???????????????????????????????????

Tou BiCHeVaT: Enseignements et petits secrets (2/5)

Caroline Elishéva REBOUH le 4.02.2020

 

Si le Nouvel An des arbres est célébré de manière somme toute matérielle par la consommation de fruits, il n’en reste pas moins une fête à forte connotation spirituelle.

Tou Bichvat 2020

De la soirée du dimanche 9 février Résultat de recherche d'images pour "Tou Bichvat"À la soirée du lundi 10 février

 

Le nouvel an des arbres est une « demi-fête » un peu comme le sont Hanouka ou Pourim car elle ne comporte pas d’obligation de chômer ce jour-là.

La plupart du temps, lorsque l’on pose la question de savoir quelle est l’importance de cette fête et ce qu’on célèbre en ce jour, la réponse reçue est que l’on y célèbre le renouveau de la nature après l’hiver et que la « mitsva » est de manger des fruits.

Sur ce plan, les habitudes sont variées, mais il existe une approche différente de cette fête, sur un plan plus spirituel et moins terre à terre.

En effet, il existe en général des liens entre les fêtes entre elles, et des significations qui ne sont pas toujours évidentes car elles font partie de ce qui est « caché ».

Nous allons tenter de trouver quelques explications dans les allusions contenues ça et là et tout d’abord dans le fait que cette fête tombe en milieu de mois, le 15 du mois de shevat qui est le 11ème mois de l’année juive, un peu comme Pourim, le 14 et le 15 du mois d’Adar ou comme Pessah, le 15 du mois de Nissan.

Tou bishvat. TOU est un sigle composé des lettres tet et vav dont les valeurs numériques sont 9 et 6 soit 15 au total. Cette décision d’écrire 15 en utilisant 9+6 a été adoptée à la Renaissance car les rabbins de l’époque comprirent qu’il était opportun de trouver un autre moyen de signaliser les chiffres 15 et 16 autrement qu’avec un youd et un hé ou un youd et un vav étant tous deux des noms divins. C’est ainsi donc que sont nées les deux abréviations tet+vav pour 15 et tet +zayin pour 16.

Tou (15) + bishevat (11 pour 11ème mois)= 26 soit valeur numérique du Tétragramme. La fête de Tou bishvat est donc liée à HaShem mais, quelle est donc la mitsva qui caractérise cette fête ? Manger des fruits ? La mitsva particulière de Tou bishvat est de se consacrer ce jour-là à l’étude. Pour quelle raison ? Car l’homme doit prouver sa volonté de consacrer du temps à étudier ce que l’Eternel a donné à Sa créature en héritage.

Plus l’homme étudie, et plus il participe à la création d’anges. Nous savons qu’il existe différents « mondes » (4 au total) : le monde de la Noblesse (ou Royauté עולם האצילות, consacré à HaShem), le monde de la Créature (HaBriya ou עולם הבריאה), le monde de la Création (haYetsira עולם היצירה) et le monde de l’Action (HaAssiya עולם העשיה).

Il existe plusieurs sortes d’Anges : et chaque sorte correspond à un monde : les Ophanim (אופנים) correspondent au monde de l’Action, les Anges (Mal’akh מלאך) correspondent au monde de la Création et les Séraphins (saraf שרף) correspondant au monde de la Créature. Plus l’étude est poussée, plus elle est sincère et plus les anges créés accèdent à des mondes élevés.

Cette étude porte sur tous les fruits d’après les citations prises dans la littérature sacrée et dans le Zohar. Grâce à ces textes nous apprenons que les fruits dits « d’Eretz Israël » (blé, orge, vigne, figuier, grenadier, olivier et dattes) ont une sainteté plus élevée que la manne (manne céleste) ou pain des anges.

Nous allons relever également ce qui semble être une évidence : pourquoi s’il s’agit de nouvel an des arbres, mange-t-on des fruits et, s’il s’agit d’arbre pourquoi consomme-t-on aussi des fruits de la terre, et des céréales ????

Nous allons tenter de répondre à ces questions de la manière la plus claire possible et pour cela nous allons nous reporter à la section de BERESHIT…., la création du monde.

Au commencement donc, il est question d’arbres et, lorsqu’ HaShem installe Adam et Eve dans le Jardin d’Eden, IL leur dit qu’il leur est possible de consommer de tous les arbres que contient ce jardin. De tous, sauf d’un !

Il est question d’arbres et non pas de fruits, car, au départ, Rashi nous apprend que les arbres seraient entièrement comestibles et qu’ils auraient le goût des fruits mais, la terre produisit des arbres avec des fruits c’est ainsi que la terre reçut une malédiction car elle n’exécuta pas absolument l’ordre initial qui lui fut donné.

Les fruits sont apparus dans le texte après que le serpent ait menti à Ève en niant tout ce que l’Éternel avait donné en avertissement à Adam.

Le Midrash Rabba souligne d’une part qu’il est écrit un arbre fruit (עץ פרי )et non pas un fruit de l’arbre (פרי העץ ) et d’autre part que ceux qui reçurent une malédiction/punition étaient au nombre de 4 : Adam, Eve, le serpent et… la terre ! A Adam et à Eve il a été dit « תאכל מהעץ הזה  » et non pas « מפרי זה »!

L’année est partagée en deux saisons principales : l’été et l’hiver. L’été est rattaché à la femme (de par le fait qu’elle est fructifiée, porte et voit naître ses enfants alors que l’hiver est rattaché au caractère masculin avec les pluies et la force du vent dirons-nous.

Chacune des saisons s’étend sur 6 mois. Chacun des six mois représente un élément du visage/tête : Le crâne, l’oreille droite et l’oreille gauche, l’œil droit et le gauche, le nez.

Et la bouche ? La bouche n’est attribuée à aucun mois en particulier car il est clair que la bouche a un rôle en particulier de prononcer des bénédictions sur chaque mois, sur chaque fête et, bien entendu sur tout acte comme en particulier toutes les bénédictions que l’homme doit réciter avant de consommer quelque aliment que ce soit.

Le Rav Eliahou Dessler dans son « Mikhtav méEliahou » déclare que le rôle de l’œil est, au moyen de la vue, de transmettre l’information au cerveau, tout comme l’oreille transmet une information au cerveau.

L’homme est comparé à l’arbre. Le mot arbre ,עץ en hébreu est d’une valeur numérique de 160 tout comme le mot « tselem » ou image (l’homme a été créé à l’image de D). Cette « image », sur le plan ésotérique, est l’élément qui va permettre à l’âme juive (et ses 5 aspects) de s’attacher au corps.

Et, lorsque l’heure venue, l’âme doit se détacher du corps, cela se fait en plusieurs paliers : une partie se détache et s’en va rejoindre le monde supérieur et l’autre partie de l’âme demeurera dans la demeure du défunt pour partir progressivement rejoindre l’autre, partie au moment du décès.

En prononçant les bénédictions sur les fruits, chaque parole prononcée constitue une sorte de rachat de la faute originelle qui fut un acte de désobéissance de la part d’Adam et Eve et un acte négationniste de la part du Serpent car, lorsqu’Eve dit au serpent qu’il était interdit de manger de l’arbre le serpent répondit que c’était un « mensonge »!!!!

Les mots d’une bénédiction prononcés avec une grande attention participent à l’effort d’union de l’homme aux sphères supérieures pour tenter de parvenir à un monde parfait.

Il existe dans toutes les communautés des rencontres avec dégustation de fruits et une étude sur les arbres et il est vivement recommandé de se joindre à ses manifestations conviviales pour un enrichissement personnel.

TOU BISHVAT SAMEAH !

Caroline Elishéva REBOUH

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.