Ashkenazi : l’annexion pourrait menacer les relations avec l’Égypte et la Jordanie

Le plan de Trump offre à Israël “une opportunité historique de façonner l’avenir d’Israël et ses frontières pour les décennies à venir”, a déclaré Ashkenazi.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi (crédit photo: MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES)
Le nouveau ministre des Affaires étrangères d’Israël, Gabi Ashkenazi (crédit photo: MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES)

Le ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a souligné la nécessité de maintenir les traités de paix d’Israël avec l’Egypte et la Jordanie dans ses premières remarques lundi à son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères.

La paix est un atout stratégique pour Israël qui doit être maintenu, tout comme la force militaire, a déclaré l’ancien chef d’état-major de Tsahal, plusieurs jours après que le roi de Jordanie Abdallah II a déclaré que le traité de paix de son pays avec Israël pourrait prendre fin.

“Je vois une grande importance dans le renforcement des liens avec les pays avec lesquels nous avons la paix, l’Égypte et la Jordanie”, a déclaré Ashkenazi lors d’une cérémonie d’accueil à son nouveau poste au ministère des Affaires étrangères. «Ce sont les alliés les plus importants pour relever les défis régionaux.»

Abdullah a déclaré dans une interview à Der Spiegel publiée vendredi que “si Israël annexait vraiment la Cisjordanie en juillet, cela conduirait à un conflit massif avec le Royaume hachémite de Jordanie”.

Lorsqu’on lui a demandé s’il suspendrait le traité de paix avec Israël, il a répondu: “Je ne veux pas faire de menaces et créer une atmosphère propice aux désaccords et aux tensions, mais nous envisageons toutes les options”.

Dans ses remarques de lundi, Ashkenazi a exprimé ce qui préoccupe depuis longtemps Bleu et Blanc, à savoir que l’annexion pourrait menacer les relations d’Israël avec l’Égypte et la Jordanie.

Ashkenazi a déclaré que le plan de paix du président américain Donald Trump, qui inclut la souveraineté israélienne sur environ 30% de la Cisjordanie, “sera promu de manière responsable et en coordination avec les États-Unis, tout en maintenant les traités de paix et les intérêts stratégiques de l’État d’Israël”.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères a salué le plan de paix comme «une étape importante».

“Nous sommes face à des opportunités régionales importantes, dont la plus importante est l’initiative de paix du président Trump”, a déclaré Ashkenazi.

Le plan de Trump offre à Israël “une opportunité historique de façonner l’avenir d’Israël et ses frontières pour les décennies à venir”, a déclaré Ashkenazi.

Les remarques d’Ashkenazi se réfèrent au plan Trump appelant Israël à annexer des parties de la Cisjordanie. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche à deux reprises que le nouveau gouvernement appliquerait la loi israélienne dans ces régions. L’accord de coalition entre le Likoud et Bleu et Blanc stipule que Netanyahu peut envisager d’apporter la souveraineté à ces 30% de territoires de Zone C et de la Vallée du Jourdain par un vote, le 1er juillet au plus tôt.

Le président du Centre des affaires publiques de Jérusalem, Dore Gold, ancien envoyé en Jordanie lors du premier mandat de Netanyahu en tant que Premier ministre, a déclaré que les commentaires du roi jordanien devaient être compris dans le contexte où Israël et la Jordanie sont des pays «interdépendants».

“Que les Jordaniens aient toutes ces réserves sur le plan Trump n’est pas nouveau, mais ils ont besoin d’avoir un Israël fort en tant que voisin occidental”, a déclaré Gold. «Je vois beaucoup de messages diffusés qui ne sont pas particulièrement agréables, mais au bout du compte, je vois que la Jordanie doit coopérer avec Israël autant qu’Israël a besoin de coopérer avec la Jordanie.»

En tant que tel, la Jordanie est moins susceptible de mettre fin au traité de paix avec Israël, en raison de ses considérations de sécurité.

«La Jordanie sera confrontée à un Moyen-Orient difficile dans les années à venir. L’Iran a conquis de larges segments de l’Irak, ce qui porte la menace iranienne à la frontière jordanienne, et si vous regardez la Syrie, c’est la même chose… [La grande population palestinienne de Jordanie] est un problème très réel aussi, mais je pense que ces autres considérations affecteront leurs calculs à l’avenir », a déclaré Gold.

Gold a suggéré qu’Israël et la Jordanie «reprennent un dialogue silencieux et communiquent», comme la chose la plus importante qu’ils puissent faire pour maintenir le traité de paix.

Ksenia Svetlova, une ancienne députée et actuellement chercheuse principale à l’Institut des politiques et stratégies de l’IDC Herzliya, a déclaré que les menaces d’Abdullah devraient être prises au sérieux.

“Les remarques du roi ont été très vives par rapport à sa modération habituelle”, a déclaré Svetlova. «Ce n’est pas le genre de personne qui fait des menaces, et ce n’est pas ce genre de relation entre les pays dont on a besoin.»

Les avertissements de la Jordanie rendent les conséquences de l’annexion “claires du point de vue de la sécurité”, a-t-elle ajouté.

Svetlova a fait valoir qu ‘«aucun pays arabe n’a donné une réponse positive à l’idée d’annexion… Certains soutiennent certaines parties du [plan Trump], ce que certains ont confondues avec un blanc seing et pensent que cela signifie un feu vert pour l’annexion».

En mettant l’accent sur la paix avec la Jordanie et l’Égypte, “Ashkenazi dit, ralentissons, personne ne nous oblige à nous précipiter vers l’annexion”, a affirmé Svetlova. “Il veut satisfaire les Américains et dit qu’il est pour le [plan], mais cela ne revient pas à soutenir l’annexion.”

Dans ses remarques au ministère des Affaires étrangères, Ashkenazi a également abordé le rôle de la diplomatie dans la lutte contre les ambitions nucléaires iraniennes.

“La bataille diplomatique pour arrêter la menace iranienne était et est toujours notre mission principale”, a-t-il déclaré. «Nous devons continuer à agir avec tous les outils dont nous disposons dans le domaine diplomatique, ainsi que des actions dans le domaine de la défense.»

Ashkenazi a déclaré qu’il considérait le ministère des Affaires étrangères comme “une partie inséparable de la sécurité nationale de l’Etat d’Israël, et son personnel comme des combattants sans uniforme”.

12 Commentaires

  1. Pourquoi laissez-vous des commentaires des gens ne sachant même pas écrire en français correct?

    Shimon Péres a dit un jour d’Ashkenazi , son estime et son souhait de lui voir assumer de hautes fonction de direction dans le futur (qui est déjà, un passé…). Car si lui ou d’autres comme lui n’avait pas ce costume, ce serait désespérant pour le renouvellement de la classe politique, quelle que soit son orientation…

  2. Juste une question Que ferait le roitelet contre Israel – Il sait qu’il régne que parce qu’Israel le soutient aussi bien économiquement que militairement – Il y a longtemps que l’Iran , La syrie et même le Liban l’auraient déjà fait disparaitre.
    Et puis s’il veut abdiquer , pour aller vivre tranquillement ailleurs dans le monde, la solution d’un état palestinien serait toute trouvée.
    Quant à la position équivoque d’ESKENAZI , rien de nouveau !!

    • Nous l’avons déjà dit un millier de fois : nous ne vivons pas selon les fantasmes d’idéologues qui se contentent de déclaratif et où l’étymologie change tout pour eux, alors que rien ne bouge sur le terrain : sur le plan géopolitique, Israël s’appuie encore, juridiquement, sur les 3 zones ABC, en matière de juridiction : si la souveraineté est appliquée sur la Zone C d’Oslo et la Vallée du Jourdain, toutes ces nouvelles parties sous loi israélienne seront déclarées “Judée-Samarie”. Jusqu’à preuve du contraire et si ce mouvement a lieu, il n’est pas question de reprendre le contrôle des zones A et B, à moins que l’Autorité “Palestinienne” se dissolve et laisse le Hamas prendre le pouvoir à Ramallah, ce qui déclencherait un état de guerre.

  3. Chaque fois qu’Israël bouge un petit doigt, l’UE, France en tête, exprime avec force son mécontentement et menace de représailles économiques dures, pendant que Borell, le vieux con, fait des déclarations tonitruantes sans intérêt, qui restent souvent sans effet.
    Le “Petit Roi” sait que de royaume de Jordanie disparaitra si “l’état de palestine” est proclamé, sachant que la population “palestinienne” y est majoritaire.
    Comment pardonner aux Anglais, la “Perfide Albion” d’avoir amputé le territoire qui revenait à Israël et qui comportait la totalité de la Jordanie, dont elle a confié près de 80% à Abdallah le grand père du “Petit Roi” au prétexte qu’il avait aidé Lawrence d’Arabie ?
    Sur les 20% restants, la moitié a été confiée aux Juifs et le reste aux arabes.
    Même ce petit morceau de notre terre ancestrale qui nous est revenue est réclamé par les palestiRIENS dont la seule revendication réelle est de faire dégager les Juifs de leur pays.
    Voir Ashkenazi reprendre les arguments complètement débiles de ceux qui ne comprennent rien au fonctionnement de la région est atterrant.
    Comment Bibi a-t-il pu confier les affaires étrangères à un officier sans expérience, à un moment critique pour la mise en oeuvre du plan TRUMP ?????

  4. Si la Jordanie rompt le traité de paix avec Israël, ce sera la fin du roitelet jordanien. Il n’a pas compris qu’il est un roi de pacotille. Si l’armée jordanienne fut forte il y a 70 ans, elle appris une raclée en 1967 et en prendra une autre plus grande si elle s’aventure à attaquer Tsahal. Donc ce roi n’en fera rien. Des déclarations destinées plus à son peuple qu’à Israël.

    Quant à l’Egypte, elle ne fera rien non plus car elle a besoin de la paix pour continuer à bénéficier de l’aide américaine et aussi de l’aide militaire de Tsahal au Sinaï.

    Cela rappelle les déclarations tonitruantes des uns et des autres lorsque les USA ont décider de transférer leur embrassade à Jérusalem. Y compris de politiciens européens et notamment français. Et tout étêtait monde à avalé la couleuvre et cela ne pose plus de problème à personne. Ce sera pareil avec la Judee-Samarie, car personne ne s’imagine que Maale Adoumim ou Ariel deviendront des villes palestiniennes ! Sans parler de Jérusalem-Est !

    transféré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.