Israeli border police wear protective gear and masks at the Ein Yael Checkpoint, near the Jerusalem Biblical Zoo, March 11, 2020. Photo by Yonatan Sindel/Flash90 *** Local Caption *** מגב מחסום קורונה חליפות עין יעל

Israël se prépare à une sortie prudente des restrictions sur les coronavirus

Insensible à la morosité économique qui s’annonce, le ministère de la Santé insiste sur les étapes lentes de la transition d’Israël entre les restrictions contre les coronavirus et l’activité normale, alors même que le chômage passe à 26%, avec plus d’un million de chômeurs et que l’économie chute à environ 43 milliards de shekels (12 milliards de dollars). Un débat houleux entre les ministres et les experts a été déclenché par les plans de sortie rivaux soumis au Premier ministre Benyamin Netanyahu jeudi après-midi, 16 avril. S’il était clair pour toutes les parties que le pays devrait endurer une certaine forme de «routine liée au coronavirus» dans un avenir prévisible, les responsables du Trésor et les intérêts commerciaux étaient vent debout contre les étapes de sortie espacées exigées par les responsables de la santé.

Selon ces responsables, la première étape de sortie, qui entrerait en vigueur dimanche prochain, permettrait aux 15% de l’activité économique actuelle de doubler jusquà 30%, mais les écoles demeureraient fermés et les personnes âgées de plus de 65 ans confinées à la maison. La réouverture des petites boutiques de rue et autres commerces serait retardée de deux semaines jusqu’à la deuxième étape débutant mi-mai. Même alors, les écoles resteraient fermées. Mais pour permettre à certaines personnes d’aller travailler – jusqu’à 50% – les familles seraient autorisées à mettre en place des lieux de regroupement de baby-sitting pour un maximum de cinq enfants chacun.

Le Trésor exige que les écoles pour les enfants jusqu’à 6 ans rouvrent dimanche, en même temps que les magasins et les petites entreprises. Le ministre des Finances Moshe Kahlon a soutenu que le plan du ministère de la Santé ferait grimper le taux de chômage de 3%. L’économie, a-t-il déclaré, est déjà sous le choc des dommages causés par les restrictions d’urgence pour freiner la propagation du covid-19.

Le Dir-Gen. du Ministère de la Santé Moshe Bar-Simantov a répliqué en prévenant que le plan du Trésor était une recette toute préparée pour une nouvelle épidémie de coronavirus dans deux semaines. Il a déclaré que le public n’avait pas complètement respecté toutes les directives pour les congés et la fête religieuse de Pessah et que la fête de l’indépendance, qui intervient plus tard ce mois-ci était une autre date sensible.

Des milliers d’entreprises sont en train de sombrer dans l’incertitude quant à l’avenir et le grand public est de plus en plus réticent face aux contraintes resserrées empêchant tout mouvement normal. Le plan de relance de 80 milliards de shekels alloué par le gouvernement intérimaire de Netanyahu favorise les entreprises qui ramènent au travail leurs employés licenciés et ceux en congé sans solde depuis le début de la crise des coronavirus, il y a plus d’un mois.

Mais les tests étendus ont révélé de nouveaux foyers d’infection par covid-19 dans la communauté arabe. Les tests systématiques dans les institutions pour personnes âgées sont arrivés trop tard pour sauver la proportion élevée de cette population très vulnérable qui a succombé à la maladie et ne s’est pas rétablie.

Sur le plan positif, le verrouillage et le respect généralisé du régime strict pour contenir la propagation du virus ont donné au système le temps de faire face. Les hôpitaux ont mis de côté des salles d’isolement contre les coronavirus et les exploitent en deçà de leur capacité actuelle. Il y a un afflux constant de respirateurs, de réactifs pour les tests et de vêtements de protection pour le personnel médical, acquis par le ministère de la Défense et d’autres agences gouvernementales.

Le département de recherche de la Banque d’Israël prévoit que l’économie israélienne chutera de 5,3% au cours de l’année en cours sous l’impact de la pandémie de coronavirus, mais retournera à son plein fonctionnement d’ici juin et le ralentissement sera compensé par une croissance de 8,7% en 2021. Les perspectives du Fonds monétaire International sont plus sombres. Le FMI voit l’économie israélienne se contracter de 5,3% en 2020 et elle ne retournera à son niveau actuel qu’en 2022. Cette prévision est conforme aux prévisions mondiales du FMI selon lesquelles la prochaine récession due à la pandémie «éclipsera les dimensions» de la crise financière de 2008 et rivalisera avec la Grande Dépression des années 1930.

Adaptation : Marc Brzustowski

Israel prepares for cautious exit from coronavirus restrictions

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.