View of Dead Sea coastline

« L’apartheid » le mantra des pourfendeurs d’Israël

Le Sierra Club national, organisme à but non lucratif pour l’environnement, dont le siège est à Oakland, a annulé ses voyages prévus en Israël en réponse aux pressions des groupes progressistes et antisionistes.

En plus des membres qui sont actifs de manière bénévole, le Sierra Club emploie environ 500 personnes. La plupart d’entre eux travaillent au quartier général de San Francisco, en Californie, mais certains sont également actifs à Washington (activités de lobbying) et dans des bureaux régionaux. L’association ne compte pas moins de 2 400 000 adhérents. La décision est intervenue après que des militants ont allégué que l’organisation « éco-lissait le conflit » et « donnait une légitimité à l’État israélien, qui est engagé dans l’apartheid contre le peuple palestinien », a résumé un dirigeant bénévole de l’association à but non lucratif dans un e-mail cette semaine. Le « blanchiment vert »,  comme le « pinkwashing » qui fait référence aux droits des LGBTQ , est un terme utilisé par les critiques d’Israël pour désigner l’acte d’obscurcir le traitement des Palestiniens par Israël en se concentrant sur les valeurs ou les politiques environnementales libérales du pays. La nouvelle de la décision du Sierra Club est arrivée dans un e-mail de masse obtenu par J. qui a été envoyé par Mary Owens, la présidente de l’équipe des sorties nationales du Sierra Club, à des centaines de bénévoles qui dirigent des activités en partie récréatives, en partie éducatives et axées sur la conservation ce qui inclut des voyages à travers le monde.

Israël est boycotté, mais la Chine est au catalogue

Depuis des années, le Sierra Club, créé en 1960, propose des voyages en Israël pour explorer la biodiversité du pays, les migrations d’oiseaux, le paysage désertique et les ruines antiques. Le voyage de l’année dernière s’intitulait « Faits saillants naturels et historiques d’Israël », offert pendant deux semaines en mars pour environ 5 000 $ par personne. Il  annonçait  un « voyage complet à travers cette terre durable », avec observation des oiseaux, plongée en apnée en mer, visite de la mer Morte et soirées dans un kibboutz. Les sorties du Sierra Club sont une source majeure de collecte de fonds pour l’organisation. Le responsable bénévole de ce voyage en Israël était Shlomo Waser de Sunnyvale. Waser n’a pas répondu à une demande de commentaire de J. Sur le site Web du Sierra Club,   plus de 250 voyages à venir sont répertoriés, dont plus de 200 vers des sites aux États-Unis et d’autres vers des endroits comme la Malaisie, le Népal et l’Antarctique. Un voyage en Chine est prévu en octobre, la Chine connue pour son respect des droits de l’homme! Le site Web ne répertorie plus un voyage en Israël, et un certain nombre de pages Web contenant des informations sur les voyages passés en Israël ont été fermées vendredi après-midi. Un avis apparaît en haut de la page d’accueil des destinations du Moyen-Orient indiquant « Aucun voyage au Moyen-Orient n’est actuellement prévu ».

Evidemment, un « activiste juif » à l’origine de ce boycott

L’e-mail d’Owens, qui a déclaré qu’elle n’était pas autorisée à parler à la presse, décrivait la décision du Sierra Club d’annuler ses voyages – un prévu pour ce mois-ci et un autre pour mars 2023 – à la suite d’une campagne de plaidoyer d’un « Juif activiste américain » et une multitude de groupes progressistes et antisionistes, dont le pro-palestinien Adalah Justice Project, le groupe de défense des droits des autochtones NDN Collective, la Campagne pour le boycott d’Israël, Jewish Voice for Peace, le Sunrise Movement et le Mouvement pour les vies noires. On notera que le groupe Adalah a participé à la création d’une « plate-forme » lancée par le Movement for Black Lives (MBL) qui soutient BDS et appelle Israël « un État d’apartheid qui commet un génocide ».

« Blanchir le conflit », des éléments de langage qui sont partagés par toutes les officines BDS, sur tous les continents

L’e-mail d’Owens disait : « Le 20 janvier, le conseil d’administration a reçu un e-mail d’un activiste juif américain nous exhortant à annuler nos prochains voyages en Israël (prévus les 15 et 29 mars 2022 et mars 2023), disant que nous sommes blanchissant le conflit là-bas et donnant une légitimité à l’État israélien, qui est engagé dans l’apartheid contre le peuple palestinien. Le conseil a informé Owens et l’équipe des sorties nationales, qui « ont envoyé notre réponse standard qui stipule que nous ne restreignons pas nos voyages en raison de conflits régionaux ou de politique », a écrit Owens. « L’activiste n’était pas satisfait et a déclaré qu’il prévoyait d’impliquer d’autres groupes d’activistes.

Une coalition d’organisations militantes déterminées, en face, la lâcheté

« Le 22 février, le conseil d’administration a reçu un e-mail d’une coalition d’organisations militantes… menaçant que si nous n’annulions pas les prochains voyages dans la semaine, ils diraient publiquement que l’organisation violait les valeurs organisationnelles qu’elle a récemment déployées. » Le directeur exécutif par intérim, Dan Chu, indique l’e-mail, « a nommé un groupe pour gérer la réponse » et a informé les responsables du voyage en Israël. Le groupe spécial nommé par Chu a rencontré les militants progressistes, selon l’e-mail, « qui ont insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de place pour le compromis et ont réitéré leur demande d’annulation des voyages d’ici le 7 mars ». Le groupe « a passé les jours suivants à examiner les avantages et les inconvénients de chaque résultat », a écrit Owens, ajoutant: « l’équipe des sorties nationales ne voulait pas annuler les voyages ». En fin de compte, deux membres du groupe nommés par Chu lui ont recommandé d’annuler les voyages, « et il a accepté », a écrit Owens.

Une organisation influente qui penche sérieusement du côté gauche, wokiste, etc…

La décision intervient alors que le Sierra Club, l’une des organisations environnementales à but non lucratif les plus anciennes et les plus influentes des États-Unis, a fait pression pour intégrer plus ouvertement les valeurs et le langage progressistes dans sa mission, y compris la rhétorique autour de la justice sociale et de l’antiracisme. Une page Web liée à la note d’Owens  comprend un guide pour «pratiquer l’antiracisme au Sierra Club», énumérant la nécessité d’une «action ciblée et soutenue», «maintenir la responsabilité» et «rejeter les normes d’oppression raciale intériorisée», entre autres principes. Le 17 juin de l’année dernière, l’organisation a annoncé pour la première fois son soutien aux réparations pour les Noirs américains. « Il est impossible de créer une planète saine, sûre et durable sans reconnaître et traiter matériellement les impacts économiques, culturels, psychologiques et spirituels passés et présents du racisme », indique le communiqué. Certains membres de longue date du groupe voient dans l’adoption des concepts de justice sociale un virage idéologique vers la gauche au sein d’une organisation qui a toujours été d’une grande ouverture. Sa décision sur Israël a renforcé ce point de vue.

JForum – JTA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.