Ménaché ben Israël: le Rav qui murmura à l’oreille de Cromwell

0
647

Un portrait gravé par Rembrandt qui représenterait Ménaché

Dans la Amsterdam du 17 ème siècle, surnommée la “Jérusalem du Nord” a vécu un certain, Ménaché ben Israël, rabbin, savant, ami de Rembrandt.

Qui était Ménaché ben Israël?

Les étapes de la vie de Ménaché ben Israël

Ménaché ben Israël naquit sur l’île de Madère en 1604, sous le nom de Manoel Dias Soeiro, un an après le départ de ses parents du Portugal métropolitain à la suite de l’ Inquisition .

En 1610, la famille arriva aux Pays-Bas, alors au pleine révolte religieuse contre la domination catholique espagnole.

Amsterdam (1) était déjà un centre important de la vie juive en Europe à cette époque.

DSCN0142

Inneres der Portugiesischen, Synagogue d’Amsterdam. Tableau d’Emmanuel de Witte (v. 1680).

Ménaché devint  l’élève du Sage Isaac Uziel dans la toute fraîche yeshivah.

A 18 ans il devint rabbin et auteur, en 1626 il fonda la première presse hébraïque à Amsterdam. Il publia 3000 Pentateuques avec le commentaire de Rachi, 400 exemplaires de la Michna. On lui interdit d’ouvrir une librairie (commerce de détail).

En 1638, il décida de s’établir au Brésil car il avait toujours du mal à subvenir aux besoins de sa femme et de sa famille à Amsterdam.

Il a peut-être visité la capitale de la colonie néerlandaise, Recife, mais ne s’y sont pas déplacés.

L’une des raisons pour lesquelles sa situation financière s’améliora à Amsterdam fut l’arrivée de deux entrepreneurs juifs portugais, les frères Abraham et Isaac Pereyra.

Ils ont engagé le rabbin Ménaché pour diriger un petit collège ou une académie (une yeshiva) qu’ils avaient fondée dans la ville.

En 1644, Ménaché rencontra Antonio de Montezinos , un voyageur portugais et juif marrano– séfarade qui se trouvait dans le Nouveau Monde.

Il l’a convaincu de sa conclusion que les Indiens des Andes d’Amérique du Sud étaient les descendants des dix tribus perdues d’Israël.

En 1651, il proposa de servir Christina, reine de Suède, en tant qu’agent des livres en hébreu.

La même année, il rencontre Oliver St John et ses émissaires dans le cadre de sa mission consistant à former une coalition anglo-néerlandaise (qui aurait donné aux citoyens néerlandais, et donc aux Juifs, le privilège de rester et de travailler en Angleterre).

Les Anglais ont été impressionnés par leurs connaissances et leur comportement et lui ont conseillé de faire une demande officielle de réadmission des Juifs en Angleterre. 

En 1655, Ménaché arriva à Londres. Pendant son absence des Pays-Bas, les rabbins d’Amsterdam ont excommunié son élève, Baruch Spinoza .

En février 1657, Cromwell accorda à Israël une pension d’État de 100 £, mais il mourut avant de pouvoir en profiter, à Middelburg, aux Pays-Bas, pendant l’hiver 1657 (14 Kislev 5418).

Sa tombe est dans le Beth Haim de Ouderkerk aan de Amstel.

La tombe de Ménaché à Ouderkerk aan de Amstel

 

Les principales œuvres de Ménaché ben Israël

Ses œuvres sont très diverses, et rédigées en espagnol, en latin ou en hébreu : des traités de mathématiques, d’autres de philosophie religieuse.

Il eut des contact avec les penseurs chrétiens, auprès desquels il jouit d’ un grand renom: Gérardus Vossius , Hugo Grotius , António Vieira faisaient partie de ses correspondants .

Une de ses premières œuvres, El Conciliador , publiée en 1632, a acquis une réputation immédiate; c’était une tentative de concilier des divergences apparentes dans diverses parties de la Bible hébraïque avec les penseurs chrétiens.

Le conciliateur était, comme précédemment, une œuvre écrite pour réconcilier les contradictions apparentes dans de nombreux passages de la Bible.

Pour atteindre cet objectif, Ben Israel “a utilisé un nombre incroyable de sources”; principalement le Talmud et les commentaires juifs classiques, mais cite souvent des autorités chrétiennes primitives ainsi que des auteurs grecs et latins de l’Antiquité.

Écrit en espagnol à Amsterdam, en 1632, il visait principalement à renforcer la foi des Marranes en la véracité du Tanah selon l’interprétation juive. 

Résultat de recherche d'images pour "Nishmat Hayim de ménaché ben israël"

Son ouvrage majeur, Nishmat Hayim, était un traité en hébreu sur le concept juif de la réincarnation des âmes , publié par son fils Samuel six ans avant sa mort.

 Certains érudits pensent qu’il a étudié la kabbale avec Abraham Cohen de Herrera , disciple d’ Israël Saruk . Cela expliquerait sa familiarité avec la méthode d’ Isaac Luria .

Son livre, L’ espoir d’Israël , a été publié pour la première fois à Amsterdam en hébreu ( Mikveh Israel ) et en latin ( Spes Israelis ) en 1650. Ce livre a été écrit en réponse à une lettre de 1648 de John Dury au sujet des affirmations de Montezinos.

En plus de rapporter les récits de Montezinos sur les Juifs des Amériques, Espoir d’Israël a exprimé l’espoir que les Juifs retourneraient en Angleterre afin de hâter la venue du Messie.

Ménaché  soulignait également sa parenté avec le Parlement et se dit motivé par l’amitié pour l’Angleterre plutôt que par un gain financier. 

 En 1651, son livre fut traduit en anglais et publié à Londres. Son récit des descendants des tribus perdues découverts dans le Nouveau Monde a profondément impressionné l’opinion publique et suscité de nombreuses polémiques dans la littérature anglaise.

Résultat de recherche d'images pour "L' espoir d'Israël du rabbin ménaché ben israël"

En dépit de leurs malheurs et les mouvements historiques, Ménaché caractérisait l’état de la communauté juive au moment en écrivant: 

On voit donc que Dieu ne nous a pas quittés; car si quelqu’un nous persécute, un autre nous reçoit avec civilité et courtoisie; et si ce prince nous traite mal, un autre nous traite bien; si on nous bannit de son pays, un autre nous invite avec mille privilèges; comme l’ont fait divers princes d’Italie, le roi le plus éminent du Danemark et le puissant duc de Savoie à Nice. Et ne voyons-nous pas que ces républiques prospèrent et développent beaucoup les échanges commerciaux qui admettent les Israélites? “

Oliver Cromwell (2) était sensible à la cause juive, en partie à cause de ses tendances tolérantes, mais surtout parce qu’il prévoyait l’importance pour le commerce anglais de la participation des princes marchands juifs, dont certains s’étaient déjà rendus à Londres.

Résultat de recherche d'images pour "oliver cromwell"

Oliver Cromwell (1598-1659) Lord Protecteur

Son ouvrage le plus connu, écrit en latin, Vindiciae Judaeorum (Réhabilitation des Juifs) était une apologie du Judaïsme, dont l’actualité était encore grande un siècle plus tard, puisque Mendelssohn en fit une traduction allemande.

Son “Humble adresse au Lord Protecteur” prononcée au cours de l’assemblée de Whitehall (en 1655) fut immédiatement publiée et constitua un document historique capital et curieux.

Résultat de recherche d'images pour "Humble adresse au Lord Protecteur de ménaché ben israël"

Cromwell a convoqué la conférence de Whitehall en décembre de la même année.

Certains des hommes d’État, avocats et théologiens les plus remarquables de l’époque ont été convoqués à cette conférence pour discuter de l’opportunité de réadmettre les Juifs en Angleterre.

Le résultat pratique principal a été la déclaration des juges Glynne et Steele qu’il n’existait “aucune loi interdisant le retour des Juifs en Angleterre”.

Bien que rien n’ait été fait pour régulariser la position des Juifs, la porte leur a été ouverte pour leur retour progressif.
Le 14 décembre 1655, John Evelyn inscrit dans son journal : “Les Juifs ont-ils été admis?” Lorsque Prynne et d’autres ont attaqué les Juifs, Ménaché a écrit son ouvrage majeur, Vindiciae judaeorum (1656), en réponse.

Ménaché ben Israel  resta en Angleterre pendant deux ans après la Conférence de Whitehall.

Bien qu’il ait échoué dans cette entreprise, il rencontra durant son séjour un grand nombre de personnalités influentes de l’époque.

 

Ainsi Ménaché ben Israël  fut un immense rabbin, kabbaliste, écrivain, diplomate, imprimeur et éditeur, fondateur de la première presse à imprimer hébraïque à Amsterdam.

Adaptation par HG

Notes

(1) La réussite socio-économique fut très importante et significative dans la vie d’Amsterdam. Les Juifs séfarades étaient bien intégrés et prédominants dans le commerce international. L’industrie du diamant, dont le centre était à Amsterdam, devint à cette époque presque exclusivement juive. En lien avec cette situation économique, le statut des Juifs d’Amsterdam était particulier dans le monde de l’époque.  

Alors que la quasi-totalité des autres communautés juives vivaient plus ou moins recluses sur elles-mêmes et dans des ghettos, les Juifs d’Amsterdam étaient libres de s’installer où ils le souhaitaient. Ils vivaient pour la plupart dans le quartier juif pour des raisons de convenance, mais ils pouvaient le quitter librement. Les chrétiens eux-mêmes pouvaient s’installer dans le quartier juif et le peintre Rembrandt, par exemple, y travailla pendant longtemps.

Il faut néanmoins nuancer le tableau : nous avons parlé jusqu’à présent essentiellement de la communauté séfarade.

Or, à partir des années 1620, des Juifs ashkénazes commencèrent à arriver à Amsterdam.  En 1636, ils se constituèrent en minyan et nommèrent leur propre rabbin, avant d’acquérir une synagogue en 1640. Rapidement, les pogroms et les persécutions en Europe de l’Est amenèrent une large population ashkénaze, qui surpassa en nombre les Séfarades. Amsterdam devint l’un des centres les plus importants de l’impression de livres juifs, et ce jusqu’au XXe siècle.

(2) Oliver Cromwell (1598-1659) était un militaire et homme politique anglais, resté dans les mémoires pour avoir pris part à l’établissement d’un Commonwealth républicain en Angleterre (ainsi qu’en Irlande et en Écosse), puis pour en être devenu le Lord Protecteur.

Sources 

Renée Neher-Bernheim: Histoire juive, de la Renaissance à nos jours, université de Strasbourg 1971
Marianne Picard: Juifs et Judaïsme ( tome 3), Biblieurope 2004

Liens

wikipedia

source 2

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.