L’Australie redirige ailleurs l’argent destiné à l’Autorité Palestinienne au milieu des craintes de soutien aux terroristes

Le gouvernement du Premier Ministre Turnbull met fin à son financement de 10 millions de dollars apporté au gouvernement palestinien par l’intermédiaire de la Banque mondiale, craignant que cela n’apporte d’autres fonds pour soutenir des terroristes condamnés.

Au lieu de suivre ce circuit, l’argent sera dépensé par le biais d’un programme des Nations Unies pour payer les soins de santé, la nourriture, l’eau, l’assainissement amélioré et le logement, a annoncé lundi la ministre des Affaires étrangères, Julie Bishop.

Le financement existant apporté par l’Australie était destiné au Fonds fiduciaire concernant de multiples donateurs de la Banque mondiale, qui appuie l’Autorité palestinienne basée en Cisjordanie. Mme Bishop a indiqué qu’elle avait écrit à l’Autorité palestinienne pour lui demander des assurances que l’argent australien «ne soit pas utilisé pour aider les Palestiniens reconnus coupables de violence à motivation politique (terrorisme)».

Le président palestinien Mahmoud Abbas.
Le président palestinien Mahmoud Abbas.

Photo: Agence européenne des photos de presse

Elle a dit qu’elle était confiante qu’aucun argent déjà donné n’avait été mal utilisé.

« Cependant, je crains qu’en fournissant des fonds pour cet aspect des opérations de l’Autorité palestinienne, il lui soit possible d’utiliser son propre budget pour des activités que l’Australie n’appuierait jamais », a-t-elle déclaré.

« Toute assistance fournie par l’Organisation de libération de la Palestine aux personnes reconnues coupables de violences politiques est un affront aux valeurs australiennes et sape la perspective d’une paix véritable entre Israël et les Palestiniens ».

L’argent sera redirigé vers le Fonds humanitaire des Nations Unies pour les Territoires palestiniens. Mme Bishop a dit que ce fonds a aidé 1,9 million de personnes, avec environ les trois quarts de l’argent qui soit dépensé à Gaza.

Les relations entre les États-Unis et l’Autorité palestinienne se sont récemment détériorées, en particulier, après que l’administration Trump a déplacé l’ambassade de Washington, de Tel-Aviv à Jérusalem.

Le président palestinien Mahmoud Abbas aurait refusé la réunion la semaine dernière avec le conseiller principal de la Maison Blanche, Jared Kushner, qui est également le beau-fils du président américain Donald Trump, mais aussi plus récemment, en présence de plusieurs hauts responsables des pays arabes sunnites.

Par David Wroe

David Wroe

David Wroe est le correspondant de la défense et de la sécurité nationale pour le Sydney Morning Herald et The Age, basé à la Maison du Parlement.

smh.com.au (Sydney Morning Herald)

Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

  1. Bravo à l’Australie pour son comportement moral. On ne peut pas en dire autant de la France et de l’Europe qui continue à financer ces pratiques avec nos impôts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.