Macron face à Bourdin et Plenel

1
261

Trois comédiens, une table et deux heures de spectacle. Le public du théâtre subventionné, rompu aux mises en scène exigeantes, ne sera pas surpris par l’unique représentation de “l’Interview”, ce dimanche, à 20h35, au foyer du Théâtre national de Chaillot.

Dans un décor art-déco grandiose avec vue sur la Tour Eiffel et le Champ de Mars, Emmanuel Macron, l’étoile de l’Elysée, tiendra le rôle du jeune prince. Jean-Jacques Bourdin, héraut des matinées de BFMTV, incarnera le  tribun du peuple. Et Edwy Plenel, le tragédien de Mediapart, jouera le grand prêtre.

Une distribution exceptionnelle ! “On avait fait des propositions à l’Elysée depuis plusieurs mois, à l’occasion du premier anniversaire du quinquennat d’Emmanuel Macron. Et, il y a environ un mois maintenant, l’Elysée est revenu vers nous en nous faisant une proposition d’une émission avec Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel”, a expliqué Hervé Béroud, directeur général de BFMTV et metteur en scène de la soirée événement.

Huit caméras à l’intérieur, deux à l’extérieur permettront de cerner le jeu des acteurs.

“Le décor est fort mais l’interview très simple : un homme face à deux intervieweurs pendant deux heures. Il n’y aura ni sujets vidéos, ni interpellation des Français”, a précisé Céline Pigalle, directrice de l’information de BFMTV. Des mots, rien que des mots !

Drame contemporain

Création originale et éphémère, “l’Interview” repose entièrement sur les capacités d’improvisation des acteurs. Pas de texte établi, pas de répétitions mais une série de problématiques dont s’empareront les acteurs et qui formeront la trame d’un drame contemporain. Mécontentement social, politique économique, laïcité, sécurité, terrorisme, questions migratoires, frappes en Syrie… La scénographie se veut en totale rupture avec six décennies de ronronnement et de pompe présidentielle”. “Chacun doit être soi-même”, insiste Hervé Béroud :

“On connaît Jean-Jacques Bourdin accrocheur et Edwy Plenel est quelqu’un de très engagé, qui aura envie de demander des comptes au président de la République.”

Tandis que Bourdin et Plenel ont travaillé leur questionnement et leur placement en effectuant des exercices de respiration ventrale, Emmanuel Macron a opté pour la “construction du personnage” développée par Constantin Stanislavski. “Peu importe que le jeu soit bon ou mauvais, l’important c’est qu’il soit vrai”, disait l’immense dramaturge russe.

Quelle est la routine du président pour puiser dans son subconscient ? “Il s’enferme dans son bureau avec ses fiches et il bachote comme un étudiant”, explique son entourage. Le chef de l’Etat a aussi “beaucoup consulté” et “déjeuné avec François Bayrou et Marielle de Sarnez mercredi à l’Elysée pour avoir leurs remontées de terrain”.

Ne laissant rien au hasard, l’artiste du Palais s’est aussi “renseigné sur les sujets phares des deux présentateurs, leurs marottes, histoire d’avoir quelques repères d’ici dimanche soir”.

Attelage fragile

Artiste militant, Edwy Plenel a dénoncé, par le passé, cet “exercice convenu de l’interview présidentielle, symbole par excellence de la dérive monarchique du pouvoir”. Mais il dit avoir accepté le défi pour ne pas se “dérober” et “relayer le questionnement sans concession de la société” dans la grande tradition du Théâtre national populaire. Pas question d’oublier le peuple !

Dès 19 heures, la rédaction de Mediapart dressera le bilan de cette présidence “et de droite et de droite” en donnant la parole aux mouvements sociaux. Et l’entretien présidentiel sera suivi d’un plateau de commentatrices réservé aux femmes pour compenser le choix de deux intervieweurs “mâles de plus de 60 ans”. Qui dit mieux ?

Jean-Jacques Bourdin, lui, n’a pas ce genre de préventions. Viril et dominant, il a simplement promis de “cogner” le président et croit tenir enfin l’occasion de laver l’affront fait à sa profession par Laurent Delahousse, auteur en décembre dernier d’une interview de Macron qu’il a publiquement critiquée pour sa complaisance… “Michel Drucker l’aurait mieux fait !”, avait alors grincé Bourdin.

“Quand on fait du journalisme, qu’est-ce qu’on fait ? On pose des questions précises. Et celui qui est en face, qu’est-ce qu’il doit faire ? Il doit répondre à des questions précises. C’est comme ça que cela se passe. Sinon c’est pas la peine.” 

Ce Figaro parle comme la plèbe. Mais il se fait plus volontiers la voix des usagers de la SNCF pris en otage que des cheminots en lutte. Son théâtre populaire s’accordera-t-il avec celui de Plenel ? L’alliance des deux bêtes de scène est improbable.

S’ils font cause commune, ils surjoueront. S’ils s’écharpent, ils passeront pour des cabots. C’est le dilemme dont Emmanuel Macron compte bien profiter. Les spadassins lancés à sa poursuite pourraient s’entretuer. Au cinquième acte, le jeune prince, qui les a manipulés, espère bien être couronné. Shakespearien !

Sylvain Courage

1 COMMENT

  1. Bourdel ou Bordel, le genre de journaleux ou de compagnons que s’ils empoisonnaient votre café, vous le boiriez. Je fais référence bien évidemment référence à Churchill à qui une députée britannique qu’il exécrait et vice-versa, avait dit : “Monsieur, si vous étiez mon mari, j’empoisonnerai votre café. ” Ce à quoi sans se départir, il avait répondu : “Madame, si vous étiez ma femme, je le boirai.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.