Osez rêver ! par Michèle Mazel

2
600

Osez rêver !

Par Michèle Mazel

 

 

Quoi de plus approprié que ce slogan pour le pari fou pris par Israël, avec la tenue de l’Eurovision? Un risque insensé à bien y réfléchir. Les tenants du BDS se déchaînaient et promettaient manifestations monstres et pressions sur les pays et les artistes concernés.

La presse bienpensante s’interrogeait sur « le message » que le choix de cet Etat pas comme les autres allait faire passer. Qu’en était-il de la morale ? du droit international ?

Comment réconcilier des mois de préparation, de célébrations, et un afflux de visiteurs avec le drame d’une population palestinienne souffrant des affres de “l’Occupation” ? Et le danger ? Quelqu’un avait-il songé au danger ? Personne ne parlait ouvertement de terrorisme, d’attentats-suicides, mais les sous-entendus appuyés ne manquaient pas.

 Comme d’habitude, chaque article s’accompagnait de dizaines, voire de centaines de commentaires, certains remettant en cause la légitimité et l’existence même de l’Etat juif. Les modérateurs de grands quotidiens comme Le Figaro ou Le Monde n’y voyaient rien à redire.

Pour mémoire, rappelons ce commentaire publié le 5 mai par le journal Le Monde (et retiré après le signalement donné par l’auteur de ce billet) : « Dès le début, le diplomate britannique Montaigu (1917) et la commission universitaire anglo-américaine King-Crane (1919) ont signalé les dangers du projet sioniste (un projet de conquête et de dépossession). Mais au bout de 100 ans de violences générées par le sionisme, le Monde s’obstine à ne jamais s’interroger sur les conséquences du sionisme, sur son rôle dans l’escalade centenaire de la violence. Aveuglement ». Hélas, pour un commentaire retiré vingt autres apparaissent.

Cette agitation médiatique montait en exergue les événements de Gaza. Semaine après semaine les Gazaouis, encadrés et dirigés par l’organisation terroriste qu’est le Hamas, tentaient de franchir la frontière et de déferler à l’intérieur d’Israël dans le but de détruire le voisin maudit. Une entreprise génocidaire bénéficiant d’un bien étrange soutien en Occident.

Articles et reportages « sur le terrain » s’étendaient longuement sur le courage des manifestants « à la poitrine nue » face aux fusils des soldats israéliens qui tiraient pour tuer et sur les malheureux gamins estropiés dont la vie était gâchée à jamais. On parlait moins des incendies qui ravageaient les champs et les forêts du sud d’Israël et de l’enfer des tirs des roquettes.

Il y avait bien sûr une autre menace, plus dramatique encore : celles des ennemis aux frontières. Les tunnels d’attaque creusés sous la frontière avec le Liban pour permettre au Hezbollah de lancer une offensive foudroyante contre la Galilée ; les tentatives iraniennes pour attaquer Israël par l’intermédiaire de leurs milices en Syrie.  Moins d’un mois avant le début de la grande fête de la musique qu’est l’Eurovision, la tension était à son comble et face à la montée des dangers il ne manquait pas de commentateurs pour appeler à son annulation.

Cette guerre des nerfs, c’est Israël qui l’a gagnée, devenant ainsi le grand vainqueur de cette compétition.  Pendant toute une semaine des centaines de millions de téléspectateurs ont découvert une autre réalité et un pays d’une vibrante vitalité. Bien sûr, cet état de grâce ne durera pas. Reste qu’il faut saluer le courage d’une nation qui a osé rêver et fait de ce rêve une époustouflante réussite.

Par ©Michèle Mazel

2 COMMENTS

  1. ISRAEL,QUEL PAYS MERVEILLEUX,CAPABLE D’ORGANISER UN TOUR D’ISRAEL CYCLISTE SANS AUCUN INCIDENT ET SURTOUT DE DONNER AU MONDE UN SPECTACLE GRANDIOSE LORS DE L’EUROVISION SANS LE MOINDRE PROBLEME DE SECURITE OU TECHNIQUE,UN DES PLUS GRANDS SHOWS QUE L’ON AIT JAMAIS VU.BRAVO,UNE FOIS DE PLUS.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.