Barkan : C’était donc une utopie ? par Michèle Mazel

4
4779

C’était donc une utopie ?

par Michèle Mazel

 

Barkan. Cette zone industrielle située en Cisjordanie emploie aujourd’hui plus de huit mille personnes. La plupart n’habite pas sur place. Chaque matin, un peu plus de quatre mille Palestiniens se présentent à l’entrée de cette petite localité de moins de deux mille habitants. Ils viennent y chercher un emploi bien rémunéré et d’excellentes conditions sociales. Les autres sont Israéliens. Ils arrivent d’un peu partout en Israël pour faire fonctionner une centaine d’entreprises dont une usine de recyclage de déchets. Rien de bien romantique. Voilà 35 ans que la zone existe.   Un modèle de coexistence. En 2012 l’édition française du Jérusalem Post y consacrait un article et citait l’un des industriels de l’endroit :

 « Les travailleurs palestiniens ont les mêmes salaires et les mêmes conditions de travail que les Israéliens. » Ses employés « viennent ici le matin pour travailler et rentrent chez eux le soir. « Nous n’avons jamais eu de problème de sécurité ou d’attaque terroriste. »

 Trente-cinq ans de coexistence. Tout le monde connait tout le monde. Les mesures de sécurité se relâchent un peu. Quatre mille ouvriers à contrôler chaque matin pour la reprise du travail.  Il faut faire vite, on se contente de vérifier que les employés palestiniens sont bien autorisés à travailler là.  Les portiques à détecteurs de métaux sonnent sans arrêt, déclenchés par les montres, les boucles de ceinture ou de chaussures. Alors on laisse passer. Trente-cinq ans de confiance. Trente-cinq ans à se dire bonjour. Hier encore, premier jour de la nouvelle semaine, ils étaient tous à leur poste.  Ils ne sont hélas pas tous repartis.

Kim Levengrond Yehezkel et Ziv Hagbi (Photo: Yariv Katz)

Kim Levengrond Yehezkel et Ziv Hagbi (Photo: Yariv Katz)

Kim Levengrod Yeheskel, une   jeune maman de 28 ans a été abattue de sang froid comme son collègue Ziv Hagbi, à 35 ans père de trois enfants. Ce n’étaient pas des colons. Kim, habitait Rosh Haayin et Ziv Rishon le-Tzion. L’assassin, lui est un « jeune ». Un jeune palestinien s’entend. Il n’a que vingt-trois ans. Electricien de son métier. Il s’appelle Ashraf Walid Suleiman Na’alwa.    Il aurait laissé une lettre annonçant son projet.

Le terroriste, lui, est en fuite. Le Hamas, qui ne tarit pas d’éloges pour ce « héros » distribue des bonbons aux petits gazaouis pour marquer sa joie. Le Jihad Islamique félicite celui en lequel il voit un futur « Chahid ». Pendant ce temps l’armée israélienne est lancée sur la piste du fugitif. Des membres de sa famille ont été arrêtés. A Barkan, l’inquiétude est générale. Ce ne sont pas seulement les collègues – arabes et Israéliens – des victimes qui pleurent ces collègues si sympathiques.  Que va-t-il se passer maintenant ? Quel avenir pour cette oasis de coexistence ? Ce sont les ouvriers palestiniens qui sont les plus soucieux. Ce n’est pas seulement leur gagne-pain qui est en ligne. Les mesures de sécurité vont être renforcées. La file d’attente devant les postes de contrôle va s’allonger. La méfiance va s’installer. L’Autorité palestinienne, nous dit-on, s’est elle-aussi jointe aux recherches. Une première ? On se demande si elle a déjà offert une aide financière à la famille du terroriste.

par ©Michèle Mazel

4 COMMENTS

  1. La stupidité est de croire que l’amélioration des conditions économiques des philistins les apaisera. Rien n’est plus faux. Ils n’auront de cesse que de nous vaincre et nous réduire à l’état de dhimmis. Il en va de leurs croyances. Regardez en France: pas de “territoires occupés ” et pourtant les attentats se suivent à un rythme qui va aller s’accélérant…

  2. Vous dites: “L’Autorité palestinienne, nous dit-on, s’est elle-aussi jointe aux recherches.”

    Ça ne devrait pas vous étonner, …. Parce que Mahmoud ABBAS a plus besoin de cette coopération qu’Israël.

    Sans cette coopération Mahmoud ABBAS aurait perdu son poste depuis bien longtemps déjà. Le Hamas est à l’affût, partout, pour pouvoir le renverser.

  3. Hors des légendes, ces “jeunes” sont les petits enfants, ou les arrières, qui étaient venus fin du 19ème et début 20 siècles chercher du travail, dans la restructuration du peuple juif de retour sur sa terre.
    Malheureusement, le Yshouv a ete instauré par des rêveurs petris d’idees sociocomunistes, en majorité athées, prêts à partager tout et n’importe quoi…
    De surcroît, avec une méconnaissance effroyable de la mentalité arabomusulmane. Tout comme ces somnambules qui ont voulu installer, il y a 10 ans, la démocratie dans ces “republiques” islamiques… Un beau beaurdel.
    Arretons de rêver ! Comme dit le Roi David, nous etions comme des rêveurs !
    Ces gens ont été petris de discours nous présentant comme des vampires, voleurs et spolieurs, et RIEN ne changera leur avis.
    La seule democratie musulmane se trouve en turquie, pour quelques semaines encore.

  4. J’ai oublié le nom du lieu, mais il y a déjà une attaque au couteau dans des circonstances similaires il y a quelques années. L’agresseur était Palestinien, travaillait dans l’implantation, les victimes étaient juives et arabes (3 victimes je crois) et tout le monde vivait en bonne intelligence… Jusqu’à ce que…
    Bon, ben, la fable du scorpion et la grenouille est toujours d’actualité.
    Vanité des vanités, il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.