La Croix-Rouge déteste toujours les Juifs

par Robert Williams

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pour mandat d’« alléger les souffrances humaines, de protéger la vie et la santé et de défendre la dignité humaine », en particulier pendant les conflits armés.

Il dispose d’un budget annuel d’environ 2,7 milliards de dollars pour remplir ce mandat. Pourtant, lorsqu’il s’agit des Israéliens kidnappés par le Hamas lors de l’horrible invasion du 7 octobre par l’organisation terroriste, le CICR n’a littéralement absolument rien fait.

Il reste environ 136 otages à Gaza, mais Israël a confirmé qu’au moins 32 d’entre eux ne sont plus en vie.

Au cours des plus de quatre mois qui se sont écoulés depuis que des milliers de terroristes du Hamas ont envahi le sud d’Israël le 7 octobre et violé, mutilé, torturé, brûlé et assassiné à travers les communautés israéliennes, kidnappant plus de 240 otages et les entraînant dans les tunnels terroristes de Gaza. , et tuant plus de 1 200 civils pour la plupart, dont des bébés et des personnes âgées, le CICR a refusé de jouer un quelconque rôle pour aider les otages de quelque manière que ce soit, y compris ses obligations fondamentales, comme leur rendre visite pour vérifier leur état physique – de nombreux otages ont été gravement blessés. blessés par les terroristes, lors de leur prise en otage – et leur apportant des médicaments.

L’organisation revendique :

« Les actions du CICR visent à protéger la vie, la santé et la dignité des personnes touchées par la violence. Ce faisant, le CICR adopte une approche holistique et intégrée dans laquelle trois domaines d’action distincts – protection, assistance et prévention – sont étroitement liés. Le travail effectué dans l’un de ces domaines éclaire, renforce et complète les actions entreprises dans les autres. »

Jusqu’à présent, le CICR n’a absolument rien fait pour « protéger » la vie des otages à Gaza, ne les a pas « aidés », ni fait quoi que ce soit pour « empêcher » les abus physiques et psychologiques continus contre les otages, y compris le viol et la torture. Le CICR n’a rien fait, même si de telles tentatives de prévention se limitaient à la tâche la plus élémentaire consistant à obtenir l’accès aux otages et à garantir que tout signe d’abus serait rendu public pour que le monde puisse réagir, ou même simplement faire des déclarations publiques dirigées vers les otages. au Hamas en leur disant qu’ils ne doivent pas nuire aux otages, ce que le CICR n’a pas dit.

La seule fois où ils se sont montrés sur les lieux, c’est en exploitant ce qui a été surnommé le service « Uber » du CICR : faire passer un peu plus de 100 otages libérés des véhicules du Hamas dans les SUV du CICR.

Il est choquant de constater que le CICR a toujours refusé de fournir aux otages des médicaments vitaux et a affirmé que le Hamas ne le permettrait pas.

Selon la porte-parole du CICR, Elizabeth Shaw :

« Depuis le 7 octobre, le CICR n’a cessé de réclamer la libération de tous les otages et leur traitement humain. Nous avons rencontré le Hamas à tous les niveaux et mené des efforts de diplomatie humanitaire pour accéder aux personnes détenues et pouvoir leur rendre visite. , et apportez les articles nécessaires, comme les médicaments.

Cinq familles d’otages israéliens poursuivent le CICR pour négligence. L’un d’eux, l’ancien otage israélien Raz Ben Ami, qui souffre de plusieurs tumeurs cérébrales, poursuit le CICR pour négligence : l’organisation a violé son propre mandat en ne rendant pas visite aux otages et en ne garantissant pas leur sécurité ni en prenant des mesures pour aider à leur libération. . La famille de Ben Ami a supplié le CICR de lui apporter les médicaments essentiels, mais les responsables du CICR en Israël, en Allemagne et aux États-Unis ont tous rejeté les demandes de la famille. Selon le procès, les appels de la famille ont été reconnus par un e-mail rejetant le problème avec un message souhaitant à la famille bonne chance pour « renouer avec leurs proches ».

L’avocate Nitsana Darshan-Leitner, qui représente les familles, a déclaré :

« [Le CICR] ne fait rien, absolument rien, pour les otages israéliens, et je tiens à vous rappeler que les jeunes femmes et les jeunes hommes retenus en otages par le Hamas sont probablement violés, abusés ou agressés sexuellement, torturés. Nous le savons parce que Nous entendons les témoignages des otages qui ont été libérés. Et l’une des tâches de [la] Croix-Rouge est d’empêcher que cela se produise. Elle est censée s’assurer que leurs otages sont en sécurité et qu’ils ne subissent aucun préjudice.

« La Croix-Rouge ignore et trahit ses devoirs, ce qui constitue une violation de son obligation légale, et est donc poursuivie en justice pour réparation des dommages causés aux otages, et poursuivie pour les ordonnances selon lesquelles nous avons demandé au tribunal d’obliger la Croix-Rouge à remplir ses obligations. obligation de l’obliger à se rendre dans les centres pour leur donner les médicaments dont ils ont besoin et pour protéger leur bien-être.

Lors d’une réunion avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem en décembre, le CICR a volontiers admis qu’il n’avait même pas tenté d’accéder aux otages.

« Vous avez toutes les possibilités, tous les droits et toutes les attentes pour exercer une pression publique sur le Hamas », a déclaré Netanyahu à la chef du CICR, Mirjana Spoljaric Egger.

« Cela ne fonctionnera pas parce que plus nous exerceons de pression publique, plus ils fermeront la porte », a affirmé Egger.

« Je n’en suis pas sûr. Pourquoi n’essayes-tu pas ? » » a demandé Netanyahu.

Netanyahu a déclaré lors d’une séance spéciale de la Knesset à laquelle participaient les familles des otages que le CICR avait refusé sa demande d’apporter les médicaments :

« J’ai rencontré la Croix-Rouge ; je leur ai remis une boîte de médicaments pour certains des otages montrés ici. Certains d’entre eux en ont vraiment besoin… J’ai dit à un représentant d’apporter cette boîte à Rafah ; elle a dit ‘non’. C’était une conversation difficile. »

Peut-être que le CICR n’est pas disposé à essayer, parce qu’il s’agit de sympathisants du Hamas.

Des familles d’otages détenus à Gaza ont rapporté que les responsables du CICR, qui avaient invité à une réunion les parents d’un otage, Doron Steinbrecher, qui a cruellement besoin de ses médicaments quotidiens, ont réprimandé les parents au lieu de leur dire que leur fille allait enfin recevoir les médicaments. médicaments indispensables.

« Pensez au côté palestinien », ont dit les représentants de la Croix-Rouge aux parents. « C’est dur pour les Palestiniens, ils sont bombardés. »

« Nous sommes partis comme nous sommes entrés : sans nouvelles informations, sans nouveauté et avec déception », a déclaré Simona, la mère de l’otage, à propos de la rencontre.

Dans un autre cas, le CICR a refusé d’apporter ses médicaments à Elma Avraham, une femme de 84 ans, libérée depuis de sa captivité par le Hamas. Elle était dans un état critique à sa libération.

« Nous étions en réunion avec la Croix-Rouge et leur avons demandé de faire tout leur possible pour lui apporter les médicaments, car certains otages sont en train de mourir. D’un point de vue médical et infirmier, nous avons été témoins d’une négligence illégale », a déclaré le Dr Nadav Davidovitz. , qui a soigné Elma après sa libération.

Même aujourd’hui, après qu’un accord ait été négocié entre Israël et le Hamas par le Qatar pour livrer des médicaments aux otages de Gaza, via la France au Qatar puis via l’Egypte, le CICR refuse de toucher aux médicaments et a déclaré qu’il ne voulait rien avoir à faire avec eux. . Le CICR a écrit dans un communiqué :

« Les parties ont négocié l’accord, y compris la quantité de médicaments qui seraient livrées et par qui, le Qatar négociant l’accord. Le mécanisme convenu n’implique aucun rôle du CICR dans sa mise en œuvre, y compris la livraison de médicaments.

« Le CICR se félicite de l’accord visant à livrer des médicaments aux otages et aux installations médicales pour les habitants de Gaza, le considérant comme une mesure humanitaire positive.

Israël doit incroyablement compter sur les employés du « ministère de la Santé de Gaza » – en d’autres termes, les terroristes du Hamas – pour livrer les médicaments qui sauvent souvent la vie des otages. Au moment d’écrire ces lignes, même si les médicaments sont arrivés à Gaza, personne, à notre connaissance, ne les a distribués aux otages.

« Nous savons que les médicaments sont effectivement entrés à Gaza. Les modalités de leur transfert aux otages ont été réglées sous la médiation du Qatar. Nous espérons désormais recevoir des preuves vérifiables que les médicaments sont parvenus à leurs bénéficiaires », a déclaré le 6 février un responsable français anonyme . .

Sur les réseaux sociaux, le CICR n’a pas caché son parti pris anti-israélien et son manque total de soins pour les otages israéliens détenus par le Hamas. Selon un récent rapport de UN Watch, le CICR « a adopté une approche extrêmement biaisée de la guerre Hamas-Israël dans ses médias sociaux… »

« Sur 187 tweets publiés par les principaux comptes Twitter de la Croix-Rouge (maintenant connus sous le nom de X), y compris ceux de la présidente du CICR Mirjana Spoljaric Egger et de son directeur général Robert Mardini, 77 % étaient axés sur la critique d’Israël, expressément ou implicitement. 7% des tweets critiquaient le Hamas…

« Alors que les déclarations contre le Hamas et Israël utilisent un langage émotif, le CICR a fait 6 fois plus de déclarations pour critiquer Israël et a souvent eu recours à l’hyperbole pour présenter Israël comme un destructeur « sans limites » afin d’évoquer la sympathie d’un côté et de diaboliser Israël. fait en parlant directement du massacre du 7 octobre. Au-delà du langage, seules deux déclarations condamnant le Hamas incluent des vidéos et des images tandis que 38 tweets condamnant Israël contiennent des images, des témoignages graphiques et des vidéos destinés à solliciter une plus grande attention et une réponse plus forte. Il est évident que le CICR a consacré d’importantes ressources à interviewer des médecins et des victimes à Gaza, à éditer des infographies et des vidéos et à apparaître dans les journaux télévisés pour parler de la dévastation à Gaza. En comparaison, peu ou pas d’attention a été accordée aux victimes israéliennes. « 

Comme pour confirmer la dissimulation du Hamas par le CICR, le nouveau chef du CICR est Pierre Krähenbühl, qui a dirigé l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens de 2014 à 2019, date à laquelle il a été contraint de démissionner après une politique accablante. enquête éthique interne. L’UNRWA est effectivement intégré au Hamas dans la bande de Gaza. Le 7 octobre, alors que le massacre de civils par le Hamas se déroulait en Israël, les employés de l’UNRWA à Gaza ont célébré . En novembre, un otage libéré a révélé qu’il avait été retenu en otage par un enseignant de l’UNRWA, père de 10 enfants, qui l’avait enfermé et lui avait à peine apporté de la nourriture ou des soins médicaux.

UN Watch a déclaré dans un récent rapport :

« L’UNRWA a été un terrain fertile pour les terroristes palestiniens depuis ses débuts… Les auteurs du massacre olympique de Munich en 1972, au cours duquel 11 athlètes israéliens ont été assassinés… presque tous ont été élevés et éduqués dans les écoles de l’UNRWA… De même, Mohamed Deif, le commandant des Brigades Al Qassem du Hamas, qui a orchestré le massacre du 7 octobre, a également été scolarisé dans une école de l’UNRWA, »

Ce n’est pas la première fois que le CICR ignore le sort des victimes juives. Pendant l’Holocauste, le CICR n’a rien fait pour aider les six millions de Juifs assassinés par les nazis et a plutôt rédigé un « rapport favorable sur le bon traitement réservé aux Juifs dans les camps allemands ».

Un survivant de l’Holocauste demandait en mai 1945 : « Où était surtout le Comité international de la Croix-Rouge ?

Malheureusement, à notre époque, nous connaissons déjà la réponse : le CICR encourage le Hamas.

Robert Williams est un chercheur basé aux États-Unis.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org
Sur la photo : des otages israéliens sont transportés de Gaza vers l’Égypte dans des véhicules du Comité international de la Croix-Rouge, via le terminal de Rafah, le 30 novembre 2023. (Photo d’Ahmad Hasaballah/Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pauliltique

La croix rouge. Un passé nazi, un présent nazi.
Et tant d’ organisations internationales et nationales ont adopté l’ ideologie ou l’ argumentation islamonazie.

KIGEM

IL FAUT LIRE CJI COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE

KIGEM

A quand retrouverons nous la CROIX ROUGE devant là CI-JOINT pour manquement délibéré dans son rôle de sauvegarde de la dignité humaine?
Et surtout pour son antisemitisme assumé.

Damran

Puisque le CICR a montré son incapacité à régler quoi que ce soit, et encore moins à rencontrer les otages, il faut prendre des décisions « responsables« .
Il faut fermer d’urgence sa représentation en Israël et faire partir son personnel.
Il faut fermer d’urgence la chaîne Al Jazeera et virer tous ses représentants.
Enfin, il faut continuer à réclamer avec insistance, les preuves de la remise des médicaments aux otages et non aux hôpitaux de Gaza.
Il ne faut céder sur rien, il faut mettre dehors tous ces parasites malfaisants…