« Nous, Juifs, nous sommes là » ©

1
55
Festival Israélien du 25 juin 2017/Crédit photo Alain Azria
« Nous, Juifs, nous sommes là »

Par Franny Fisher, pour JFORUM

Telle était, en substance, l’idée qui devait être transmise lors du Festival Israélien qui s’est tenu ce dimanche 25 juin, place de la République à Paris.

A l’origine de cette manifestation, l’association IMPACT, qui avait pour objectif « d’organiser un festival en plein air au cœur de Paris, mettant en valeur la culture israélienne et ses arts : musique, danse, œuvres d’arts israéliennes… ».

Et, au-delà, de marquer cette place de la République, habituellement et si fréquemment réquisitionnée par des appels à la haine du Juif – ou de l’israélien « occupant et colonisateur » pour reprendre la dialectique de l’antisémitisme noble qu’est l’antisionisme – par la présence israélienne.

A cet égard, le flottement des drapeaux français et israéliens, la présence massive du public – IMPACT estime que 10 000 personnes environ se sont déplacées – démontre un succès.

10 000 personnes, au regard des défis et de la guerre actuels, en soi c’est loin d’être suffisant.

Cependant, il fallait écrire dans l’histoire de cette Place de la République et dans celle de la France que les juifs ont décidé, ce jour-là, dimanche 25 juin 2017, de rappeler leur existence en occupant cette place où ils ont été si souvent vilipendés.

Occuper, certes, mais non par les revendications. En rappelant seulement qui sont ces israéliens si décriés, haïs dans le monde, de Gaza à la France.

En rappelant ce qu’est le judaïsme porté à bout de bras par ce seul état juif au monde dont on ne cesse de vouloir la disparition.

Il fallait donc resserrer les liens entre la communauté juive de France et celle d’Israël, pour rappeler que nous sommes indissolublement liés, que la vie des uns dépend de la vie des autres.

Que ce lien ne saurait être oublié par l’amour que nous éprouvons pour notre pays d’adoption, la France.

La France, qui est réquisitionnée depuis plusieurs années, et en particulier depuis l’été 2014, par les pro-palestiniens qui ont voulu exporter ici le conflit israélo-palestinien.

Il est donc de notre devoir – puisqu’il a été décidé que la France devait être impliquée… – de répondre aux attaques.

Mais pas en attaquant.

Pour reprendre l’image du Roi Lion, le Lion existe et se défend, mais il n’attaque pas.

Festival Israélien du 25 juin 2017/Crédit photo Alain Azria

Et se défendre passe notamment par l’entreprise de montrer les juifs tels quels.

Israël tel quel.

L’objectif poursuivi notamment par Israel and Yoo (Interview Exclusive : Israël Tel Quel ©), l’un des partenaires du Festival.

Parmi les exposants/soutiens : Israël For Ever, l’association KELIAH Réseau Humanitaire, Noé, le Keren Kayemeth LeIsraël (KKL), le  Keren Hayessod, l’association All With Us…

Pour Thierry Boaz Gasto et Annie Cohen, de All With Us (IsrActionDay : acheter pour contrer le boycott d’Israël©), il faut montrer la réalité d’Israël, la démocratie, la joie du vivre de l’état juif.

Même objectif pour Israël For Ever et son président en France Jeremie Herscovic Czarnobroda

Se défendre en montrant qui nous sommes et non en dénigrant nos ennemis.

La joie a inondé ce festival. Il suffit de voir l’élan du public emporté notamment par les chansons entonnées par Ilan Zaoui.

Festival Israélien du 25 juin 2017/Crédit photo Alain Azria
Festival Israélien du 25 juin 2017/Crédit photo Alain Azria
Festival Israélien du 25 juin 2017/Crédit photo Alain Azria
Festival Israélien du 25 juin 2017/Crédit photo Alain Azria

 

Festival Israélien du 25 juin 2017/Crédit photo Alain Azria

Non, décidément, dimanche Israël était bien à Paris.

Nous étions là, et nous le serons toujours.

Un grand merci aux forces de police françaises qui ont comme d’habitude été exemplaires et à notre service d’ordre communautaire.

 

©Texte et vidéos Franny Fisher/Photos Alain Azria

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here