A picture taken on May 5, 2015 in Bagneux, southern Paris shows the new plaque, reading "From people of Bagneux in memory of Ilan Halimi, victim of barbarity, antisemitism and racism", in memory of a 23-year-old telephone salesman, who was kidnapped, tortured and killed in a suburb of Paris in January 2006 by a gang that sent ransom demands to his family. An investigation was opened on May 3, 2015 for "intentional damage" after the plaque was found broken. AFP PHOTO / ALAIN JOCARD / AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

Pour Ilan Halimi

 

A Paris, comme à Marseille, ont eu lieu des rassemblements pour honorer la mémoire d’Ilan Halimi. Cela fait seize ans, non, au plus seize minutes. Car le temps n’a pas permis de cicatriser les plaies laissées par les tortures subies par Ilan Halimi aux mains de ses bourreaux. A Marseille, la cérémonie s’est déroulée en présence du président du CRIF Marseille-Provence, du Président régional du FSJU, du Président du Consistoire israélite de Marseille, du Grand Rabbin de Marseille  et en présence du Maire des 6ème et 8ème arrondissements, sous le haut-patronage du Maire de Marseille. Une cérémonie autour d’un arbre planté à la Mémoire d’Ilan Halimi il y a plusieurs années dans le parc de Bagatelle.

A Paris, le rassemblement s’est tenu face à un mur, le mur de l’ immeuble mitoyen à la boutique de téléphonie où travaillait Ilan Halimi, aujourd’hui remplacée par une jolie boutique de chocolats. L’Imam Chalghoumi, à la fois sincère et courageux dans son message d’espoir sur l’évolution qui se dessine au sein du monde arabe, fut largement applaudi. Les grandes institutions absentes ont assisté aux diverses manifestations qui se sont déroulées notamment à Ste Geneviève des Bois, près de la voie ferrée où fut retrouvé le corps agonisant d’Ilan. Un autre rassemblement se déroulait au jardin Ilan Halimi à l’initiative de l’UEJF.

Dispersion, éparpillement, comme s’il fallait émietter cet événement trop lourd à porter.

Car Ilan Halimi marque une étape décisive dans l’escalade de l’horreur. Déjà, sont réunis tous les éléments qui mènent au pire : un contexte salafo-propalestinien, l’antisémitisme basique du « Les juifs ont de l’argent », la complicité des uns, le silence des autres, l’indifférence et une haine viscérale. Puis, il y eut le refus d’envisager dès le départ le caractère antisémite et les institutions qui appelèrent au calme. Le pire cauchemar se déroule. Seize ans plus tard, le sentiment d’horreur n’a pas diminué. Si le rappel du nom des victimes vient alimenter la majorité des interventions sur la « situation » en France, on ne peut que s’étonner de l’absence d’un mémorial, d’une stèle dédiée soit aux victimes juives, soit aux victimes du terrorisme islamiste tombées en France. Commémorer individuellement chaque attaque et sa, ou ses, victimes n’empêche-t-il pas d’avoir une vision globale qui appellerait à une prise de conscience forte, préalable indispensable à des réactions et à une mobilisation forte? Un minimum serait une bougie perpétuelle dans chaque synagogue dédiée aux victimes juives ou à toutes les victimes, ce qui permettrait lors des différentes dates au moins de rappeler les faits et de réciter un Kaddish. En attendant, un jour peut-être, une stèle en hommage à toutes les victimes du terrorisme islamiste.

Et pour Sarah Halimi ?

Le 4 avril, pour honorer la Mémoire de Sarah Halimi, devant quoi nous tiendrons-nous ? Un mur, un abribus, rien ? Ils étaient juifs. N’ont-ils pas au moins droit au respect dû aux défunts, alors que chacun répète à qui mieux mieux qu’ils sont qui notre frère, qui notre grand-mère, etc…Il y a quelques jours, lors d’un concert à Paris, Ben Snof a dédié une chanson à Sarah Halimi, apparue sur les écrans géants du Palais des Congrès de Paris. Un moment saisissant.  Il serait certainement très surpris d’apprendre que, le 4 avril, il n’y aura aucun lieu juif qui lui soit dédié, ni même une Lumière dans chaque synagogue. Comme une suite du silence.

Evelyne Gougenheim

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.