Israël vers un gouvernement minoritaire dirigé par Netanyahu. Quatrième élection? option basse

Le résultat de la troisième élection d’Israël en 11 mois indique qu’au moins la moitié de l’électorat éprouve le désir écrasant de continuité de ce gouvernement plutôt que le chaos d’un autre scrutin dans l’impasse et les ravages économiques qui en résultent. Pour cette raison, le Likud de Binyamin Netanyahu et son bloc de droite sont arrivés en tête, suivis par leur challenger, Kahol Lavan de Benny Gantz.

Ganz et ses trois co-dirigeants n’ont pas réussi à diagnostiquer avec précision l’humeur populaire dominante, car leurs trois campagnes électorales étaient fermement fixées sur l’inaptitude de Netanyahu à gouverner, en vertu de trois actes d’accusation de corruption et d’un procès imminent le 17 mars. En tout cas, ont-ils soutenu, il serait trop occupé par le procès pour exercer ses fonctions avec diligence en tant que Premier ministre.

Et donc, après que Netanyahu a annoncé la grande victoire de son parti lundi soir, le 2 mars, à la fin du scrutin, les dirigeants de Kahol Lavon ont attendu en vain de bonnes nouvelles.

Ce que leurs stratèges n’ont pas compris, c’est qu’une tranche importante de l’électorat était prête à séparer Netanyahu en tant qu’homme politique et leader national du personnage que la police et le parquet avaient inculpé de fraude, d’abus de confiance et de corruption. Certains ont crédité ses allégations de complot mené par une faction adverse au sein de l’organe chargé de l’application des lois, accusée d’avoir trafiqué les charges retenues contre lui et retourné des témoins à cette fin.

La loi autorise clairement un Premier ministre à rester en fonction – même s’il est reconnu coupable – jusqu’à ce que le processus d’appel soit épuisé, ce qui promet de longues années de litiges. Entre-temps, suffisamment d’électeurs ont décidé de rester du côté de Netanyahu et de son fidèle bloc de partis de droite et religieux pour la continuité du gouvernement. Bien que fermement en tête après le dépouillement de la plupart des bulletins de vote mercredi midi, ce bloc semble être trop juste d’au moins deux à trois mandats pour obtenir le sésame des 61 sièges magiques de la Knesset nécessaires à établir un gouvernement majoritaire, et les résultats finaux sont donc très attendus.

Kahol Lavan est trop en retard pour déposer une requête contre Netanyahu et tente de faire monter le spectre d’une quatrième élection, ainsi que d’une législation interdisant au leader du Likoud de diriger un gouvernement. Une requête à cet effet a également été déposée auprès de la Cour suprême. Les juges font face à des délibérations difficiles avant de décider d’entrer dans un champ de mines constitutionnel en annulant une élection nationale.

Avec 95,5% des voix, le résultat le plus probable de cette élection, selon les analystes de DEBKAfile, est que le président confiera au Premier ministre sortant Binyamin Netanyahu la formation d’un gouvernement minoritaire de préférence à une quatrième élection. Des négociations sont déjà en cours avec d’éventuels transfuges du camp d’opposition pour monter à bord et pourvoir les postes vacants pour une administration durable.

Israel heads for Netanyahu-led minority government. Fourth election? low option

5 Commentaires

  1. Des cigares et des whiskies, vraiment ? Il ne les a ni fumes ni bus. Un premier ministre en exercice a sans doute d’autres contraintes de reception qu’un politicien ou un procureur ordinaire.

  2. Si Gantz avait eu du talent, il aurait renversé Bibi, mais il lui manque beaucoup d’atouts et il n’a pas le profil de 1er Ministre, et cela est difficilement acceptable pour lui.
    Liberman identique à lui-même, aucun programme, aucune conférence rassemblant le peuple et il veux accéder au trône.
    ils deviennent comiques ces politiciens en herbe !

  3. Nous voici dans ce cas du jeu de colin maillard, ou on faisait tourner, les yeux bandés, le joueur qui devait retrouver, en titubant, les autres joueurs, les yeux libres.
    Avec cette gueguerre du va-tout iranien qui se prépare, le Covid, les oppositions des iznogoud qui veulent être vizir à la place du vizir, et ceux qui n’ont comme unique projet de virer Bibi, sans autre forme de programme, on voit que « quelque chose » s’est mis de la partie pour enivrer tous les acteurs !
    Qu’est-ce qu’IL nous prépare ?

  4. Avec un gouvernement minoritaire est ce que bleu blanc Avec Lieberman et les députés arabes osera lors d un vote à la Knesset faire tomber le gouvernement pour aller une 4ème aux urnes?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.