Ben & Jerry’s s’est réveillé en affirmant qu’Israël « fait fondre les bénéfices de la société mère »

La multinationale britannique Unilever a perdu 15 milliards de livres sterling en valeur boursière depuis juillet 2021. La posture politique de Ben & Jerry’s a gravement endommagé les finances de sa société mère britannique, ont affirmé les militants dans un appel à la fin de la coûteuse « signalisation de la vertu » des entreprises. La multinationale britannique Unilever a perdu 15 milliards de livres sterling ( 18 milliards d’Euros) de valeur boursière depuis juillet 2021 – lorsque sa marque de crème glacée américaine a pris une position publique radicale sur Israël. Les critiques disent que la perte est au moins en partie liée au résultat des retombées politiques, alors que l’indice boursier FTSE a augmenté de 17% sur la même période.

 » Capitulation honteuse » face à l’antisémitisme

La décision de l’entreprise de cesser de faire des affaires à Jérusalem-Est et en Judée- Samarie en juillet dernier avait été qualifiée de « capitulation honteuse » face à l’antisémitisme par le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid. Ces dernières semaines, Ben & Jerry’s a une nouvelle fois fait l’objet de critiques en s’opposant au soutien militaire de l’Ukraine contre la Russie. Plus tôt ce mois-ci, Ben & Jerry’s a critiqué la politique militaire américaine sur la crise ukraino-russe, publiant sur Twitter : « Vous ne pouvez pas simultanément prévenir et préparer la guerre ». La société a appelé le président américain Joe Biden à « désamorcer les tensions et à travailler pour la paix plutôt que de se préparer à la guerre ».

« Crème glacée et politique ne font pas bon ménage »

Ce matin, des manifestants du groupe Campaign For Common Sense (CCS) se sont rassemblés devant le siège d’Unilever à Londres ce jeudi matin, alors que la société publiait ses résultats annuels et du quatrième trimestre. Une camionnette publicitaire s’est arrêtée à l’extérieur du bâtiment avec une affiche portant l’avertissement : « Crème glacée et politique ne font pas bon ménage », alors que certains actionnaires craignaient que la posture politique de Ben & Jerry n’ait un impact sur le succès commercial de la marque.

Ben & Jerry’s a maintenu un conseil d’administration indépendant depuis son rachat

Les critiques affirment que la marque américaine n’a le pouvoir de prendre des décisions «sociales» que si elles sont «commercialement raisonnables». Unilever, qui fabrique également la mayonnaise Hellman’s, l’eau de Javel Domestos et le savon Dove, a subi une baisse de 3% du cours de son action jeudi matin. Un porte-parole de CCS a déclaré: «. Nous appelons Unilever à cesser de se livrer à des postures publiques inutiles et à annuler toutes les mauvaises décisions commerciales qu’ils ont prises sur la base d’opinions politiques marginales. Ils devraient s’en tenir à ce qu’ils font le mieux – faire de la crème glacée – et laisser la politique étrangère aux experts. Unilever doit se concentrer sur le service à ses clients et parties prenantes en maîtrisant Ben and Jerry’s pour arrêter les dommages qu’il cause à l’entreprise. C’est du bon sens : personne ne s’attend à ce que sa crème glacée ait une politique étrangère.

JForum – Jewish Chronicles

2 Commentaires

  1. Résidant en Israel, je lis maintenant les étiquettes, pour vérifier, si les produits sont rattachés à Unilever, si c’est le cas je n’achète pas et je pense, que je ne suis pas le seul.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.