L’ONU, mais aussi les États-Unis et la France sont bien informés de ce que le Hamas pille l’aide humanitaire pour ses besoins. Ains les ressources  vont entièrement à son effort de guerre. La France, les États-Unis d’autres pays et d’autres institutions comme l’ONU veulent accroitre l’aide au Hamas et font pression sur Israël. Sur place  la population subit cette politique.

C’est ainsi que les comités populaires protestent à Gaza.

Les groupes qui opèrent à Rafah et dans le nord de la bande de Gaza se regroupent en clans, parcourent les rues en tant qu’initiés et prennent parfois le relais de l’aide humanitaire. Selon les estimations, ils comptent plusieurs dizaines à plusieurs centaines d’agents et ont été créés sous l’autorité du ministère de l’Intérieur du Hamas . « Le Hamas les utilise pour prendre le contrôle de l’aide humanitaire et piller », disent-ils à Gaza.

« Le Hamas les utilise. » Les Comités populaires de défense à Rafah.

Les Gazaouis, masqués, des matraques à la main et la tête ornée d’un ruban blanc portant l’inscription « Comité de défense du peuple », errent depuis près d’un mois dans les rues de Rafah. Ils ont pour mission : faire preuve de gouvernance et maintenir l’ordre dans les rues. En pratique, ces groupes sont du « Hamas déguisés », qui sont envoyés dans des endroits où ils passent inaperçus et mènent des opérations de maintien de l’ordre.

Si l’un des habitants de la bande de Gaza pouvait espérer que ces comités populaires les soutiendraient, c’est loin d’être le cas. Selon les estimations, ces comités comptent des dizaines à des centaines de militants et ont été créés dès le début sous l’autorité du ministère de l’Intérieur du Hamas. Les organisations terroristes de la bande de Gaza sont perturbées par la perte de gouvernance dans les endroits où Tsahal opère et profitent de ces comités pour maintenir leur capacité à tenir le terrain, autant que possible.

« Des autorisations pour les clans, le Hamas les utilise »

Un responsable de la bande de Gaza qui s’est entretenu avec N12 a déclaré que « les comités populaires qui opèrent à Rafah et qui « sécurisent » également l’aide dans le nord de la bande rejoignent toutes sortes de clans. La même source affirme que leurs gens reçoivent des matraques et sont masqués. « Lorsque le Hamas décide d’apporter du matériel, il utilise les mêmes comités populaires pour s’emparer et piller une partie du matériel de la population, comme cela s’est produit sur la place du Koweït, dans le quartier de Zeytun. »

Les Comités populaires de défense à Rafah

« Les commerçants ont peur d’entrer dans la ville et veulent vider leurs magasins. » Les membres des comités dans les rues de Rafah. « Peut-être que si nous avions de vrais policiers qui ne sont pas masqués, ceux qui sont connus des gens, ce serait plus organisé et plus sur », a déclaré un père de quatre enfants à Rafah, lors d’une conversation avec Reuters. « Ils se sont révélés inefficaces et s’en prennent aux mauvaises personnes. »

« Le Hamas fixe les prix et boycotte les transgresseurs »

L’un des hommes masqués, membre des comités populaires, a déclaré à l’agence de presse que « le ministère de l’Économie (dirigé par le Hamas) fixe les prix. Il avertit les commerçants que leurs prix sont trop élevés et confisque les biens des criminels qui viennent de les vendre.

« Ils répondent à notre appel pour nous protéger des prix élevés », a déclaré Akram, un habitant de Rafah, indigné par l’inflation galopante qui l’a poussé à arrêter de fumer, car avant la guerre, une seule cigarette coûtait le même prix qu’un paquet entier.

Les clans et le Hamas concluent un accord.

Comme nous l’avons publié pour la première fois dans N12 en janvier, le Hamas conclut souvent un accord avec les clans pour piller dans la bande de Gaza.  Ils prétendent qu’ils sécuriseront les camions d’aide – et en retour ils recevront du butin, une partie de l’aide humanitaire. Selon des sources dans la bande de Gaza, le pillage de l’aide qui transite par Kerem Shalom est principalement le fait des clans bédouins qui vivent dans la zone. Mais une partie de l’aide qui n’est pas pillée et qui entre dans la bande de Gaza finit parfois par aller aux terroristes du Hamas.

Les preuves provenant de Gaza ces derniers jours révèlent que les prix à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, ont chuté d’une manière sans précédent, à un rythme atteignant des dizaines de pour cent, voire plus. Cependant, cette mesure soudaine a amené les habitants de Gaza à se demander ce qui a conduit à cela et à spéculer sur les circonstances.

La nouvelle grille de prix à Rafah

Farine : 10 NIS par kg

Sucre : 10 NIS par kg

Riz : 10 NIS par kg

Huile (1 litre) : 10 NIS

Huile (3 litres) : 25 NIS

Boîte de haricots : 5 NIS

Grains de houmous : 5 NIS

Pois en conserve : 5 NIS

Grande sauce : 8 shekels

Thon en conserve : 10 NIS

Petite viande en conserve : 10 NIS

Grosse viande en conserve : 20 NIS

« La raison de la baisse soudaine des prix des produits est que les commerçants veulent vider leurs magasins, car la possibilité que l’armée israélienne entre à Rafah est très proche », a spéculé Rayna, une habitante de Gaza. « Les prix des matières premières ont chuté dans le sud de la bande de Gaza après qu’Israël a forcé la mafia du ministère de l’Economie à quitter les points de passage de Rafah et Kerem Shalom », a affirmé Yahya.

« Inefficace et poursuivant les mauvaises personnes. » Les Comités populaires de défense à Rafah.

L’influenceur gazaoui Yosef Jasser s’est demandé : « Je ne sais pas où se trouvaient ces comités. Que ce soit au nord de la bande de Gaza ou au sud, et s’ils ont contribué à faire baisser les prix des marchandises à Rafah, et s’il y a restait-il quelque chose dans les poches des citoyens qui, de toute façon, sont opprimés. » Il a ajouté : « Ces comités étaient-ils là lorsque le prix du kilo de sucre à Rafah a atteint 100 NIS au lieu de 3 NIS ? Où étaient-ils lorsque le kilo de farine dans le nord est devenu 120 NIS au lieu de 1,5 NIS le kilo ?

Plus de 200 camions arrivent chaque jour, certains sont pillés

Selon les données israéliennes, en moyenne 200 camions d’aide humanitaire entrent chaque jour dans la bande de Gaza par les points de passage de Rafah et Kerem Shalom, mais dans le nord de la bande, une partie importante des camions sont pillés par les terroristes et n’arrivent pas aux résidents.

Pendant ce temps, Israël a officiellement décidé de cesser de travailler avec l’UNRWA (l’agence de secours des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens), après que l’implication de ses travailleurs dans le massacre du 7 octobre ait été révélée. Ainsi, il passe progressivement les rênes au PAM – le Programme alimentaire mondial.

JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guy Poron

Pour l´instant, ce n´est pas un choc…qui est à venir, mais bien une acceptation par les démocraties de la réalité de l´islam! L´article parle du Hamas et de Gaza et non du Hezbollah et du Liban! La situation est différente! A Gaza on a affaire à des pillages organisés et connus!La communauté mondiale qui sait si bien critiquer et faire pression sur Israel devrait se charger de l´organisation de la protection et du partage des biens.

Pauliltique

La communauté internationale sait à quoi s’ en tenir face au hezbollah, mais elle a choisi la soumission pour retarder le choc inéluctable des civilisations, celui des Démocraties face aux islamistes.