civils ukrainiens sont réfugiés. Ces crimes de guerre sont des signes de lâcheté et de grande petitesse, montrant combien les russes sont faibles. Poutine a déjà déployé en Ukraine la totalité des 200.000 hommes qu’il y avait affectés. Il est manifestement à court de ressources humaines. Il demande l’aide militaire à la Chine, ce qu’il na pas démenti, et engage des mercenaires syriens pour 600 dollars mensuels. Il a dégarni la zone pacifique russe de ses effectifs militaires, ce qui le rend vulnérable aux Chinois et Japonais qui aimeraient bien lui reprendre Sakhaline et la partie asiatique. A l’Ouest, il peut être attaqué aussi bien par la Finlande pour la Carélie, que la Suède, ou les pays de l’OTAN frontaliers comme la Pologne qui aimerait bien récupérer sa partie-est, annexée en 1945.

    Les russes ne font état que de missiles antichars obsolètes. Ils n’ont pas de missiles portables équivalents aux javelin, stinger et autres starstreaks. Ils ne font manifestement pas état de drones russes. Les ukrainiens pourront bombarder le territoire russe avec les drones et missiles de croisière livrés par les EU.

    Par l’intermédiaire de l’Ukraine, ont voit clairement une guerre entre l’OTAN, qui représente 950.000 millions d’habitants, et la Russie qui avec 142 millions d’habitants ne fait pas le poids. Les ukrainiens peuvent gagner parce qu’ils commencent à contre attaquer les sites Belarus et en Russie, probablement conseillés par des stratèges américains. Biden, qui est un vieux routard de la guerre froide, profite de ce conflit pour chercher à achever la Russie, reliquat de l’ex-URSS, et se retrouver ainsi seul face à la Chine. On peut donc comprendre que Poutine aboie la menace nucléaire, alors qu’il est entouré de missiles nucléaires en Baltique, en Mer Noire, en Europe de l’est, au Japon, etc..

    On voit bien que si les ukrainiens prennent le dessus dans cette guerre, cela en sera fini de Poutine et de la Russie. Poutine n’a manifestement pas voulu comprendre que quand les gens de 130 kilos parlent, ceux de 60 kilos les écoutent. Les russes n’ont pas hésité à voler des territoires en 1945, et il ne comprend pas que la différence entre un voleur et un con, c’est qu’un voleur, de temps en temps, ça se repose.

  2. Mr Zelensky est le président d’un pays extrêmement corrompu (cf Transparency International) et où certaines brigades de son armée se battent en arborant fièrement la Croix gammée et en affichant leurs idées nazies.
    Alors lire des articles ou des commentaires qui font une louange dithyrambique de ce président m’amène à demander à tous ses fans s’ils pensent vraiment que l’armée allemande s’est battu de 1936 à 1945 pour défendre la liberté et s’ils auraient combattu a ses côtés ?

    • Vous raisonnez à vue très courte et avec des œillères. Ce n’est pas parce qu’un pays est archi corrompu, qu’il devrait subir des crimes contre l’humanité et se faire dicter sa loi par un autre pays archi corrompu comme la Russie où des oligarques exploitent le peuple et placent leur argent volé en Occident au lieu de l’investir dans le développement de leur propre pays, une fausse nation manifeste qu’un million de Juifs ont rejetée après 1991.

      Pour le nazisme de certains ukrainiens, vous feriez mieux d’apprendre un peu d’histoire avant de poster vos commentaires. Dans les années 1930, Staline avait fait mourir de famine des millions de paysans ukrainiens qui refusaient d’abandonner leur terre pour aller se faire exploiter à trimer dans les usines collectivistes du Donbass ou à construire le barrage sur le Dniepr pour les profiteurs du système communiste. On peut donc comprendre qu’en 1941, les ukrainiens ont accueilli les nazis en libérateurs du joug russe, comme les arabes du Maghreb et du Moyen-Orient les ont vus comme libérateurs du joug colonial des francaouis et des britanniques.

      L’Ukraine a certainement été très anti juive dans son histoire, mais actuellement avec un Président et un premier ministre Juifs, justement élus pour éradiquer la corruption, vous pouvez difficilement prétendre qu’il y aurait un antisémitisme d’État dans ce pays.

      Si vous croyez qu’en 1939/45, Staline aurait sacrifié 22 millions de soviétiques pour défendre la liberté, vous vous fourvoyez. Prenez la peine de lire Arendt sur le système totalitaire, et montrez-nous si la Russie actuelle, où le journaliste qui critique le système est passible de 15 ans de prison, ne serait-pas toujours l’héritière des bonnes vieilles méthodes criminelles du stalinisme des copains.

  3. Dans la cour de récréation de ces cyniques politiques c’est: « du sang de la chique et du mollards « 
    Allez battre vous au nom du nouveau monde qui vous brisera vos frontières pour des voisins bien moins sympa que vos frères russes ! Battez vous pour défendre des idées qui sont en perte de vitesse chez nous mais de grâce, épargnez nous des dégâts économiques collatéraux !!!

  4. Les shadoks au pouvoir, gantz, bennett, et l’autre TDC, vont bientôt se mordre les doigts, pour ne pas dire autre chose, de n’avoir pas soutenu Zelensky, contrairement à la turquie qui est pourtant amie avec putin. Si quelqu’un mérite le Nobel de la paix, c’est bien Zelensky, quant à nos « glorieux » dirigeants comme tout le reste de l’occident et surtout la francarabia, toute cette clique qui vocifère gentiment contre putin, c’est le prix nobel de la trouille qu’ils auront. Par son courage Zelensky a démontré que la russie est loin d’être une grande puissance militaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.