Rosh Hachana: Jour de joie ou du Jugement…(vidéo)

www.torah-box.com mis à jour le 13.09.2020

Chaque année, à Roch Hachana, D.ieu rend son jugement, et met en place toutes les conditions de vie qui vont être les nôtres… Le cadre optimum..

Roch Hachana 2020 (5781)
De la soirée du vendredi 18 septembre
À la soirée du dimanche 20 septembre 2020

 

En décidant de tout ce que nous recevrons cette année, Il définit en fait le cadre idéal pour nous faire évoluer au maximum de nos possibilités !Notre part de responsabilité.  Si ces jours redoutables peuvent nous effrayer, le midrach nous enseigne qu’ils seront pour nous une grande lumière! Car lorsque D.ieu nous juge et rend Son verdict, Il n’a qu’un seul objectif : nous aider à nous corriger, nous parfaire et à grandir…

Mais Sa décision dépendra aussi de nous ! Notre sincérité à regretter nos fautes, notre volonté à nous rapprocher de Lui, en reconnaissant Sa royauté et Ses commandements. Nous devons ainsi vivre la fête comme une possibilité de régénération, de renaître à nouveau, et réécrire une nouvelle vie !

Car grâce à cette nouvelle énergie, nous avons la capacité de changer les choses et de décider ce que nous souhaitons être… La lumière du jugement.

En cela, le jugement divin est une lumière, une force soutenant nos efforts pour devenir meilleur, jusqu’à l’année prochaine. Et d’année en année, grâce à l’aide divine, nous progressons, et pouvons atteindre des sommets…

La Torah nous enseigne que le 1er jour de Roch Hachana (qui dure 2 jours) est le 1er Tichri, qui correspond au jour de la création de l’Homme. Cela nous rappelle ainsi la relation unique de chacun avec D.ieu.

Pendant cette fête, toute l’humanité est jugée! Nous défilons devant Lui en écoutant les célèbres sons du Chofar (corne de bélier), qui éveillent en nous un tremblement intérieur et proclament la royauté divine.

Chacun se retrouve avec lui même, procédant à une profonde introspection personnelle, un bilan de l’année passée et fixant ses engagements pour l’année à venir. Pendant ces 2 jours, nous prions pour bénéficier d’une année heureuse et pour être inscrit dans le livre de la Vie !

Le 1er jour de la fête marque aussi le début des 10 jours de pénitence (qui se terminent le jour de Kippour), pendant lesquels nous montrons sincèrement à D.ieu notre désir de nous rapprocher de Lui et d’accomplir ses commandements.

Source www.torah-box.com

Puissions nous tous être immédiatement inscrits et scellés dans le Livre de la Vie !

 

 

Adone ‘Hassélihoth est un poème liturgique qui est chanté sur un air traditionnel tout au long de la période des sélihoth (depuis le 1er Eloul) et jusqu’après Yom Kippour au cours duquel ce poème est chanté 5 fois. Il évoque, la bonté, la miséricorde et la pitié auxquelles nous faisons appel pour que D. juge Ses créatures en cette période de l’année.

Suivant l’ordre alphabétique, ce poème trouve son origine dans la tradition liturgique et le refrain est repris deux fois entre chaque strophe.

Voici le texte hébraïque suivi du texte phonétique et de la traduction :

אדון הסליחות, בוחן לבבות, גולה עמוקות, דובר צדקות.
חטאנו לפניך , רחם עלינו (X2)
הדור בנפלאות , ותיק בנחמות , זוכר ברית אבות , חוקר כליות
חטאנו לפניך , רחם עלינו (X2)
טוב ומיטיב לבריאות, יודע כל נסתרות , כובש עוונות , לובש צדקות
חטאנו לפניך , רחם עלינו (X2)
מלא זכיות, נורא תהילות , סולח עוונות, עונה בעת צרות
חטאנו לפניך , רחם עלינו (X2)
פועל ישועות , צופה עתידות, קורא הדורות, רוכב ערבות
שומע תפילות, תמים דעות.
Adone haselihoth, bohen levavoth, golé âmoukoth, dover tzedakoth
Hatanou léfanékha, rahem âlénou (x2)
‘Hadour benifla’oth, vatik benéhamoth, zokher b’rit âmo, hoker kelayoth
Hatanou léfanékha, rahem âlénou (x2)
Tov oumétiv laberioth, yodéâ kol nistaroth, kovesh âvonoth, lovesh tsedakoth,
Hatanou léfanékha, rahem âlénou (x2)
Male zakhiyoth, nora té’hiloth, soléah âvonoth, ôné beêth tsaroth,
Hatanou léfanékha, rahem âlénou (x2)
Poêl yéshouôth, tsofé âtidoth, koré ‘hadoroth, rokhev âravoth, shoméâ téfiloth, tamim déôth.
Toi, Maître des Pardons, qui sondes les cœurs et libères des profondeurs, et qui intercèdes dans la justice,
Nous avons fauté devant Toi, aies pitié de nous (2 fois)
Glorieux dans les merveilles accomplies et éminent consolateur, Il Se souvient de l’alliance conclue avec Son peuple, et sonde les reins,
Il est bon pour Ses créatures, Il connaît tout ce qui est caché et annihile les péchés et Se revêt de Justice,
Plein de mérites Il pardonne les fautes et répond lorsqu’on s’adresse à Lui
Il agit et sauve, connaît l’avenir, et entend les prières……………..

Examen de conscience. Cet israélien va jusqu’au bout

Examen de conscience - aller jusqu'au bout

Dans le passé, Its’hak Moshé était un ardent supporter du (club de football) Maccabi Haifa. Il y a 15 ans, il s’était rendu au stade de football de Kiryat Eliezer et avait assisté à trois matchs sans payer de billet. Par Sivan Rahav Méir.

Un Examen de conscience qui intervient bien longtemps après les faits. Its’hak s’est marié et est devenu père. Aujourd’hui , il travaille pour la société Tenouva. Dernièrement, il a participé à un cours de Thora portant sur le vol, qu’il soit commis en cachette ou non. Il s’est alors rappelé de ce qu’il avait fait et a décidé de réparer son indélicatesse.

Dans le journal “Yediot A’haronot”, il a été rapporté que Yits’hak a téléphoné au Maccabi Haifa et, en dépit du fait que son offre de remboursement a été rejetée par les responsables, il n’a pas été apaisé. Aussi, il a envoyé au club un chèque de 200 shekels avec l’explication suivante: « C’est pour moi une grande réparation. Cela soulagera ma conscience. Mon but en publiant cette histoire est de donner exemple aux jeunes afin qu’ils ne soient pas tentés de commettre un vol en cachette. »

Le Maccabi Haifa a remercié Its’hak et a fait don de cette somme à l’organisme à but non lucratif «Variety».

Examen de conscience…de toute ton âme

Chaque année, à l’approche du mois d’Eloul, on publie des récits analogues sur des gens qui font leur examen de conscience. Il s’agit souvent de choses dont il est possible de dire qu’elles sont trop anciennes ou trop mineures.

Dans Nitsavim (l’une des deux sections hebdomadaires de la Thora que nous lisons cette semaine), il est écrit: “Que tu retournes à l’Eternel ton D. et que tu obéisses à sa voix en tout ce que je te recommandes aujourd’hui -toi et tes enfants- de tout ton cœur et de toute ton âme” (Deutéronome XXX, 2, traduction du Rabbinat français).

Le repentir est un grand mot, parfois effrayant. Certains réussissent à l’appliquer dans les moindres détails par de petites actions de réparation.

Sivan Rahav Meir est une journaliste de renom au sein de la 12e chaîne de télévision israélienne. Chaque jour, elle offre un petit enseignement de Torah. Il est diffusé un peu partout dans le monde dans une dizaine de langues.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.