Karsenty : le « rapport russe » sur Trump est bidon ©

0
13

P. Karsenty : le rapport russe sur Trump est bidon

et le président-élu n’a pas besoin de « piquer dans la caisse »

En expert, avec d’autres, à la fois d’une Amérique profonde qui a souffert et voté contre les Démocrates, et des grandes villes côtières où se développe le Business global, qu’il connaît l’une comme l’autre, Philippe Karsenty apporte un éclairage singulier sur le premier discours de Donald Trump, attaqué de toutes parts, par la presse mainstream.

Celle-ci cherche à « divulguer » un soi-disant rapport russe, brodé de sextape et de fils blancs, avant même que le Président-élu n’arpente la première marche de Maison Blanche. Ce rapport sur d’éventuelles « compromissions » aurait été « intercepté » par un ex-agent britannique, lui-même complètement compromis depuis par CNN et Buzzfeed, qui ont révélé nom et adresses afin de donner de la crédibilité à leurs ragots. L’homme, Christopher Steele, a confié son chat à un voisin et a disparu des écrans-radar depuis mardi. 

Du jamais-vu dans les annales de la mauvaise foi politique, de la part de la presse inféodée au Parti Démocrate et à l’influence des réseaux Soros.

Par sa connaissance remarquable des Etats-Unis qui se sont enthousiasmés pour Donald Trump, ces derniers mois, Philippe Karsenty détonne avec la frilosité, tant de la sphère politique que médiatique en France.

Il pourrait être, demain, un maillon indispensable  à la Droite de l’échiquier politique, en capacité de tisser du lien,

aussi bien avec la nouvelle Administration incomprise et jugée par la horde avant d’être investie,

que de provoquer les premiers pas vers une réconciliation indispensable avec l’Etat d’Israël, dans cette relation d’amour-haine qui doit être dépassée, à l’heure de la menace terroriste partagée par tous, sans distinction de sexe, d’âge, de religion et de nationalité. Hier encore, Gérard Larcher, Président du Sénat, en visite auprès de Yuli Edelstein, porte-parole de la Knesset, soulignait le fossé subsistant, entre les deux pays et la nécessité d’une commission inter-parlementaire France-Israël (Assemblée Nationale/ Knesset) afin de surmonter les incompréhensions et préjugés… Une balle à reprendre au rebond?

Que faut-il retenir de la conférence de presse de Donald Trump ?
Donald Trump vient de donner sa première conférence de presse depuis son élection. Un premier face-à-face très attendu avec la presse alors qu’un rapport de 35 pages agite les médias américains. Le document contiendrait des informations compromettantes sur lui, dont une sextape. Le président élu a dénoncé des « informations infondées ». Au cours de son allocution, il a également réitéré sa volonté de construire le mur entre les États-Unis et le Mexique et appelé le Congrès à démanteler « très rapidement » l’Obamacare. –
Avec :
* Soufian Alsabbagh, spécialiste de la politique intérieure américaine, auteur de « La nouvelle droite américaine » (Ed. Démopolis).
* Ulysse Gosset, éditorialiste politique étrangère à BFMTV.
* Yannick Mireur, spécialiste des États-Unis.
* Et Philippe Karsenty, partisan de Donald Trump, adjoint au maire de Neuilly-sur-seine, éditeur du livre de Guy Millière « Après Obama, Trump ». –
Édition spéciale, du mercredi 11 janvier 2017, présentée par Olivier Truchot, sur BFMTV.

bfmtv.com

—————————————————————————

La sextape du Donald retrouvée : en Exclusivité sur JForum : 

Mais saviez-vous que, dans sa prime jeunesse primesautière, le jeune Donald courait la bécasse communiste? Mais oui, c’était au bon vieux temps du McCarthysme, institué par les nostalgiques d’Obama…

Le roman d’espionnage, qui donne un peu de consistance à ces fuites présumées  : 

A l’origine, on les attribue à un  ex-agent du MI6 britannique, patron d’une société d’espionnage industriel, Orbis Business Intelligence, ltd, en la personne de Christopher Steele (réputé « bien implanté » à Moscou dans les années Eltsine). Or, d’après le Telegraph, il aurait « confié son chat à un voisin et aurait disparu depuis mardi dernier, par crainte de représailles russes contre lui et sa famille »… CNN et Buzzfeed semblent, en tout cas, n’avoir pas hésité à le « griller » et le condamner éventuellement à mort pour un scoop. Ce qui a directement conduit le Ministère britannique de la Défense à émettre une D-Notice, une fiche d’état d’urgence absolue indiquant une compromission de sources, des révélations de noms, de familles et d’adresses d’agents employés ou anciennement employés par les services secrets britanniques. 

Adaptation du document déclassifié par toutes les agences américaines : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here