CHeVaT: le nouveau mois selon la mystique…

0
250

Le mois de Chevat vu par la Kabbale

par Le Rabbin Weiman 

 

 

 

 

Chaque mois du calendrier hébraïque recèle un sens mystique. Chevat nous enseigne les sources de la sagesse.

Le mot chevat en hébreu veut dire bâton ou verge. Un bâton peut être utilisé comme un symbole de pouvoir ou comme une canne afin de s’y appuyer. Il est au service d’un maître. C’est le thème qui est sous-jacent à ce mois.

La constellation associée à Chevat est le seau d’eau. Ce symbole représente également un objet utile aux hommes. On l’emploie pour puiser de l’eau.

Dans le domaine de l’astrologie laïque, ce symbole n’est pas le seau mais le porteur d’eau. (C’est l’un des deux signes du zodiaque qui diffère légèrement de ceux de l’astrologie laïque).

Le symbolisme du seau d’eau est très important. Le seau n’a qu’une seule fonction, qu’un seul dessein, qu’un seul but : tirer et transporter de l’eau, c’est-à-dire, être un instrument de transmission.

Servir, c’est là toute son essence. Il n’est pas une fin en lui-même. Il est censé être un véhicule pour quelque chose d’autre.

L’eau, telle que la pensée juive s’y réfère en divers endroits, représente la sagesse de la Torah. De nombreuses qualités attribuées à l’eau trouvent théoriquement leur parallèle dans la Torah.

Une des propriétés de l’eau est qu’elle coule toujours en direction du point le plus bas. En quoi cela est-il semblable à la Torah ?

L’écoulement de sagesse qui provient de D.ieu reste sur les gens les plus humbles. Plus une personne est charitable, plus abondante est la quantité de sagesse se déversant sur elle.

Si elle se consacre à des idéaux, à une vie de vérité, à aider ses semblables… alors elle devient un récipient propre à recevoir la sagesse de la Torah.

Ce signe, connu sous le nom du Verseau, est celui du peuple juif. De même qu’à chaque individu est attribué un signe zodiacal, de même aux nations.

L’élément naturel associé à Chevat est le vent. C’est le moins palpable des quatre éléments (le vent, la terre, l’eau et le feu).

Il agit souvent comme un conduit pour d’autres choses. Il transporte l’humidité et véhicule des semis et d’autres particules naturelles d’un endroit à un autre. La terre, le feu et l’eau sont plus importants pour ce qu’ils sont que pour ce qu’ils font.

La Kabbale associe la tribu d’Acher à Chevat. Le mot acher est en hébreu un pronom relatif qui relie le sujet d’une phrase à un verbe.

Il supporte le sujet. C’est un exemple supplémentaire qu’on trouve dans Chevat en ce qui concerne la relation de subordination à un maître.

Réflexions personnelles

De manière implicite, tous ces points nous montrent que le mois de Chevat a pour prédisposition de nous servir de canalisation. Un tremplin pour la prochaine étape de notre existence.

Beaucoup de choses dans la vie d’une personne peuvent être examinées sous deux angles. Le premier point de vue considère l’acte en lui-même. Le second point de vue l’examine en tant que moyen pour atteindre une finalité.

Par exemple, on peut aimer jouer au tennis une fois par semaine parce que le jeu, l’exercice ou la compagnie de notre partenaire nous procurent du plaisir.

Cependant, on peut aussi employer notre partie hebdomadaire de tennis comme un moyen de conserver la santé corporelle, car celle-ci donne à toute notre vie plus de bien-être et permet de servir D.ieu avec plus de vigueur et de joie.

Le second aspect n’est pas en contradiction avec le premier. C’est une perspective supplémentaire, plus élevée qui fait de notre match de tennis une expérience spirituelle plus puissante.

La lettre que la Kabbale relie à Chevat est le tsadi, connu d’autre part comme le tsadik. Ce mot veut dire également en hébreu juste. Une des qualités du tsadik est qu’il utilise toutes ses activités en vue d’un objectif supérieur.

Lorsqu’il mange, ce n’est pas seulement dans le but de jouir de la nourriture. Il mange afin de mieux servir son créateur. D’après le Talmud, un juste mange pour satisfaire son âme.

Tout-à-fait par hasard, l’attribut humain associé par la Kabbale à ce mois est l’acte de manger.

Cette pratique quotidienne est reliée au premier commandement donné par D.ieu à Adam et à Eve – celui de ne pas consommer le fruit de l’Arbre de la Connaissance. En mangeant, on a chaque jour l’occasion de corriger une partie de notre âme, qui est si profonde et qui lui est si propre qu’elle s’étend jusqu’au Jardin d’Eden.

C’est pendant le mois de Chevat que l’idée d’utiliser notre vie quotidienne comme un moyen d’accéder à la spiritualité doit converger en nous.

C’est le moment d’examiner en détail notre travail, nos jeux, nos exercices, notre nourriture, nos lectures, etc… et de se concentrer sur leur aspect spirituel.

Traduction et Adaptation de Claude Krasetzki
LE RABBIN MAX WEIMAN
Le Rabbin Weiman vit à St. Louis. Il est directeur de KabbalahMadeEasy.com et l’auteur du livre : « A Map of the Universe. »

LE MOIS DE CHEVATH par Caroline Elishéva REBOUH

???????????????????????????????????

Les lettres du nom “shevat” sont les initiales de trois mots hébraïques : SHeyvasserou Bessoroth Tovoth soit : que lors de ce mois soient transmises de bonnes nouvelles.

Selon la Tradition, Moïse étant décédé un 7 adar, c’est tout au long du mois de Shevath que le plus grand prophète de tous les temps adressa ses harangues au peuple dans l’espoir de voir sa résipiscence.

C’est encore ce mois entier que Moïse utilisa pour traduire la Torah en “70 langues” (les 70 langues citées après l’épisode de la Tour de Babel) de manière à ce que tous ceux qui souhaitent étudier la Loi émanant de D., puissent le faire même si l’hébreu n’est pas la langue qu’ils comprennent habituellement.

Shevat est le mois des pluies en général (c’est peut-être pour cela que le signe astrologique du verseau est le signe relié à cette période. C’est aussi en quelque sorte l’annonce de la fin de l’hiver et de l’approche du printemps.

Le 15 du mois de shevat est distingué par une “demi-fête” : TOU bishevat ou Nouvel-An des arbres car, c’est à cette époque que les arbres fruitiers commencent à bourgeonner et fleurir et que les arbres au feuillage caduque recommencent à se couvrir de feuilles. Le réveil de la nature se fait à cette époque et dans les arbres la sève monte.

TOU est d’une valeur numérique de 15 (9+6) anciennement, encore au XIIème et XIIIème siècles, le chiffre 15 s’inscrivait avec un youd et un hé (10+5) mais, par la suite les rabbins ont trouvé qu’il était inconvenant d’écrire 15 et 16 avec un youd et un hé ou un youd et un vav et deux autres façons de signaler ces chiffres furent adoptées : teth et vav (9+6)pour 15 et teth et zayine (9+7) pour 16.

Pour cette demi-fête il existe un cérémonial et des traditions pour la plupart tirées du Zohar ou provenant de Maïtres en Cabbale et, la semaine prochaine sera publié un article à ce propos cependant que certains se cantonnent à consommer des fruits de 15 sortes parmi les listes suivantes (en frais ou en congelé ou en conserve ou encore en fruits secs) et en y ajoutant des pâtisseries confectionnées à base de blé, orge, flocons d’avoine etc..

FRUITS DITS D’ISRAËL (même s’ils proviennent d’ailleurs) : RAISINS, FIGUES, GRENADES, DATTES, GRENADES et OLIVES (à la place des raisins : raisins secs ou vins de toutes les couleurs).

FRUITS DE LA TERRE : Cacahuètes, bananes, framboises, myrtilles, fraises, melons, pastèques, groseilles, cassis, canneberges, ananas………….

FRUITS DE L’ARBRE : Oranges, pamplemousses, citrons, pomelos, mandarines, clémentines, kumquats, cédrats, mangues, papayes, arbouses, amandes, noix, marrons, noisettes, noix de cajou ou du brésil ou de pékan ou de macadamia, pommes, poires, plaquemines(ou kakis ou sharon)…………

L’idéal étant de pouvoir réciter les bénédictions : “MAGA ESH” soit : mezonoth, guefen, êtz, adama, shéhakol……..

Caroline Elishéva REBOUH

Le mois de Chevat : un mois de Ségoula pour la guérison et la réussite

Naama Green | 07.01.19 | 15:55

Le mois de Chevat, un mois propice à la guérison et à la délivrance : c’est au mois de Chevat que débutèrent les plaies d’Egypte.
En effet, les plaies commencèrent dix semaines avant Pessa’h et chacune d’entre elles dura une semaine.
Chaque plaie s’inscrivait dans un cadre bien précis géré par Le Tout-Puissant à savoir: la maladie (la plaie) à l’Egypte, et la guérison pour le juif.
On apprend donc de cela que ce mois est favorable à la guérison et la délivrance du peuple d’Israël.
D’année en année, à cette même période, une abondance spirituelle se déverse sur le monde de la même façon que cela se produisit il y a de cela de nombreuses années, à cette même date. lire l’article en entier

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.