Quneitra : le duel armé israélo-syrien a commencé©

1
1647

Le duel armé israélo-syrien sur Quneitra a commencé

Frappes israéliennes contre 3 avant-postes syriens, après minuit

Les comptes rendus officiels d’Israël sur les événements critiques qui se sont déroulés autour de Quneitra, le mercredi 11 juillet, ont bouleversé les négociations de Netanyahu-Poutine à Moscou.

Le drone syrien abattu sur la mer de Galilée a d’abord été repéré comme un drone errant s’échappant des batailles de Daraa à 100 km. Le porte-parole de Tsahal a indiqué qu’il avait été suivi pendant 16 minutes par 4 avions israéliens et 2 hélicoptères jusqu’à ce qu’on donne l’ordre de l’interception par un missile Patriot.

DEBKAfile : Les Syriens, les Iraniens et le Hezbollah ont appris de cet incident qu’il faut au moins 15 minutes au haut commandement israélien pour utiliser la ligne rouge avec le commandement russe à Khmeimim, obtenir des clarifications et donner l’autorisation de tir au-dessus de son propre espace aérien. Ils peuvent donc tirer à profit cet avantage “diplomatique”. Pendant ce temps, même si on ne savait pas encore si le drone était ou pas désarmé, les sirènes n’étaient pas encore activées pour avertir les milliers de vacanciers dans les stations balnéaires de la Mer de ​​Galilée du probable danger du survol d’un drone hostile. Les sirènes n’ont retenti que lorsque le missile Patriot a fait exploser l’intrus.

Puis, après minuit (environ 9 heures plus tard), on a finalement décidé de riposter à l’intrusion prétendument “errante” du drone. Trois frappes aériennes israéliennes ont été ajustées contre des postes de l’armée syrienne dans la région de Quneitra. DEBKAfile : Tsahal semble avoir emprunté la stratégie de la riposte coup pour coup utilisée depuis longtemps contre la terreur palestinienne émanant de la bande de Gaza, dont la seule conséquence matérielle a été l’érosion constante de la dissuasion militaire d’Israël.

L’objectif immédiat des frappes immédiates de Tsahal contre la Syrie était d’accentuer le message du Premier ministre Benyamin Nétanyahou au président Vladimir Poutine, qu’Israël ne modifie pas son exigence d’expulsion totale des forces Iraniennes et de ses supplétifs de toutes les parties de la Syrie. Après leurs entretiens au Kremlin, un «responsable israélien» a déclaré: «Ils (la Russie) ont un intérêt actif à assurer un régime stable dpour Assad et le nôtre est l’expulsion des Iraniens. Ceux-ci peuvent entrer en conflit ou s’aligner sur la position russe”.

Cette formulation soulignait l’absence de terrain d’entente entre Poutine et Netanyahou. Il est évident pour les deux parties, ainsi que pour Bachar Assad et le général Qassem Soleimani, que partout où on va retrouver l’armée syrienne, il en va de même pour les Iraniens et le Hezbollah.

L’incident de mercredi a donc produit trois conséquences majeures :

  1. Rien de nouveau n’a été réalisé dans les pourparlers entre Poutine et Netanyahu, à part réaffirmer leur liaison continue en Syrie pour éviter les affrontements militaires entre eux. Cette coordination peut aussi servir de prétexte à un temps de réaction plus long.
  2. Rien n’a été réglé concernant la présence iranienne et du Hezbollah en Syrie.
  3. L’épreuve de force militaire entre Israël et la Syrie au sujet de Quneitra a commencé, à l’instar d’une nouvelle guerre de harcèlement.

   ,  ,  ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Israeli-Syrian armed duel over Quneitra has begun

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.