Josué désigna des explorateurs qui se rendirent chez Rahav

0
130

Benjamin WestJoshua passing the River Jordan with the Ark of the Covenant (1800), Galerie d’art de Nouvelle-Galles du Sud.

Chelah Lekha Haftara: Josué désigna des explorateurs qui se rendirent chez Rahav.

La lecture prophétique de cette semaine se trouve au deuxième chapitre de Josué, lorsque le successeur de Moïse parle à ses hommes et les envoie à Jéricho pour « étudier » la place et planifier la conquête de cette place forte.

Le nom de Jéricho (Yériho en hébreu) vient du mot yaréah désignant la lune car y résidaient des idolâtres rendant un culte à l’astre de la nuit.

Josué désigna donc  ses explorateurs qui se rendirent chez Rahav. Qui était cette femme ?

Le midrash nous apprend que Rahav a été l’une des plus belles femmes que le monde ait porté après Sarah l’épouse d’Abraham, les deux autres citées étant Abigail, ex-épouse du roi Nabal devenue par la suite la troisième femme du Roi David et Esther.

Par la lecture de la  guemara traité de Zevahim 116 a,  il apparaît que vers l’âge de 50 ans, après que Jéricho soit tombée aux mains des Juifs, elle se soit convertie et qu’elle se soit « confessée » des fautes qu’elle avait commises en son jeune âge.

On la désigne comme une prostituée mais ce n’est pas tout-à-fait le cas car, elle tenait une auberge et elle nourrissait ses clients de passage en leur confectionnant des repas.

Elle est désignée comme « isha zona[1] » ce qui a laissé entendre qu’elle était prostituée mais on fait judicieusement remarquer que nourriture se dit « mazon » et nourrir se dit « lehazin » להזין[2].

Rahav sauva les deux explorateurs nommés par Josué des mains du roi de Jéricho et elle avait fait un pacte avec eux pour être sauvée avec son père, sa mère, ses frères et ses sœurs lorsque les Juifs reviendraient prendre possession de la ville.

Dans son discours elle traduit son admiration pour le D. d’Israël. Ceci lui sera rendu largement puisqu’elle deviendra, après sa conversion, l’épouse de Josué et la mère – entre autres – de Jérémie, de Hilkya et de Hulda la prophétesse.

Caroline Elishéva REBOUH

[1] Le mot hébreu zona vient du mot zayin désignant le membre masculin et par extension, donc désigne une prostituée. Par la suite, les étymologistes ont trouvé un lien avec le mot « zone » venant du grec ceinture ou du latin désignant un espace délimité. Par la suite, le mot péripatéticienne devait s’appliquer au fait que ces personnes marchent sans arrêt. L’histoire de l’Antiquité rapporte qu’Aristote marchait tout en adressant des discours à ses élèves sur sa philosophie dite « péripatéticienne ».

[2] De לאזיןléazin  ou prêter oreille, écouter, du mot אוזן =  oreille.   D’où l’importance dans la translittération de respecter le « h » qui peut ainsi éviter des erreurs d’interprétation. Sur le même propos, dans l’histoire de l’Antiquité,  il est question de femmes guerrières dont on ne sait avec certitude où elles habitaient (certains disent en Lybie d’autres en Grèce, mais plus généralement en Asie Mineure) et ces femmes sont appelées « amazones » car elles se coupaient les seins pour pouvoir mieux tirer à l’arc et guerroyer.. Le terme « amazone » provient du privatif « a » et de « mazone » les seins nourrissan

Rah’av est une héroïne biblique du Livre de Josué. Tenancière à Jéricho. Elle héberge les deux espions envoyés par Josué, leur offre l’asile.

Haftara Chelah. Rah’av reçoit en retour la vie sauve lors de l’attaque au cours de laquelle s’est produit le célèbre effondrement des murailles de la ville, aux sons des trompettes des Hébreux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.