L’Union Française Juive pour la Paix (UFJP) défend Sonia Nour

10
2649

Ultra-minoritaires, ces gauchistes ayant patente depuis des générations s’ingénient à donner une caution de vernis intellectuel aux pires ennemis des Juifs et d’Israël, dont, en particulier, le BDS, ainsi qu’à tous les partisans du terrorisme anti-occidental, comme Sonia Nour. Ici, le simple terme de “martyr”, à la pointe de leurs alliés du Hamas les a fait frémir. Sonia Nour aurait été “mal comprise”, car faisant de la “psychanalyse” et non de l’apologie du terrorisme. Par extension et association, les fameux “Juifs pour la Paix” eux-mêmes sont passés maîtres-Es -apologie et incitation antijuive, au non des campas “décoloniaux” et de l”‘Afroféminisme” anti-blanc… Renégats de toutes les arrière-gardes post-marxistes, unissez-vous!

L’Union Française Juive pour la Paix (UFJP) défend Sonia Nour…

 

Lors d’un précédent article (paru le 21 Juillet 2014), j’avais parlé de cette organisation islamogauchiste qui se fait appeler pompeusement « Union Juive Française pour la Paix (UJFP) ».

http://ripostelaique.com/quelques-reflexions-sur-une-organisation-juive-collabo-lujfp.html

J’avais alors disserté sur les activités de cette organisation, qui appelle ouvertement à la destruction de l’Etat d’Israël, qui si par malheur se produisait, entraînerait aussitôt une seconde shoah. Curieux tout de même pour des gens qui se prétendent juifs. Mais j’avais également parlé de ses autres activités et prises de positions, lesquelles ne sont rien d’autre qu’un copié-collé de celles du Parti des Indigènes de la République.

Depuis cet article, je suis avec plus ou moins de régularité les publications de cette officine. Bon, d’accord, c’est totalement indigeste pour le patriote que je suis, mais il faut parfois se faire violence… Et puis on ne combat pas efficacement un adversaire si on ne le connaît pas bien.

Je pensais donc avoir lu le bréviaire complet de ce qu’il est possible d’écrire pour justifier la haine d’Israël et de la France, le racisme anti-blanc, la culture de l’excuse et la soumission à l’islam. Mais je n’avais encore rien vu. Un nouveau pas en effet vient d’être franchi avec l’article ci dessous, dont je vous invite vivement à prendre connaissance.

http://www.ujfp.org/spip.php?article5898

Donc si j’ai bien tout compris, nous sommes tous des imbéciles qui ne savons pas qu’il y a deux sens au mot martyr : celui relevant du djihad et l’autre relevant de la psychanalyse ! Bon, ne voulant rester idiot, je me suis plongé dans mon Larousse et j’ai trouvé cette définition du mot martyr : « celui ou celle qui a souffert la mort pour sa foi religieuse ». Mais en aucun cas on n’y trouve « celui ou celle qui a assassiné des innocents pour sa foi religieuse ». Quant à la définition psychanalytique, je laisse le soin aux adeptes de cette théorie fumeuse de l’exposer dans les colonnes de Riposte Laïque.

Et pour faire bonne mesure, l’article ne s’arrête pas là et justifie toutes les actions racistes comme le camp d’été « décolonial » et le séminaire « afroféministe » interdit aux femmes blanches. Tant qu’on y est, pourquoi se gêner ? Quant à un mot de condoléances ou d’empathie pour les victimes du tueur de Marseille et leurs familles, n’en cherchez sur le site de l’UJFP, vous n’en trouverez pas.

Bien sûr, on ne peut que s’étrangler d’indignation en lisant de pareils propos. Mais l’affaire Sonia Nour aura eu au moins un mérite, c’est celui de commencer à dessiller les yeux de certaines personnes. On peut ainsi mentionner la réaction parfaite et courageuse du maire de La Courneuve, qui a immédiatement sanctionné son employée. On peut aussi noter la réaction saine de François Ruffin, qui a désavoué sa suppléante (Zoé Desbureaux), qui avait bruyamment soutenu Sonia Nour.

Certes une hirondelle ne fait pas le printemps, mais ce sont tout de même deux petits signes encourageants. Allons messieurs de la gauche dite insoumise, rappelez vous des paroles de vos anciens, André Gérin et Georges Marchais, et vous y verrez encore plus clair !

Ah au fait, s’agissant de Mme Desbureaux, elle vient de se faire épingler pour un tweet ouvertement antisémite, où elle se plaignait d’avoir trop de juifs sur son lieu de vacances. Mais je n’ai pas lu de condamnation de l’UJFP pour ces propos. Un oubli sans doute !

Michel Kalidas

Publié le 8 octobre 2017 – par  – 7 commentaires – 326 vues

Profession de foi de ces antisémites juifs favorables à BDS : 

Il faut les lire dans le texte pour comprendre la profondeur de leur perversion. Ici, l’un des correspondants de province (à Rennes, 35) de ce groupuscule collaborationniste, Daniel Levyne : 

 

“Créée en 1994 dans la foulée des accords d’Oslo, l’UJFP rend audible une voix juive non-sioniste, issue des résistances aux racismes, au fascisme, aux guerres coloniales.

L’organisation tisse des liens avec les militants israéliens et palestiniens pour une paix juste, c’est à dire fondée sur les principes d’égalité. Elle participe à la campagne de boycott BDS. Pas de ron-ron citoyenniste donc mais un combat pour l’égalité là-bas comme ici.

Les impérialismes, les intérêts entre grandes puissances, mais aussi la violence et les inégalités propres à nos sociétés « démocratiques », l’UJFP n’est pas dupe, et sait délier la question politique de la problématique confessionnelle

Daniel Lévyne, membre représentant en Bretagne de l’Union Juive Française pour la Paix a répondu aux questions de l’Estaca.

Les médias parlent régulièrement de la communauté « juive » de France, et relaient les propos du CRIF et du Consistoire comme la parole des juifs de France. Quel regard portez-vous sur cette situation ?

C’est un problème. La communauté juive organisée, c’est à dire les organismes qui se disent représentatifs des juifs, comme le CRIF ou le Consistoire d’un point de vue religieux, ne représentent qu’une minorité des juifs. La population juive n’est pas homogène, comme toute autre population. Cette pseudo-représentativité essentialise la judéité, elle fait disparaître la diversité des juifs de France dont la présence est attestée depuis le moyen-âge et est le produit d’histoires différentes.

L’essentialisation fait disparaître les positions politiques des individus juifs, leur rapport à la religion, certains sont pratiquants, d’autres non mais conservent un lien avec leur judéité, et combien sont simplement athées ou même ne se pensent pas comme juifs ? Cette assimilation communautaire, qui nie la singularité politique, efface aussi les différences sociales entre les juifs de France dont beaucoup vivent aussi en banlieue dans des HLM.

Le 10 janvier dernier le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou a lancé un appel aux Européens juifs, plus particulièrement les français pour qu’ils aillent vivre en Israël, « leur patrie », que reflètent ces propos ?

Dans le projet sioniste, les habitants indigènes de la Palestine sont considérés comme des intrus qui devront partir. Toute la politique israélienne provient de cette idéologie, y compris l’Alyah. Pour un sioniste, l’antisémitisme est considéré comme une donnée éternelle. Le sionisme c’est faire croire qu’il n’y a pas de cohabitation possible entre juifs et non-juifs, qu’il n’y a pas de vivre ensemble possible.

Le sionisme se nourrit de l’antisémitisme, réel ou supposé. Voici le piège tendu aux juifs de France, s’enfermer dans cette problématique raciste, ségrégationniste, et finalement meurtrière.

Quant à l’idée qu’Israël soit leur patrie, c’est logique dans la pensée sioniste de Nétanyahou, et ce n’est pas la première fois qu’on assimile Israël à la patrie des juifs français. Déjà lors de l’affaire Merah j’avais été choqué d’entendre dans les médias parler de « rapatriement » des corps des victimes en Israël. Comme si la France n’était pas la patrie des français juifs. Cela s’est répété après les meurtres de l’hyper-casher.

L’UJFP à l’instar du tribunal Russell pour la Palestine, estime qu’Israël pratique une politique d’apartheid à l’égard des palestiniens, participe à la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanction).

BDS, ce n’est que l’application du droit international. Un appel rédigé en 2005 par des palestiniens porte les trois revendications qui doivent être portées par le mouvement de solidarité pro-palestinien dans son ensemble.

Primo : la fin de la colonisation, le retrait des territoires occupés et depuis 2007 la fin du blocus de Gaza.

Deuxio : l’égalité des droits pour tous les citoyens d’Israël.

Tertio : Application du droit au retour des palestiniens conformément aux résolutions onusiennes. En 2009, comme l’avis de la Cour Internationale de justice était resté sans effet, la campagne internationale de boycott a démarré.

Elle concerne, le commerce des produits et entreprises israéliennes, les manifestations sportives internationales, où la présence d’un État pratiquant l’apartheid est inacceptable, mais aussi sont visés les événements culturels et universitaires.

Bien sûr il n’est pas question de s’en prendre à des individus parce qu’ils seraient israéliens, mais si un artiste participe à une exposition organisée ou financée par l’ambassade d’Israël ou une association sioniste, nous appelons au boycott. De même dans le domaine universitaire.

Cette campagne a fait l’objet de multiples poursuites par l’État français, où en est-on ?

Michèle Alliot-Marie a lancé les hostilités (le 12 février 2010 [ndlr] ) par une circulaire assimilant le boycott à une forme de discrimination envers une nation. Il y a eu plusieurs procès un peu partout en France, certains ont débouché sur des non-lieux, quelques autres à des condamnations (mais pas pour l’objet juridique de la circulaire, [ndlr]). Deux pourvois en cassation sont encore en cours.

Mais au-delà de BDS il y a une volonté politique de réprimer les mouvements de soutien aux palestiniens.

Oui. Les manifestations interdites de l’été dernier (pendant les bombardements meurtriers de Gaza [ndlr] ) l’illustrent parfaitement. On a parlé d’une attaque de synagogue rue de la Roquette en marge d’une manifestation pour associer encore l’antisionisme à l’antisémitisme. Mais cette attaque n’a jamais eu lieu, le rabbin de la Roquette a fait une déclaration publique à ce sujet. Il y a eu des échauffourées entre des manifestants et des membres de la LDJ2 le 13 juillet, mais jamais il n’y a eu d’attaque de synagogue. Je sais que la LDJ1 a menacé les abords du cortège pendant toute la manifestation, et quand certains manifestants ont réagi à leurs provocations au moment de la dispersion, les jeunes de la LDJ sont allés se réfugier derrière les CRS.

L’été dernier, alors que Tsahal a tué 2000 palestiniens dans Gaza, la France s’est abstenue à l’ONU lors du vote condamnant les bombardements. Répression à l’intérieur, soutien inconditionnel à l’international, pourquoi l’État Français colle-t-il autant à la politique Israélienne ?

La France a toujours appuyé Israël, il ne faut pas oublier que c’est un gouvernement socialiste qui a fourni l’arme atomique à Israël dans les années 50. Il y a eu le tournant de De Gaulle qui avait pris la mesure des conséquences de l’occupation des territoires palestiniens, puis il y eut Chirac, mais il est vrai que depuis Sarkozy il y a clairement un parti-pris pour Israël.

Cela dit, il n’y a pas que la France qui soutienne Israël, en gros tous les pays occidentaux, USA en tête. Certains disent que ce soutien serait lié à une culpabilité post-génocide. Je ne crois pas. Israël est un pays occidental, tête de pont de l’impérialisme dans une région riche en pétrole

C’est aussi un modèle de savoir-faire et d’expérimentation dans les domaines de la sécurité, de l’armement du contrôle des populations. Israël est un État-laboratoire qui teste les armes, les drones sur les populations palestiniennes. C’est ce qui intéresse les occidentaux.

Politiquement, pour les tenants du choc des civilisations, Israël est l’avant-garde de l’Occident face à la barbarie, idée déjà portée en son temps par Théodore Hertzl quand il vendait son projet sioniste.

C’est le plus grand reproche que nous adressons aux sionistes, c’est d’embrigader les juifs, eux qui avaient été les parias de l’Europe, dans une guerre de civilisation qui mène à la catastrophe. Quand ils soutiennent la politique israélienne le CRIF ou les autres organisations parlant « au nom » des juifs font que les juifs sont perçus comme des oppresseurs dans leur ensemble. C’est grave il y a racialisation des conflits.

Les problèmes ne sont pas religieux ou civilisationnels, le problème Israélo-Palestinien est un problème de droit qui ne peut se résoudre que dans l’égalité des droits et dans la justice”.

 

10 COMMENTS

  1. Il faut interdire à ces imposteurs Juifs l’entrée sur le sol israélien. Il faut remettre la liste de ces traîtres à qui de droit en Israël. Et surtout qu’ils n’essaient pas de trouver refuge dans le pays sur lequel ils crachent au cas où ils Juifs soient de nouveau pourchassés.

  2. Si un groupuscule qui se dirait “Union Française des Catholiques de France” et calomnierait les catholiques ? Que ferait le représentant légale de l’Eglise catholique ?
    Si un groupuscule qui se dirait “Union Française des Musulmans de France” et calomnierait les musulmans ? Que ferait le représentant légale de l’Islam ?
    Si un groupuscule qui se dirait “Union Française des Bouddhistes de France” et calomnierait les boudhistes ? Que ferait le représentant légale du Boudhisme ?
    et…

    J’imaginerais que toutes les représentations légales des religions citées désavoueraient voir même attaqueraient en justices ces avatars.

    ALORS, QU’ATTEND LA REPRÉSENTATION LÉGALE DES JUIFS DE FRANCE POUR PORTER PLAINTE POUR FAUX, USAGE DE FAUX, CONTRE-FACON de religion juive ?
    Enfin, j’dis, j’dis rien…

  3. C’est Jean Yanne qui parle à Deneuve dans le film “Indochine” mais je suis une fan de Noiret. Dans un camp communiste, tu rentres donc bouddhiste, juif, taoïste, catholique ou tueur en série, tu en ressors gauchiste. Ca en dit long sur l’endoctrinement d’un mouvement qui a tué 100 MILLIONS de personnes (Le livre noir du communisme).

  4. 3OO MEMBRES A L’UJPF SUR 450000 JUIFS DONT PLUS DE LA MOITIE N’ONT MEME PAS DES ORIGINES JUIVES, CELA FAIT DU UN POUR 3000, C’EST MICROSCOPIQUE . L’AUTRE PETITE MOITIE A DES ORIGINES JUIVES MAIS SOUVENT PATERNELLES, CE QUI NE FAIT PAS DE VOUS UN JUIF : JE COMPRENDS QUE CES INDIVIDUS DE PERE ET DE GRAND-PERE PATERNELS SE SENTENT ET FRUSTRES ET CASTRES MAIS DE LA A DEVENIR DES TRAITRES, C’EST MONSTRUEUX. CE SONT DES KAPOS VOLONTAIRES.
    MAIS LA MACHINE A LAVER LE CERVEAU DES GAUCHISTES MARCHE A PLEIN TUBES. DANS LE FILM “INDOCHINE”, NOIRET DIT A DENEUVE DEVANT UN CAMP COMMUNISTE : ICI, TU RENTRES PARRICIDE, ASSASSIN, VIOLEUR ET TU EN RESSORS COMMUNISTE. C’EST LA REALITE MALHEUREUSEMENT.

  5. Je rassure l’auteur de l’article : il n’y a aucun autre sens au mot “martyr” que celui du dictionnaire, pour les psychanalystes comme pour le commun des mortels.
    Cette dinde et ses copains de l’ufjp essaient seulement d’enfumer le monde en essayant de noyer le poisson dans du pseudo intellectualisme de pacotille qui cache mal leur totale identification au discours islamiste.

  6. Je ne comprends pas comment il est possible de se prétendre juif sans être sioniste. Le retour à Sion est à la base du judaïsme.

    • C’est pourquoi leur imposture repose uniquement sur un pseudo-droit de naissance ou de patronyme, sans strictement aucune attache derrière. Il n’y a que le marxisme qui ait pu produire de tels dégâts psychiques et un tel délitement d’avec sa source.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here