Mai 68, une énigme? Par M-R Hayoun

1
217

C’était il y a exactement 50 ans : une manif de Mai-68. Info – Saint-Brieuc.maville.com

Mai 68, une énigme? Retour sur les études de la revue Le Débat

Résultat de recherche d'images pour "Mai 68, une énigme?"

Si j’osais, je dirais, ce qui est faux, que les publications sur les événements de mai 68 ont fait couler plus d’encre que les changements induits par la Révolution de 1789. C’est évidemment une hyperbole qui est loin de couvrir la réalité. Il demeure que mai 68 a conduit nombre d’historiens et de journalistes à exercer leur ingéniosité exégétique sur la question suivante : pourquoi mai 68 et surtout comment ? Le livre que je recense aujourd’hui est remarquable car il regroupe les études parues dans Le Débat et a mobilisé les meilleurs esprits au fait de la question.

Une chose demeure indéniable et je l’avais déjà effleurée dans mon précédent éditorial sur la question : cela faisait une bonne décennie que la France vivait sous la férule gaulliste et se nourrissait de la mythologie gaullienne. Une sorte de théologie politique.

Les jeunes en ont eu assez et espéraient rapidement remplacer cette vieille génération qui décidément s’accrochait de toutes ses forces au pouvoir… Ce n’est pas le seul élément qui fut déterminant mais si on l’associe adroitement à d’autres, tout aussi puissants, on peut risquer une explication partielle.

Dans ses Recherches de France parues il y a moins de deux ans, Pierre Nora a montré que le gaullisme et le communisme se faisaient face et tentaient d’imposer leur mythologie politique.

Il est difficile de dire que certains chercheurs sont parvenus jusqu’aux racines de cette question, à savoir qu’est-ce qui, au fond et tout bien considéré, a provoqué cette explosion où des jeunes gens bien nourris, favorisés par le système social, issus de milieux bourgeoises, se sont mis à défiler dans les rues, à occuper leurs universités et à humilier parfois même leurs professeurs ? Exemple horrible : le professeur Paul Ricoeur humilié à Nanterre…

Le fait qu’un dirigeant âgé se soit tenu si longtemps à l’Elysée sans rénover les mœurs qui en avaient pourtant bien besoin explique aussi cette hantise des milieux jeunes en général : comment un si vieil homme, certes auréolé de halo de la France libre, pouvait il comprendre leurs aspirations ? C’est du reste ce que nous enseigne une analyse raisonné des slogans de l’époque dont on ne peut que se gausser aujourd’hui… Il est interdit d’interdire… Soyons réalistes, demandons l’impossible, nous sommes tous des Juifs allemands, etc…

J’ai été très intrigué par une étude contenue dans ce volume (Mai 68 Le Débat, Gallimard) et portant sur l’émergence d’une discipline presque nouvelle, la sociologie dont les coryphées de l’époque, se méfiaient un peu, et non sans raison, d’ailleurs.

Car on touchait aux piliers fondamentaux de l’ordre social. Même si, par la suite, les classes laborieuses ont fini par rejoindre le mouvement, les partis d’opposition comme le PCF n’ont jamais fait mystère de ces éruptions qui, selon lui, il s’agissait d’une manipulation gaulliste, visant à détourner la classe ouvrière, le prolétariat des grandes villes, de sa mission historique.

Ainsi, les membres des mouvements gauchistes qui pullulaient alors, étaient dénoncés aux portes des usines comme des idéologues de la bourgeoisie… Tout un programme.

D’autre études, notamment celle de JJ Le Goff , intitulée La France entre deux mondes, est probablement la plus claire et la mieux documentée, son auteur sachant exposer son argumentaire le plus clairement possible.

Généralement, ce sont les pauvres, les miséreux, les sans grades, qui secouent et rejettent un ordre social qui agit en leur défaveur. Dans le cas qui nous occupe, c’est le contraire qui se passe : comment expliquer cette anomalie ?

A l’évidence, la France avait un problème avec son temps. Les trois présidents sui se succédèrent dans ces années là, la fin des années soixante et une bonne partie des années soixante-dix (De Gaulle, Pompidou et Giscard d’Estaing) ont évoqué, chacun à sa manière, la nécessité de moderniser la France.

C’est le signe d’un décalage, voire d’un déphasage. Surtout quand une partie de la jeunesse, la plus militante, refuse de suivre et ne veut plus adhérer à l’avenir qu’on lui prépare.

Est ce que la prospérité qui est présente partout a suscité un malaise ? On évoque aussi l’envie d’un équilibre sexuel des étudiants et des étudiantes qui aspiraient à une certaine libéralité des moeurs…

C’est vrai, c’est même très important mais cela n’explique pas tout. On ne peut pas avoir plongé un grand pays comme la France dans un chaos de plusieurs semaines, à la seule fin d’assouvir des envies qui s’emparent d’une certaine jeunesse dorée…

Il est vrai que des déclarations de quelques ministres, de l’intérieur notamment, n’ont pas conduit à l’apaisement : il ne faut pas les lire avec l’esprit d’aujourd’hui, il faut les situer dans le contexte de l’époque où la révolution sexuelle ne battait son plein que dans les livres de Herbert Marcuse et de quelques autres.

Il faut ajouter à tout cela des retombées assez lointaines des guerres coloniales, même si le problème algérien avait été réglé en 1962. Mais il restait le problème assez grave des rapatriés qui ne furent pas accueillis comme il fallait, provoquant un certain malaise dans certaines franges de la population, aux yeux desquelles le pouvoir avait bradé l’Algérie.

Lorsque Georges Pompidou est revenu d’Afghanistan, il ne prit pas immédiatement conscience de la gravité de la situation, allant jusqu’à y voir la main mise de certains services étrangers. Et puis il y eut le voyage secret de De Gaulle à Baden-Baden pour y rencontrer le général Massu : durant tout ce laps de temps, en dépit de sa brièveté, la France fut livrée à elle-même avant l’immense succès aux élections législatives de juin..

Victoire du gaullisme ? Non point, simple repêchage car quelque chose s’était brisé, le mythe gaullien en l’occurrence et ses mots d’ordre qui aujourd’hui prêtent à sourire : une certaine idée de la France, la grandeur de la France… Il y a quelques années, Henry Kissinger disait que la France est une grande puissance… de taille moyenne ! C’est un peu humiliant mais bien plus proche de la vérité.

Enfin, l’un des paradoxes de mai 68 dont il est peu question : la plupart des meneurs de cette époque ont fini par rejoindre dès le milieu des années soixante-dix les grandes banques, la haute administration, les maisons d’édition, etc…

La plupart sont devenus de bons conservateurs, s’accommodant de l ‘ordre social existant, celui là même qu’ils avaient voué aux gémonies dans leurs jeunes années. Certains ont même parlé, comme Hegel, d’une ruse de l’Histoire. On fait des choses, on prend des mesures qui nous mènent vers des résultats situés aux antipodes de ce qu’on cherchait à réaliser.

C’est aussi cela l’énigme de mai 68.

Maurice-Ruben Hayoun

Le professeur Maurice-Ruben Hayoun, né en 1951 à Agadir, est un philosophe, spécialisé dans la philosophie juive, la philosophie allemande et judéo-allemande de Moïse Mendelssohn à Gershom Scholem, un exégète et un historien français. il est également Professeur à  l’université de Genève. Son dernier ouvrage: Franz Rosenzweig (Agora, universpoche, 2015)

Le nouveau cycle de conférences, Aux racines de la culture européennese penche sur l’humus spirituel et les valeurs premières qui gisent au fondement de ce continent. Mais l’Europe n’est pas seulement un continent, c’est aussi et surtout une culture, axée autour de courants spirituels et d’écoles philosophiques, qui passent à juste Titre pour sa constitution théologico-politique ou éthique.

Les réflexions qui seront exposées dans la salle des mariages de la Mairie de notre arrondissement couvrent la critique biblique, la littérature éthique, la philosophie médiévale sous son triple aspect, gréco-arabe, chrétienne et juive au miroir des pères spirituels de l’Europe : Thomas d’Aquin, Maimonide, Averroès et Maître Eckhart.

Salle des Mariages Mairie du 16e Arrondissement – 71, avenue Henri Martin- 75016 Paris

Jeudi 11 janvier -19h
Hannah Arendt, égérie de Martin Heidegger?

Jeudi 8 février – 19h
Le Moïse de Sigmung Freud, selon Y. Yerushalmi

Jeudi 15 mars – 19h
Franz Rosenzweig, la philosophie et la Révélation: le problème de la Vérité

Jeudi 5 avril – 19h
Emmanuel Levinas et Moïse Maimonide

Jeudi 17 mai – 19h
L’historien Marc Bloch et Simone Veil face au Kaddish

Jeudi 7 juin – 19h
La langue judéo-arabe: plaidoyer pour une culture (presque) oubliée

1 COMMENT

  1. Lire extension du domaine de la lutte de Houelebecq et vous verrez qu ils n ont pas fait cela en vain. Les futurs bourgeois se sont assure en plus du reste qu ils avaient deja une predominance sexuelle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.