De Thomas L. Friedmann – New York Times

Poutine n’a pas de bonne sortie possible, et cela me fait vraiment peur

Si vous espérez que l’instabilité provoquée par la guerre de Vladimir Poutine contre l’Ukraine sur les marchés mondiaux et la géopolitique a atteint son apogée, votre espoir est vain. Nous n’avons encore rien vu. Attendez que Poutine comprenne pleinement que ses seuls choix en Ukraine sont de savoir comment perdre – rapide, petit et un peu humilié ou tard, gros et profondément humilié. Je ne peux même pas me faire une idée du genre de chocs financiers et politiques qui émaneront de la Russie — ce pays qui est le troisième producteur mondial de pétrole et possède quelque 6 000 ogives nucléaires — lorsqu’il perdra une guerre résultant de son seul choix et menée par un homme, qui ne pourra jamais se permettre d’admettre sa défaite. Pourquoi pas? Car Poutine sait sûrement que « la tradition nationale russe ne pardonne pas les revers militaires », a observé Léon Aron , un expert russe à l’American Enterprise Institute, qui a écrit un livre sur la route de Poutine vers l’Ukraine.

Chaque défaite majeure a entraîné un changement radical

« Pratiquement chaque défaite majeure a entraîné un changement radical », a ajouté Aron, écrivant dans le Washington Post. « La guerre de Crimée (1853-1856) a précipité d’en haut la révolution libérale de l’empereur Alexandre II. La guerre russo-japonaise (1904-1905) a provoqué la première révolution russe. La catastrophe de la Première Guerre mondiale a entraîné l’abdication de l’empereur Nicolas II et la révolution bolchevique. Et la guerre en Afghanistan est devenue un facteur clé dans les réformes du dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. De plus, le retrait de Cuba a contribué de manière significative au retrait de Nikita Khrouchtchev deux ans plus tard.

Quitte ou double

Dans les semaines à venir, il deviendra de plus en plus évident que notre plus gros problème avec Poutine en Ukraine est qu’il refusera de perdre vite et petit avec pour seul autre résultat qu’il perdra gros et tard. Mais parce que c’est uniquement sa guerre et qu’il ne peut pas admettre la défaite, il pourrait continuer à doubler sa mise en Ukraine jusqu’à… jusqu’à ce qu’il envisage d’utiliser une arme nucléaire. Pourquoi est-ce que je dis que la défaite en Ukraine est la seule option de Poutine, que seuls le moment et la taille sont en cause ? Parce que l’invasion facile et peu coûteuse qu’il envisageait et la fête de bienvenue des Ukrainiens qu’il imaginait étaient des fantasmes totaux – et tout en découle.

Poutine a sous-estimé

Poutine a complètement sous-estimé la volonté de l’Ukraine d’être indépendante et de faire partie de l’Occident. Il a complètement sous-estimé la volonté de nombreux Ukrainiens de se battre, même si cela signifiait mourir, pour ces deux objectifs. Il a complètement surestimé ses propres forces armées. Il a complètement sous-estimé la capacité du président Biden à galvaniser une coalition économique et militaire mondiale pour permettre aux Ukrainiens de se tenir debout et de se battre et de dévaster la Russie chez eux – l’effort de construction de coalition américain le plus efficace depuis que George HW Bush a fait payer à Saddam Hussein sa folie de s’emparer du Koweït. . Et il a complètement sous-estimé la capacité des entreprises et des individus du monde entier à participer et à amplifier les sanctions économiques contre la Russie – bien au-delà de tout ce que les gouvernements ont initié ou mandaté.

Une humiliation intolérable

Lorsque vous vous trompez autant en tant que leader, votre meilleure option est de perdre rapidement et petit. Dans le cas de Poutine, cela signifierait retirer immédiatement ses forces d’Ukraine; offrir un mensonge qui sauve la face pour justifier son « opération militaire spéciale », comme de prétendre qu’elle a protégé avec succès les Russes vivant en Ukraine avec la promesse d’aider les frères russes à se reconstruire. Mais l’humiliation inévitable serait sûrement intolérable pour cet homme obsédé par la restauration de la dignité et de l’unité de ce qu’il considère comme la patrie russe. Soit dit en passant, vu la façon dont les choses se passent actuellement sur le terrain en Ukraine, il n’est pas exclu que Poutine perde rapidement et gros. Je ne parierais pas là-dessus, mais avec chaque jour qui passe, de plus en plus de soldats russes sont tués en Ukraine, qui sait ce qu’il advient de l’esprit combatif des conscrits de l’armée russe à qui l’on demande de mener une guerre urbaine meurtrière contre d’autres Slaves, pour une cause qui ne leur a jamais vraiment été expliquée.

Étant donné la résistance générale des Ukrainiens à l’occupation russe, pour que Poutine « gagne » militairement sur le terrain, son armée devra soumettre toutes les grandes villes d’Ukraine. Cela inclut la capitale, Kiev – après probablement des semaines de guerre urbaine et de pertes civiles massives. En bref, cela ne peut être fait que par Poutine et ses généraux qui commettent des crimes de guerre jamais vus en Europe depuis Hitler. Cela fera de la Russie de Poutine un paria international permanent.

De plus, comment Poutine maintiendrait-il le contrôle d’un autre pays – l’Ukraine – qui compte environ un tiers de la population de la Russie, avec de nombreux résidents hostiles à Moscou ? Il aurait probablement besoin de maintenir chacun des plus de 150 000 soldats qu’il a déployés là-bas – sinon plus – pour toujours.

Aucune voie pour que Poutine gagne en Ukraine

Je ne vois tout simplement aucune voie pour que Poutine gagne en Ukraine de manière durable parce que ce n’est tout simplement pas le pays qu’il pensait être – un pays qui n’attend qu’une décapitation rapide de ses dirigeants « nazis » pour qu’il puisse doucement tomber dans le sein de Mère Russie. Donc, soit il réduit ses pertes maintenant et mange du corbeau – et, espérons-le, échappe à suffisamment de sanctions pour relancer l’économie russe et conserver le pouvoir – soit il fait face à une guerre éternelle contre l’Ukraine et une grande partie du monde, qui sapera lentement la force de la Russie et effondrera son infrastructure.

Le danger d’une Russie faible, humiliée

Comme il semble obsédé par ce dernier, je suis terrifié. Parce qu’il n’y a qu’une seule chose pire qu’une Russie forte sous Poutine – et c’est une Russie faible, humiliée et désordonnée qui pourrait se fracturer ou être dans une agitation de leadership interne prolongée, avec différentes factions luttant pour le pouvoir et avec toutes ces ogives nucléaires, les cybercriminels et les puits de pétrole et de gaz qui traînent. La Russie de Poutine n’est pas trop grande pour échouer. Elle est cependant trop grande pour échouer d’une manière qui n’ébranlera pas le reste du monde.

JForum – New York Times

9 Commentaires

  1. L’analyse de Thomas L. Friedmann du New York Times est plausible mais uniquement si on part du postulat que Poutine est un débutant au jeu des échecs et qu’il ne prévoit qu’un coup à l’avance. Personnellement, je pense qu’il ne faut pas le sous-estimer. Sa victoire consistera au moins à l’application par l’Ukraine des Accords de Minsk que l’Ukraine n’ aurait pas appliqués d’après les informations que je recueille à diverses sources. Poutine ne compte pas occuper l’Ukraine , il occupera quelques territoires non russophones qu’il utilisera comme monnaie d’échanges pour obtenir que la Crimée soit reconnue internationalement comme terre russe, l’application des Accords de Minsk et enfin la levée de toutes les sanctions. Amos Zot, géopolitologue et accessoirement joueur d’échecs et non-lecteur du New York Times.

  2. La majorité des Russes vivent à la compagne, les sanctions sont surtout quelques oligargues.
    La Russie a de quoi tenir 2 ans et nous en Europe 2 mois.
    Militairement, la France c’est 3 jours de munitions avant de dégainer le nucléaire.
    Quelques soient les opinions contre « Le méchant Poutine », notre nombrilisme nous pête à la figure.
    Allons un peu de réflexion: « ne croyez vous pas que ce conflit est un moyen désespérer de se séparer de la vison du conflit de civilisation contre ce mondialisme en écartant Poutine, Trump, Zemmour etc….? » Même Zelenski commence à s’en rendre compte, mais qu’à cela ne tienne « allez au combat pourvu que cela ne nous coûte pas cher parce que l’on commence à manquer d’encre et d’énergie pour faire tourner les planches à Billets »!
    Il est incroyable qu’en tant que Juif on ne se posent pas ces questions, nous sommes les mieux placés pour connaitre et particulièrement depuis le premier choc pétrolier de 1973 ce dont quoi les pervers sont brillant en manipulation ! Mais là franchement c’est pathétique ! Des charognards !!!

  3. Bon, il s’agit du NT Times, ce torchon woke. Mais quand même, on est plié de rire quand on lit que Joe le sénile, a su galvaniser une coalition…

    Donc toujours la même question : pourquoi Jforum s’obstine à rapporter les dégueulis de la propagande gauchiste, fut-elle américaine ?

  4. Tu rêves Habibi , la Russie perdra la guerre son économie va morfler grave , une révolution peut être mis en place pour arrêter ce criminel qui pense comme au siècle dernier , rêve de conquête pour quelques km de territoire, alors que les pays investissent dans les stars up et autres nouvelles technologies ,  « poupou se ridiculise », voilà le futur que les gens veulent et non des guerres pour de la terre , nous sommes plus au moyen âge …..

  5. L’armée russe est victorieuse, et l’armée ukrainienne a déjà perdu la guerre depuis une semaine, voilà la réalité du terrain; et dans 3 à 5 semaines, elle contrôlera toute la partie Est du pays et aura atteint l’essentiel de ses objectifs : détruire les milices ukro-nazis génocidaires, mettre fin au gouvernement fantoche plus ou moins mafieux piloté par les Etats Unis d’Amérique, dénucléariser l’Ukraine, mettre un terme aux recherches de guerres bactériologiques américano-ukrainiennes, annihiler la guerre potentiellement génocidaire contre les républiques autonomes auto-proclamées de l’Est ukrainien qui se préparait pour le mois de mars, éviter que l’Ukraine rejoigne l’OTAN, rétablir la Paix et l’Ordre sur les territoires ukrainiens habités par les populations russes et russophones.

    • Vous avez oublié le combat contre un gouvernement nazi dirigé par le plus grand criminel de guerre de toute l’ histoire humaine, l ‘ invasion imminente de la Russie par les troupes sauvages de Zelenski, et les bombardements de Saint Petersbourg et de Vladivostok.

      Il me parait probable que l’ armée russe va réussir à occuper les grandes villes, dont Ouman Jitomir Lvov Odessa Tchernowitz, que l’ armée russe poussera jusque à Rawa Ruska et à la frontière de Medyka, et libérera la Transnistrie. Pourra t elle tenir un pays plus grand que la France et hostile ? J’en doute et je crois que M Poutine a fait un faux calcul. Il a sous estimé la résistance ukrainienne et la réaction du monde occidental, qu’il devait mépriser profondément. Des caves, des dupes prédestinées, et de plus des couilles molles et des foies jaunes. C’ est exactement l’erreur de Hitler en 1939. Français et Britanniques ? Ils ne feront rien. Ce sont des petits vers, je les ai vus à Münich.

      Je prévois des malheurs, pour la Russie l’ Ukraine et je crois beaucoup d’autres, dont l’ Arménie. Un pressentiment me dit que ça finira mal.

      • Oui, mais que voulez-vous les âmes faibles ont besoin qu’on leur fasse croire ce qui est bon et ce qui est mal pour se sentir rassurer, et dans le monde moderne mondialisé ou tout le monde s’assure, il suffit qu’il y en est un qui n’assure plus pour que tout le monde s’écroule.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.