Quand l’ONU distribue des fonds à des proches d’Assad

0
14

Des organisations proches de Bachar el-Assad ont reçu des millions de dollars d’aides humanitaires, selon le Guardian. L’ONU se défend en affirmant «travailler avec toutes les parties du conflit».

Selon une enquête menée par le journal britannique The Guardian, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a octroyé des contrats humanitaires à plusieurs organisations et personnes proches du président syrien. Des aides reçues malgré les sanctions prises par l’Union européenne et les États-Unis à l’encontre de ces bénéficiaires. Le quotidien indique avoir passé au crible des centaines de contrats passés par l’ONU depuis 2011 et le début du conflit qui a fait plus de 290.000 morts. La globalité des aides humanitaires reçues dépassent les 20 millions de dollars.

Ainsi le gouvernement d’Assad a reçu 13 millions de dollars pour le développement de l’agriculture bien que l’UE ait interdit le commerce avec les ministères concernés par ces aides. La raison de ces interdictions est le manque de confiance dans le régime syrien et à la façon dont l’argent pourrait être dépensé.

Les organisations de la femme et du cousin de Bachar el-Assad bénéficiaires

Deux agences de l’ONU sont également partenaires, à hauteur de 8,5 millions de dollars, du Syria Trust charity, une organisation présidée par l’épouse du président Assad, Asma. L’Unicef a versé pour sa part 268.000 dollars à Al-Bustan Association, une organisation caritative contrôlée par Rami Makhlouf, ami et cousin d’Assad. Il est considéré comme l’homme le plus riche de Syrie et se trouve être le symbole de la détestation du pouvoir par les opposants du régime. Il est sur la liste des «sanctionnés» de l’UE car il est fortement soupçonné de corruption, notamment par la diplomatie américaine. 700.000 dollars d’aides de l’ONU ont aussi été distribués à sa société de réseau de téléphonie mobile Syriatel.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a de son côté dépensé plus de 5 millions de dollars pour soutenir la banque de sang nationale syrienne, contrôlée par le ministère de la Défense syrien. À ce propos, le porte-parole de l’OMS à Genève a affirmé que l’agence ne «travaille pas directement avec le ministère de la Défense».

«L’OMS a distribué des poches de sang à la banque de sang syrienne, par l’intermédiaire du ministère de la Santé et du ministère de l’Éducation supérieure», a-t-il déclaré.

L’ONU assume et se défend

Un responsable onusien a bien souligné que la situation a créé un certain embarras au sein de plusieurs agences internes préoccupées par l’emprise du régime syrien sur le fonctionnement de l’aide humanitaire. Mais l’organisation serre les coudes et assume son action en Syrie. À Genève, des porte-paroles de l’ONU ont indiqué mardi «travailler avec toutes les parties du conflit», parce que l’organisation internationale agit ainsi «dans toutes les crises». Selon Jens Laerke, porte-parole de l’Agence de l’ONU pour les affaires humanitaires (OCHA), si l’on n’accepte pas le fait que le gouvernement syrien décide avec quelles ONG l’ONU peut travailler, «les agences de l’ONU ne pourraient pas sauver autant de vies, comme elles le font actuellement en acheminant des aides» cruciales pour la population du pays.

Interrogés par le Guardian, d’autres responsables de l’ONU soulignent que le choix des partenaires pour répondre aux besoins humanitaires urgents de la population est nécessairement «limité» dans cette zone. La raison principale invoquée est la complexité et la particularité du conflit syrien.

«Quand il s’agit de choisir entre fournir des biens ou des services via des entreprises qui pourraient être affiliées au gouvernement ou laisser des civils sans l’aide vitale dont ils ont besoin, le choix est clair: notre devoir est d’aider les civils».

,

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here