Qui es-tu Denis Shapovalov ?

0
39

Qui es-tu Denis Shapovalov ?

Tombeur de Juan Martin Del Potro et Rafael Nadal à l’Open du Canada, le Canadien Denis Shapovalov (18 ans) a tout pour devenir un grand du tennis mondial.

Tennis - 2017 Hommes Simples - Le Canadien Denis Shapovalov n'en est pas à son premier coup d'éclat sur le circuit. (Reuters)
Le Canadien Denis Shapovalov n’en est pas à son premier coup d’éclat sur le circuit. (Reuters)

D’où vient-il ?

Denis Shapovalov est né le 15 avril 1999 à Tel-Aviv (Israël) d’une mère Russe et d’un père Israëlien. Mais sa famille est arrivée au Canada avant même le premier anniversaire du futur tombeur de Rafael Nadal. Canadien d’éducation et de culture, Shapovalov n’a jamais envisagé de défendre une autre nation en Coupe Davis.

Incroyablement précoce

Il est le candidat idéal pour la NextGen que cherche à mettre en place l’ATP. En 2015 il remporte l’US Open avec Félix Auger-Aliassime (futur double de Coupe Davis ?). Un an plus tard, il s’impose à Wimbledon chez les juniors. En 2017, il fait ses débuts en Coupe Davis et reçoit une invitation pour disputer le Masters 1000 de Montréal. On connaît la suite. S’il écume toujours le circuit Challenger (deux titres et une finale cette année), il fait régulièrement des apparitions sur le circuit principal où il a notamment battu Kyle Edmund (44e) au Queen’s cette saison. C’est sans surprise qu’on devrait le retrouver au Masters de Milan réservé aux moins de 21 ans.

Le Canada le transcende

Denis Shapovalov n’a que 18 ans, mais il n’a pas froid aux yeux. Il l’a dit, il «adore jouer dans les grands stades et aime impressionner les gens». Porté par le public face à Nadal, il n’a pas hésité à le remercier chaudement après le match. Il y a un an déjà, lors de l’Open du Canada, il déclarait crânement, «Je me suis entraîné avec Tomas Berdych et j’ai gagné 6-4. Je me sens proche de ces joueurs». Transcendé par les grosses ambiances, il réalise à Montréal un parcours de rêve avec déjà Juan Martin Del Potro (31e) et Rafael Nadal (2e) à son tableau de chasse. Et n’oublions pas que c’est dans ce même tournoi, il y a un an, qu’il avait frappé fort pour la première fois en sortant Nick Kyrgios au premier tour.

Un jeu moderne, mais old school

Denis Shapovalov, 18ans et visage du tennis de demain, a pourtant un côté vintage. Gaucher adepte du revers à une main, il est forcément atypique sur un circuit dominé par les adeptes du revers à deux mains et les droitiers. Il va forcément se développer physiquement, mais sa puissance est déjà intéressante. Agressif, il n’hésite pas à prendre sa chance pour mettre l’adversaire à trois mètres de la balle. Bref, il prend un peu le meilleur d’hier pour le mixer avec ce qui marche aujourd’hui.

Les défauts de son âge

On l’a dit, Shapovalov est encore très jeune. S’il ne pourra que progresser physiquement, c’est aussi le cas en ce qui concerne le mental. S’il ne se laisse pas impressionner par les gros matches (déjà un bon point), il lui reste à savoir digérer la frustration quand tout ne se passe pas comme il le voudrait. Afin d’éviter de renouveler l’incident survenu au premier tour de la Coupe Davis cette année quand il s’est défoulé dans une balle qui a fini dans l’œil de l’arbitre de chaise. Disqualification immédiate lors du match décisif face à la Grande-Bretagne, on fait mieux sur un C.V.

Publié le 

Le tombeur de Rafael Nadal s’est qualifié pour le dernier carré du tournoi de Montréal.

La sensation du Masters 1000 de Montréal, Denis Shapovalov, 143e mondial, a franchi vendredi un nouvel échelon en battant en quart le Français Adrian Mannarino (4-6, 6-3, 6-4), au lendemain de son exploit face à Rafael Nadal qui empêchait du même coup l’Espagnol de redevenir numéro un à l’ATP. A 18 ans, Shapovalov a non seulement amélioré son classement – puisqu’il devrait gagner plus de 70 places dans la hiérarchie mondiale – mais a aussi donné un coup de pouce à Roger Federer dans la chasse à l’Ecossais Andy Murray, l’actuel N.1.

«Je joue ce tournoi de Montréal pour essayer de le gagner pour la première fois de ma carrière», a déclaré vendredi le Suisse, deux fois plus âgé que Denis Shapovalov. Mais sans qu’il ne veuille l’avouer, la place la plus élevée du tennis mondial est dans son esprit. Avec Rafael Nadal, «c’est un enjeu important pour tous les deux de redevenir numéro un mondial encore une fois dans notre carrière», a confié Federer en conférence de presse.

Le Suisse a son destin dans la raquette pour le redevenir dans un peu plus d’une semaine et près de cinq ans après avoir abandonné ce rang (4 novembre 2012). En cas de victoire dimanche à Montréal, Federer devra faire aussi bien que Nadal la semaine prochaine à Cincinnati pour récupérer la tête du classement ATP et arriver comme 1e tête de série à l’US Open, dernier tournoi du Grand Chelem de l’année.

L’arrogance de la jeunesse

Avant cela et après avoir récité son tennis vendredi en quart face à l’Espagnol Roberto Bautista Agut, Federer devra écarter en demi-finale un de ses amis sur le circuit, le Néerlandais Robin Haase, 30 ans. Dans le haut du tableau, l’Allemand Alexander Zverev promène l’arrogance de sa jeunesse. Avec déjà quatre titres à son actif depuis le début de l’année à seulement 20 ans, l’Allemand, haut de près de 2 mètres, maîtrise à peu près tous les coups du tennis, avec notamment un service puissant et des retours profonds.

Cinq jours après leur dernière confrontation à Washington, Alexander Zverev a une nouvelle fois battu le Sud-Africain Kevin Anderson (7-5, 6-4), terminant la rencontre sur un ace à sa première balle de match. Après avoir sauvé trois balles de match pour son entrée dans le tournoi contre le Français Richard Gasquet, Zverev, tête de série N.4, partira favori face à Shapovalov qui sera soutenu par tout le public montréalais pour la demi-finale de la nouvelle génération du tennis mondial.

Résultats des quarts de finale :
Denis Shapovalov (CAN) bat Adrian Mannarino (FRA) 2-6, 6-3, 6-4
Alexander Zverev (GER/N.4) bat Kevin Anderson (RSA) 7-5, 6-4
Robin Haase (NED) bat Diego Schwartzman (ARG) 4-6, 6-3, 6-3
Roger Federer (SUI/N.2) bat Roberto Bautista (ESP/N.12) 6-4, 6-4

sport24.lefigaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here