Trêve unilatérale fragile décrétée par le Hamas©

3
404

Aucune roquette ni frappe aérienne

aussi fragile que soit la trêve fragile de Gaza, elle dure toute la nuit

Le Hamas a déclaré que l’Egypte avait négocié un cessez-le-feu à partir de minuit ; Israël nie tout accord, mais un responsable affirme que “le calme sera respecté”

 

Des soldats israéliens marchent près d'un système de défense Iron Dome, conçu pour intercepter et détruire des roquettes et des obus d'artillerie à courte portée, dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 9 août 2018. (AFP / Jack GUEZ)

Des soldats israéliens marchent près d’un système de défense Iron Dôme de Fer, conçu pour intercepter et détruire des roquettes et des obus d’artillerie à courte portée, dans la ville de Sderot, au sud d’Israël, le 9 août 2018. (AFP / Jack GUEZ)

Après deux jours des pires échanges de tirs entre Israël et le Hamas depuis la guerre de 2014, une trêve fragile a prévalu vendredi à Gaza, sans attaques à la roquette ni frappes aériennes depuis l’apparition d’un cessez-le-feu à minuit.

Le groupe terroriste du Hamas a déclaré qu’un cessez-le-feu avait été conclu “sur la base d’un calme mutuel”, ajoutant que l’accord avait été négocié par l’Egypte et d’autres acteurs régionaux.

Israël a nié qu’il y ait une trêve, mais un haut responsable israélien a déclaré à la radio israélienne que “le calme serait respecté”.

Vendredi matin, le commandement du Front intérieur de Tsahal a annoncé que toutes les restrictions de sécurité dans la ville de Netivot et les communautés de la région centrale du Néguev avaient été levées. L’armée a également déclaré que le service de train entre Ashkelon et la ville frontalière de Sderot à Gaza reprendrait.

Un haut responsable du Hamas, parlant sous couvert d’anonymat, a déclaré que l’accord était officiellement entré en vigueur à minuit.

Un nuage de fumée jaillit des vestiges d’un bâtiment à l’ouest de la ville de Gaza, pris pour cible par l’armée de l’air israélienne en réponse à une attaque à la roquette qui a frappé le sud d’Israël le 9 août 2018. (Mahmud Hams / AFP)

Il a déclaré que l’accord ne faisait que mettre fin à la dernière vague de violence de deux jours entre Israël et le Hamas, ajoutant que l’Egypte poursuivrait ses efforts pour négocier une trêve à long terme.

La chaîne de télévision israélienne Channel 10, citant des sources diplomatiques, a déclaré que l’accord avait été négocié par l’Egypte et l’envoyé des Nations Unies pour la paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov.

Les rapports de cessez-le-feu sont intervenus une heure à peine après que le cabinet de sécurité eut achevé une réunion de quatre heures sur Gaza, demandant à l’armée de “continuer à agir avec force” contre les groupes terroristes dans la bande de Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a convoqué jeudi soir le cabinet de sécurité pour discuter des violences dans le sud du pays, alors que les avions de Tsahal ont rasé un immeuble de cinq étages dans la bande de Gaza.

Une batterie de défense antimissile dôme de fer installée dans la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, tire un missile d’interception le 9 août 2018. Photo de Yonatan Sindel / Flash90

“Le cabinet [de sécurité] a demandé à Tsahal de continuer à agir avec force contre les terroristes”, a déclaré un communiqué du cabinet du Premier ministre à l’issue de la réunion.

 

Un responsable israélien a déclaré à la presse que le Hamas avait cherché à obtenir un cessez-le-feu par l’intermédiaire de l’Egypte tout au long de la journée jeudi, après qu’une trêve antérieure entrée, en vigueur dans l’après-midi a été violée, après environ deux heures (par des tirs contre Beersheva). En l’absence d’un accord, Israël a été en mesure de cibler de “précieuses” cibles militaires du Hamas à Gaza, a indiqué ce responsable.

Une photo prise le 9 août 2018 montre des personnes inspectant les décombres d’un bâtiment ciblé par l’armée de l’air israélienne en réponse à une attaque à la roquette qui a frappé le sud d’Israël le 9 août 2018 (AFP Photo / Mahmud Hams)

Plus tôt jeudi, Tsahal a déclaré dans un communiqué que sa frappe aérienne contre le bâtiment dans le nord de Gaza avait été déclenchée par les tirs de roquettes lancés par le Hamas en profondeur contre le territoire israélien. Selon le communiqué, le bâtiment était le siège du service de sécurité interne du Hamas, qui servait de “bras opérationnel” au groupe terroriste. Le bâtiment servait également, en surface, de centre culturel.

Un officier de police inspecte les dégâts sur un chantier de construction dans la ville de Sderot, au sud d’Israël, près de la frontière de Gaza, le 9 août 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)

Jeudi, le Hamas a insisté sur le fait qu’un groupe terroriste salafiste se serait rendu responsable de l’attaque à la roquette de jeudi contre Beersheba, qui a rompu un cessez-le-feu de deux heures et a marqué une augmentation significative du niveau de violence de Gaza.

Selon un reportage publié par Hadashot, les dirigeants du Hamas ont accusé un groupe salafiste radical dans la bande de Gaza d’avoir lancé la roquette à 40 kilomètres de distance, provoquant des représailles israéliennes.

Sur Facebook, le porte-parole du Hamas, Hazim Qassim, a critiqué Israël pour “son bombardement et sa destruction délibérés du centre culturel”, l’appelant un “acte barbare qui appartient à l’âge des ténèbres”.

Dix-huit Palestiniens ont été blessés lors de l’attaque israélienne contre le quartier général présumé du Hamas, selon le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le Hamas. Le degré de leurs blessures n’était pas immédiatement estimé.

Le porte-parole de Tsahal, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a déclaré jeudi que “les groupes terroristes” (pas uniquement le Hamas, dans la présentation officielle, donc) de Gaza avaient tiré environ 150 roquettes sur Israël au cours des dernières 24 heures, tandis qu’Israël avait frappé quelque 140 cibles du Hamas à Gaza.

Il a déclaré que la roquette qui a atterri à Beersheba, à quelque 40 kilomètres de la frontière de Gaza, nécessitait une fusée plus puissante et à plus longue portée, marquant une escalade significative de la violence.

©JForum avec agences

3 COMMENTS

  1. Ca n’a pas tenu plus de 12h : ils ont recommencé avec leur “marche” sur la frontière et attaques terroristes aux ballons incendiaires, en ramassant leurs blessés.
    Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ne cessent de pousser les provocations.

  2. BIBI tu me décois,c’est le hamas qui dicte les régles,c’st lui qui dit quand il faut reprendre et quand il faut arréter,à quand le prochain round

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.