Pour Israël le départ de Hariri a du bon

0
644

Avec la démission surprise de Saad Hariri, Premier ministre du Liban, la frontière nord d’Israël est devenue encore plus instable. Mais l’Etat juif aura plus de marge de manœuvre pour le cas où une guerre avec le Liban éclaterait.

Hariri a annoncé qu’il quittait son poste depuis Riyad, la capitale saoudienne, dénonçant l’emprise de l’Iran sur son pays et sa crainte de partager le même sort que son père, l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, qui a été assassiné par un voiture piégée en 2005 lors d’un attentat attribuée à la Syrie et au Hezbollah.

Harari s’est exprimé sur le média saoudien Al-Arabiya, disant qu’il “vivait dans une atmosphère similaire à celle qui avait précédé l’assassinat de son père Rafik Hariri. ” Mais les Forces de sécurité intérieure libanaises ont par la suite publié une déclaration dans laquelle ils prenaient leurs distances quant au complot présumé visant Hariri.

Le Hezbollah a été formé dans les années 1980, avec l’aide de l’Iran, en tant que groupe de résistance, pour lutter contre la présence militaire israélienne au Sud-Liban. Aujourd’hui, le Hezbollah est profondément ancré dans la politique et la société libanaises, et des milliers de chiites libanais comptent sur le groupe pour un soutien social, médical et financier.

Le groupe terroriste s’est également doté d’une cellule terroriste para-militaire qui dispose d’un énorme arsenal d’armes de pointes qui leur a été donné par leurs patrons iraniens ainsi que de milliers de combattants aguerris.

Le Hezbollah est l’ennemi le plus dangereux d’Israël.

Dimanche, Yoav Gallant, un membre du cabinet de sécurité et ancien général de Tsahal, a déclaré à ‘The Israel Project’, que la démission de Hariri devrait être un avertissement pour la communauté internationale.

“L’Iran contrôle réellement le Liban, l’Irak et travaille à prendre le contrôle de la Syrie. C’est un grand danger pour la stabilité de la région et la paix du monde. Hariri comprend très bien qu’après le massacre qui a lieu en Syrie, il pourrait être le prochain sur la liste, comme c’est arrivé à son père Rafik al-Hariri, comme il le dit lui-même. “

Après la démission de M. Hariri, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, s’est rendu sur Twitter en disant que «le Liban = le Hezbollah. Hezbollah = Iran. Liban = Iran. L’Iran est dangereux pour le monde. Saad Hariri l’a prouvé aujourd’hui.”

Le mois dernier, Lieberman a déploré la “réalité” de la région en disant: “L’armée libanaise a perdu son indépendance et est devenue une partie intégrante du réseau du Hezbollah”.

Hariri, un musulman sunnite qui a formé un gouvernement l’année dernière, a accusé l’état chiite de Téhéran de “créer un Etat au sein de l’Etat … dans la mesure où il a le dernier mot sur la façon dont les affaires du Liban sont dirigées”.

Le président du Liban, Michel Aoun, est un allié du Hezbollah et aurait été nommé par l’Iran. L’armée libanaise, malgré l’aide reçue de l’Occident (dont deux A-29 Super Tucano de la semaine dernière) a beaucoup moins d’armes que le Hezbollah et coopère avec le groupe terroriste.

Dans son discours de démission samedi, Hariri a également accusé le Hezbollah d’utiliser “le pouvoir de ses armes pour imposer un fait accompli”, déclarant que “le Hezbollah est le bras de l’Iran non seulement au Liban mais aussi dans d’autres pays arabes”.

Hariri a également accusé l’Iran de “répandre la destruction et les conflits là où ils sont” et qu’il a “une emprise sur le sort des pays de la région”.

Dans une interview à la mi-octobre dans le journal italien La Repubblica, Hariri a évoqué l’ingérence de l’Iran dans les affaires intérieures des pays arabes, le qualifiant d ‘”absolument inacceptable”, déclarant que l’Iran devrait jouer un rôle positif dans le développement économique et la sécurité. Au lieu de contribuer à sa déstabilisation. “

Dans la même interview, Hariri a déclaré qu’il avait rejoint un gouvernement de coalition avec le Hezbollah, “mettant de côté” leurs différents afin de servir et unifier le pays. Si une guerre dans le nord éclatait, la démission de Hariri donnerait à Israël une plus grande légitimité pour mener une campagne complète et implacable non seulement contre le hezbollah mais contre l’Iran et le Liban.

Et si cette guerre éclate, comme l’a dit Gallant, Israël «ramènera le Liban à l’âge de pierre».

Anna Ahronheim Jerusalem Post

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here