Justice Minister Ayelet Shaked arrives to cast her vote during the party's preliminary elections, in Jerusalem, on April 27, 2017. Photo by Yonatan Sindel/Flash90

Ayelet Shaked au ‘Post’: Nous devons tous coopérer, sans perdre nos valeurs

Même au beau milieu de la lutte pour vaincre COVID-19, nous ne perdrons jamais de vue notre boussole morale.

Ayelet Shaked (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM)
Ayelet Shaked (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM)

Etablir un vrai leadership nécessite de diriger le navire de l’État à travers les tempêtes et les vagues, sans perdre de vue son cap et sa destination finale. Nous devons tous coopérer pour surmonter la tempête économique et de santé publique créée par COVID-19. Mais nous ne devons pas le faire en renonçant à nos valeurs et objectifs fondamentaux.

Aujourd’hui, nous avons une occasion historique de faire avancer deux objectifs stratégiques qui façonneront l’avenir d’Israël. Le premier est l’occasion d’étendre la souveraineté israélienne sur la vallée du Jourdain et les communautés juives de Judée-Samarie. Il s’agit de la prochaine étape critique de l’évolution de l’État d’Israël.

L’administration américaine actuelle soutient une telle décision. Personne ne sait quelle sera la situation politique en Amérique dans quatre mois. Si nous n’agissons pas rapidement, cette fenêtre d’opportunité pourrait se refermer.

Le deuxième objectif stratégique est l’achèvement de la révolution démocratique que j’ai initiée en tant que ministre de la Justice, dont le but est de restaurer la démocratie parlementaire et l’équilibre des pouvoirs d’Israël. Après des années de juristocratie rampante, au cours desquelles des juges non élus ont travaillé pour enraciner l’héritage du militantisme judiciaire d’Aharon Barak au détriment des représentants élus d’Israël, j’ai commencé à inverser la tendance.

J’ai travaillé pour nommer des juges conservateurs respectueux du partage des pouvoirs et du langage de la loi. J’ai pu nommer 334 juges à tous les tribunaux israéliens, dont six à la Cour suprême, la plupart d’entre eux conservateurs.

Barak a réagi à mes efforts en se plaignant : «dans le passé, les ministres de la Justice connaissaient leur place. Ils diraient simplement aux juges du comité de sélection judiciaire: «Nous ne comprenons pas suffisamment la nomination des juges, alors choisissez qui vous voulez, et nous voterons pour eux». »

Il était contrarié par le fait qu’en tant que ministre de la Justice, se lon lui, je ne «savais pas rester à ma place».

Rome ne s’est pas construite en un jour, et Jérusalem non plus. Une révolution démocratique et judiciaire ne peut être achevée en un seul mandat. Le prochain gouvernement nommera au moins quatre autres juges de la Cour suprême. Il est enfin possible de créer une majorité conservatrice dans les tribunaux.

Outre la nomination de juges conservateurs, de nombreuses autres initiatives cruciales attendent le prochain ministre de la Justice. Par exemple, j’ai préparé des règlements qui obligeraient le syndicat du travail de la Histadrut à fonctionner selon les normes de transparence de base. Elle serait tenue de publier un rapport annuel sur les revenus et les dépenses et de révéler ses actifs. La Histadrout, bien sûr, s’oppose à une telle législation. Malheureusement, les élections m’ont empêché d’achever le processus. Le projet de loi attend la signature du prochain ministre de la Justice.

Malheureusement, il semble que l’opportunité de faire progresser ces deux objectifs stratégiques risque de se perdre.

En ce qui concerne l’extension de la souveraineté d’Israël, la tentative signalée de Gantz d’insister pour que cela ne soit fait qu’avec la permission de la Jordanie n’était qu’une nouvelle façon d’essayer de saper cette décision.

Accepter de repousser la décision de souveraineté de quatre mois pourrait également être désastreux, compte tenu des prochaines élections américaines. Si nous voulons prendre la décision audacieuse de réaliser notre droit légal et national d’appliquer la souveraineté dans notre patrie historique, le moment est venu de le faire.

Sur le plan judiciaire également, le proche conseiller de Gantz, Ronen Tzur, a déclaré que Bleu et Blanc ne permettraient pas le “comportement sauvage” de la droite lors de la nomination des juges. Par «comportement sauvage», il entend bien sûr le fait nommer des juristes hautement qualifiés aux philosophies conservatrices qui croient au respect des droits et des pouvoirs de la Knesset et du gouvernement.

IL APPARAÎT que le Likoud a déjà convenu que l’ancien patron de la Histadrout, Avi Nissenkorn, serait le prochain ministre de la Justice. Nous pouvons être sûrs que sous Nissenkorn, l’ancien système, de juges militants de gauche désignant des amis partageant les mêmes perspectives, sera rétabli. Cela influencera l’orientation de la démocratie israélienne pour les années à venir. Et personne ne croit sérieusement que Nissenkorn exigera une plus grande transparence de la Histadrut, ou ne prendra aucune autre mesure pour limiter le pouvoir exagéré de la Histadrut sur l’économie israélienne.

À tout le moins, si le Likoud autorise Nissenkorn à devenir ministre de la Justice, il doit insister pour que des changements soient apportés au comité de sélection judiciaire de la Knesset. Ce doit être une ligne rouge.

Donner le contrôle à bleu et blanc au ministère de la Défense et au ministère de la Justice va également entamer tous nos efforts pour trouver des solutions au statut des communautés juives de Judée et de Samarie. Sous la direction de Tzipi Livni et d’autres ministres de la justice de gauche, le gouvernement n’a fait que peu d’efforts pour défendre les droits des citoyens israéliens en Judée-Samarie contre les requêtes de la gauche auprès de la Haute Cour.

En tant que ministre de la Justice, j’ai changé cette pratique, supervisant personnellement chacune des soumissions du gouvernement à la Haute Cour sur ces questions. Naftali Bennett, en tant que ministre de la Défense, a pris de nouvelles mesures importantes pour résoudre le statut juridique de ces communautés. Tous ces progrès risquent de disparaître.

Depuis un an et demi, le bloc de droite de la Knesset a agi comme un tout pour soutenir le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Cependant, à Yemina, nous n’avons pas travaillé à préserver le bloc de droite uniquement pour qu’il soit utilisé comme un tremplin afin de créer un gouvernement de gauche.

Netanyahu doit décider s’il souhaite que son héritage soit celui du Premier ministre qui a étendu notre souveraineté à l’ensemble de notre patrie, ou celui qui a raté cette occasion unique. Le Likoud doit décider s’il est vraiment attaché à la réforme judiciaire, ou s’il se contente de donner le feu vert aux juristes activistes pour continuer à mettre en œuvre leur programme.

Le Parti Yamina ne rejoindra pas un gouvernement de gauche, même si Netanyahu est à sa tête. Au besoin, nous serons une opposition de droite forte et cohérente.

Le leadership se révèle en temps de crise. Yamina continuera de prendre toutes les mesures et de soutenir toutes les mesures nécessaires pour protéger les citoyens et l’économie d’Israël face à la pandémie actuelle. Mais même au milieu de la lutte pour vaincre le COVID-19, nous ne perdrons jamais de vue notre boussole morale.

La députée Ayelet Shaked est un ancienne ministre de la Justice et une dirigeante du parti Yamina.

8 Commentaires

  1. Que cela plaise ou pas aux uns et aux autres, Benyamin Netanyahu reste, qu’on le veuille ou pas, le meilleur et le seul PM qu’Israël acceptable et utile à Israël en ce moment. N’oublions pas que Benyamin Netanyahu vient de gagner les élections pour la 3e fois en 1 an, qui dit mieux ?

    N’oublions pas que la gauche israélienne ne passe pas la barre de 40 élus, avec le transfuge Liberman ils arrivent à 47, mais ils perdent au moins 3 mandataires s’ils s’allient à la 5ème colonne étrangère et hostile au peuple et l’Etat d’Israël. Pendant que le Bloc de droite uni est à 58 mandats.

    Gantz qui ne connait rien en politique, mais stratège fort habile a compris qu’il ne pourra pas former un Gouvernement avec ses alliés stratégiques, alors il a réussi à embobiner l’autre camp comme il a embobiné son camp pour s’en sortir à son avantage…avec seulement 15 député à la clé. Devenir Vice PM d’Israël et dans 18 mois PM avec 15 députés, c’est aller dans le mur. Mais ce n’est pas tout, le sacré Gantz rafle tous les Ministères capitaux, Défense, Justice, Affaires Etrangères et j’en passe, 15 au total, ainsi toute sa bande seront tous Ministres.

    Ici intervient à juste titre Shaked et Benett et disent stop et avec raison, le Roi est nu, Gantz est un imposteur et un charlatan ! Des voix au Likud protestent aussi, de qui se moque-t-on svp ? Evidemment du peuple et de la démocratie.

    Des urgences attendent Israël, la pandémie, la guerre contre l’Iran et ses alliés, et surtout la souveraineté d’Israël sur la Judée-Samarie qui n’attend pas, c’est ce que nous dit cette grande dame de la politique israélienne qu’est Ayelet Shaked, et elle a raison.

    Le temps presse pour Israël politiquement, où on fait comprendre à Gantz qu’il faut respecter la volonté populaire, et avec ses 15 comparses il ne peut pas rafler tous les Ministères, le Vice PM et décider de la politique d’Israël pour les années à venir, d’autant plus qu’elle sera une politique forcément de gauche ; ou des nouvelles élections qui sont défavorables au sieur Gantz et ses pots.

  2. Ne pas se faire des châteaux en Espagne, Shaked est aussi nulle que le reste de ses collègues. Ce serait un moindre mal mais certainement pas une solution politique positive pour Israël. Il nous faudrait une personnalité de le trempe de Bégin, Ben Gourion ou Golda.

    • Éternels râleurs insatisfaits. C’est dérangeant à ce point de devoir aller de l’avant et regarder l’horizon, plutôt que de vivre dans le “c’était mieux avant”? Begin, Ben Gurion ou Golda étaient des pionniers, les données n’ont strictement plus rien à voir. Les Israéliens ont rendu à Netanyahu une plus GRANDE longévité qu’à Ben Gurion même, ce qui signe que vous êtes un adepte de la détestation , mais que cela reste un peu court pour faire des comparaisons historiques (au sens de ce qui aura marqué). L’autre problème est qu’on cherche la suite, la succession, donc parler de quelques étoiles comme Ayelet Shaked (qui peut se targuer d’avoir au moins essayé : changer la Cour Suprême et ses rapports avec la Knesset, ou exiger la souveraineté sur des territoires “contestés”), ou pourquoi pas Orly-Levy ou d’autres, chez les hommes, Erdan, Edelstein ou peu importe, ca nous sort de l’habitude de regarder le passé et de contempler ses pieds…

  3. Tout à fait Ayelet Shaked est très capable d’assurer le poste
    de Première Ministre de notre Etat Nation Juif d’ISRAEL .Auprès
    de toute la nouvelle Droite et le Likoud bien entendu,plus une
    majoriter du Peuple . en effet Netanyahou devient trop faible
    devant Gantz et tous ces partis de gauche . Ou veux t’il en venir ?…

  4. Il n’y a plus personne de valable dans le personnel politique en Israel. Alors penser à Shaked est peut-être un moindre mal par rapport à l’extrême médiocrité du reste de la classe politique. Enfin elle remplacerai le plus médiocre du groupe : : Bibi.

  5. AYELET SHAKED : PREMIER MINISTRE !!!
    ISRAEL ne trouvera jamais mieux !! cela ne plairait pas aux Orthodoxes peut-être …. quoi que ses idées leur conviendraient sûrement .
    NETANYAHOU ressemble de + en + à ces 1er Ministres qui ont bradé ISRAEL , ( RABIN SHARON ) et il cède les ministères régaliens ( Justice , défense ) aux gauchistes !!!! c’est impensable ! GANTZ veut l’autorisation, pour agir , de la JORDANIE … pourquoi pas de l’ IRAN et de GAZA ou encore du HEZBOLLAH ( le LIBAN ) ????

  6. ” Ne perdons jamais notre boussole morale ”

    Nous découvrons ici une Première Ministre de droite…
    …dont Israël a grand besoin aujourd’hui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.