Danser avant de partir

Des membres de la communauté juive de Jitomir, de la province de Volhynie en Ukraine, dirigés par le rabbin Shlomo Wilhelm , se sont lancés dans une danse de joie pure juste avant de fuir la ville et le pays. Le départ de la communauté de Jitomir est extrêmement douloureux, étant donné qu’ils seront contraints de fermer les portes d’une shul qui a elle-même survécu à l’Holocauste et a été restaurée et ouverte en grande pompe il y a à peine deux ans

Extrait de la présentation du livre Les Glasberg, une famille juive ukrainienne

L’Ukraine, annexée presque entièrement à l’Empire russe en 1793 après le partage de la Pologne, est alors soumise à une politique de russification forcée, qui s’étend au domaine religieux. L’intelligentsia locale supporte de moins en moins ces contraintes, d’autant qu’elle tient la culture ukrainienne pour plus ancienne et plus riche que la culture russe, et développe un sentiment national qui conduit à une revendication d’autonomie puis d’indépendance. Mais elle n’est pas unanime et une fraction des élites, par rejet des Polonais, prend appui sur les Russes, tout en espérant obtenir d’eux des concessions. La Volhynie est une région de cultures et de forêts qui ne possède presque aucune industrie. Ses terres, fertiles, sont cultivées par une paysannerie pauvre. La propriété, précédemment entre les mains de la noblesse polonaise, est passée sous contrôle russe. La minorité juive y est importante (8 % de la population), en lien avec la politique de regroupement menée par le pouvoir tsariste. En 1900, Jitomir aurait compté quelque 35 000 Juifs, actifs surtout dans le commerce et la finance, soit la moitié de la population.

En 1920, la ville passe aux mains des bolcheviks et fait partie de la République socialiste soviétique d’Ukraine. Elle est occupée de 1941 à 1944 par l’Allemagne nazie. Le Reichsführer-SS Heinrich Himmler en fait alors l’un de ses quartiers généraux et le chef-lieu du district de Jytomyr. En août 1941, Paul Blobel décide de créer un ghetto à Jytomyr pour y enfermer 3 000 Juifs qui sont exécutés un mois plus tard2 et de nombreux Ukrainiens sont déportés. Depuis la dislocation de l’Union soviétique, en 1991, Jytomyr fait partie de la république d’Ukraine

Jforum – Chabadinfo.com – Open Book Edition

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.