Home Torah Sivan c’est le mois du Don de la Torah- vidéos

Sivan c’est le mois du Don de la Torah- vidéos

0
165

Ce soir à la tombée de la nuit nous célébrerons le début du mois de Sivan. Neuvième à partir de Tichri, le mois de Sivan est aussi le troisième dans l’ordre de la Torah ( à partir du mois de Nissan).

Le signe du zodiaque sous lequel est placé ce mois est celui des « Gémeaux » (ou « jumeaux »), rapprochement expliqué par nos Sages de diverses manières :

Les jumeaux pourraient être :– Moïse et Aaron, par la main desquels la Tora nous a été donnée.– La Torah écrite et la Torah orale.

– Les deux Tables de la loi.

Signalons encore deux textes midrachiques qui relient le signe des Gémeaux au mois de Sivan :

– Hachem a tenu à donner la Torah dans le mois des Gémeaux afin d’associer dans la joie de sa promulgation la bouche de l’homme qui lui permet de parler, ses mains qu’il peut battre, et ses pieds avec lesquels il peut danser (Pessiqta rabbathi 20).

– Il a tenu à donner la Torah en ce mois-là afin de permettre à Esaü, le frère « jumeau » de Jacob, de s’y associer s’il choisit de le vouloir (Pessiqta de-rav Kahana 12).

Le mot sivan n’apparaît qu’une seule fois dans la Bible : « Ont été appelés les scribes du roi en ce temps-là, au troisième mois, qui est le mois de siwan, le vingt-troisième [jour] du mois ; et l’on écrivit, selon tout ce que commanda Mardochée, aux Juifs, et aux satrapes, et aux gouverneurs, et aux chefs des provinces, depuis l’Inde jusqu’à l’Ethiopie, cent vingt-sept provinces, à chaque province selon son écriture, et à chaque peuple selon sa langue, et aux Juifs selon leur écriture et selon leur langue » (Esther 8, 9).

D’origine araméenne, ce mot pourrait signifier « saison » ou « temps », et s’apparenter à l’hébreu זמן.

C’est en sivan que la Torah nous a été donnée au mont Sinaï, et c’est aussi en ce mois-là que l’on a cessé, à l’époque de Jéroboam Ier, d’apporter des prémices au Temple de Jérusalem depuis le Royaume du nord (Tour Ora‘h ‘hayyim 580).

Jacques KOHN.zal

Le troisième mois: La nature de Sivan

Nous l’avons attendu, compté les jours et il est enfin là : le troisième mois. C’est, bien sûr, de celui, hébraïque, de Sivan qu’il s’agit et c’est le Don de la Torah – Chavouot – qu’il nous apporte. « Troisième mois où fut donnée une lumière triple – la Torah – à un peuple triple – le peuple juif » disent les Sages.

C’est qu’ici D.ieu nous donne une Loi et c’est avec elle que nous nous éveillons vraiment au monde. Ensuite, rien ne sera plus jamais pareil. Nous passons d’un état incertain, aux contours indéfinis à la grandeur des univers en marche.

Certes, le jour du Don de la Torah, Chavouot, a de quoi impressionner. La Loi crée véritablement un monde nouveau et le sort des hommes en est transformé. Elle enchaîne la violence et ouvre les chemins qu’on nommera plus tard ceux de la civilisation.

Si le mois où cet événement littéralement bouleversant intervint est le troisième, cela a évidemment un sens. Le premier mois, Nissan, celui de la sortie d’Égypte, a vu la sortie d’Égypte. Il a été le mois du surnaturel, celui où le Divin a fait irruption dans l’histoire des hommes.

Le deuxième mois, celui de Iyar, a vu l’effort des Juifs qui, dans leur longue marche dans le désert, se sont peu à peu élevés aux hauteurs spirituelles nécessaires pour leur rendez-vous avec la Révélation au mont Sinaï. D’une certaine manière, le premier mois a été celui de l’appel d’En-Haut et le deuxième, celui de l’œuvre d’en-bas. Quant au troisième ? N’est-il pas celui où, justement, le Haut et le bas se rejoignent ? N’est-il pas celui où, sous nos yeux, cette fusion se produit ? L’homme est, à présent, détenteur de la Sagesse divine. Il sait qu’un trésor lui a été ainsi confié, qu’il va changer sa vie ainsi que sa relation au monde. Il sait qu’il est le porteur de merveilles inouïes et qu’il lui appartient d’en faire le meilleur usage, pour lui, pour les autres, pour le monde.

Notre vie toute entière ne tient-elle pas dans une problématique du même ordre ? Il arrive, au long des jours, que nous hésitions entre le Haut et le bas, entre l’esprit et la matière, entre le Royaume de D.ieu et celui des hommes. La fête de Chavouot, fondatrice par l’événement qu’elle commémore, nous le rappelle : l’homme est une entité à la fois du ciel et de la terre. Il est la créature qui a pour tâche de mener l’univers à son accomplissement en y faisant résider la Sagesse. Par tous les actes de sa vie, il établit le pont entre le spirituel et le matériel.

Cette année encore, les Dix Commandements retentissent à la synagogue pour la fête de Chavouot. Nous serons tous au rendez-vous. N’est-ce pas le sens des choses, du monde et nous-mêmes à la fois qu’ils nous racontent ?

Musique Judeo-Arabe – Lellah Yal Ghadi Lessahra (de Lili Labassi) envoyé par Guy Elbez

 

La segoula pour l’éducation des enfants

Shla Hakadosh

 

Voici la prière du Shla Hakodesh, pour la réussite dans l’éducation des enfants.

 

La veille du mois de Sivan (ErevRoch ‘Hodech Sivan) est le moment le plus propice aux parents pour prier pour leurs enfants pour la réussite dans l’éducation.

Il peut aussi être lu par ceux qui n’ont pas encore d’enfants.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here