Tel Aviv à portée de missiles iraniens en zone kurde©

1
1544

Le contrôle iranien d’une zone kurde stratégiquement importante près de la frontière entre l’Irak et la Syrie représente une grave menace pour la sécurité d’Israël, a déclaré mercredi à l’Algemeiner un haut responsable de la sécurité kurde.

Le responsable, sous couvert d’anonymat, a déclaré que l’Iran convoitait la région montagneuse de Sinjar, qui s’étend du nord-ouest de l’Irak à l’est de la Syrie, depuis “au moins dix ans”. En 2014, Sinjar a été conquis par des terroristes de l’EI qui ont ensuite commis un génocide et d’autres crimes de guerre contre l’ancienne minorité yézidie de la région. Après que l’EI ait été chassé de la zone par les peshmergas kurdes cette année, des paramilitaires soutenus par l’Iran, parmi lesquels le Hashd al-Shaabi, l’organisation de Badr et les brigades Khorasani, ont commencé à attaquer les Kurdes pour contrôler les terres nouvellement libérées. 

Les mêmes paramilitaires ont joué un rôle central dans l’assaut coordonné par l’Iran sur le Kurdistan le mois dernier, après un vote à 93% en faveur de l’indépendance lors du référendum kurde du 25 septembre.

Le responsable a ajouté qu’il avait reçu des rapports affirmant que les Brigades Khorasani, un groupe chiite irakien affilié au Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC), construisaient une “base militaire” sur le mont Sinjar – à 4 800 mètres, point culminant de la région. Les médias kurdes ont également rapporté un flot continu d’officiers de l’armée irakienne et de combattants de Hashd al-Shaabi sur la montagne et dans la ville de Sinjar en dessous. Le commandant de Hashd al Shaabi, Abu Mahdi al-Muhandis – désigné comme groupe terroriste par le Département d’Etat américain – a été aperçu dans la région à plusieurs reprises.

La zone abrite plusieurs lieux saints yézidis, y compris le sanctuaire Sharfadin sur le mont Sinjar lui-même. “C’est un endroit important pour nous tous en tant que Kurdes”, a déclaré le responsable kurde. “La région est connue pour sa population yézidie, et il y a aussi des musulmans et des chrétiens. Mais c’est aussi un endroit qui représente aujourd’hui une menace pour Israël et pour les autres pays de la région. “

La nature de cette menace, selon l’officiel, a été démontrée lors de la première guerre du Golfe en 1991, quand il y avait une présence militaire irakienne de haut niveau sur le mont Sinjar, même si la région n’a jamais été visée par des avions de la coalition occidentale pendant le conflit. Certains ont affirmé que les Irakiens ont lancé leurs attaques de missiles Scud sur Israël et l’Arabie Saoudite pendant ce conflit depuis le Mont Sinjar – bien que Tel Aviv, qui se trouve à environ 500 miles à l’ouest, soit resté à l’époque hors de portée des Scuds les plus performants sur le marché en ce temps là.

De nombreux témoins oculaires confirment avoir remarqué une importante activité militaire irakienne sur le mont Sinjar depuis la fin des années 1970, lorsque le régime de Saddam Hussein a commencé à tester des missiles dans la région. Dans un article publié en mai, le journaliste israélien Seth Frantzman a cité deux témoins kurdes qui ont rappelé qu’en 1991 il y avait eu “feu rouge” alors que “l’Irak bombardait Israël depuis la montagne”. Frantzman citait également un sergent du régiment SAS de l’élite britannique, disait avoir vu “une grande boule de lumière … une boule de feu” sur le mont Sinjar.  Scott Ritter, un ancien inspecteur des armes de l’ONU avait lui aussi déclaré que l’armée irakienne avait bouclé toute la région de Sinjar pendant la guerre de 1991 , et qu’un irakien lui avait dit, “Sinjar est la clé.”

Près de trente ans plus tard, au vu des grandes améliorations technologie dont bénéficient leurs missiles balistiques, les Israéliens se trouvent à portée de tir du mont Sinjar. Un nouveau missile balistique dévoilé par le régime de Téhéran en septembre, le BM-25 Khorramshahr, a une portée de 3200 km – ce qui représente un scénario potentiellement cauchemardesque pour les Israéliens qui tentent déjà de gérer dans le même temps, l’arsenal de 150 000 missiles du Hezbollah, le supplétif de l’Iran.

 “Si vous contrôlez la montagne, vous pouvez contrôler la région”, a déclaré le responsable kurde. “L’Iran peut lancer une attaque sur Tel-Aviv, et il bénéficie maintenant clairement d’un corridor grâce auquel approvisionner ses autres supplétifs comme le Hezbollah.”

Le responsable a ajouté que les paramilitaires chiites dans les territoires enlevés aux Peshmergas irakiens le mois dernier, étaient de plus en plus préoccupés par le nettoyage ethnique qui menace.

 

Un magasin kurde incendié dans la ville de Tuz Khurmatu à côté d’une propriété intacte marquée comme appartenant à un membre de la communauté chiite turkmène. Photo: L’Algemeiner.

De nouvelles photos de Tuz Khurmatu, une ville ethniquement diversifiée prise par le Hashd al-Shaabi le 16 octobre, suggèrent que les maisons et les magasins ont été marqués selon les origines de leur propriétaire. Une image montrait une épicerie kurde incendiée à côté d’une maison intacte marquée comme appartenant à une famille de la minorité chiite turkmène. Plus de 35 000 réfugiés ont fui les combats dans la ville.

Ben Cohen – Algemeiner – traduction JForum

1 COMMENT

  1. […] Le responsable, sous couvert d’anonymat, a déclaré que l’Iran convoitait la région montagneuse de Sinjar, qui s’étend du nord-ouest de l’Irak à l’est de la Syrie, depuis « au moins dix ans ». En 2014, Sinjar a été conquis par des terroristes de l’EI qui ont ensuite commis un génocide et d’autres crimes de guerre contre l’ancienne minorité yézidie de la région. Après que l’EI ait été chassé de la zone par les peshmergas kurdes cette année, des paramilitaires soutenus par l’Iran, parmi lesquels le Hashd al-Shaabi, l’organisation de Badr et les brigades Khorasani, ont commencé à attaquer les Kurdes pour contrôler les terres nouvellement libérées. Lire la suite sur jforum.fr […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here