L’UNESCO bientôt aux ordres du Qatar pro-terroriste?©

3
2418
Mais tout peut encore arriver, puisque le processus électoral se poursuit jusqu’à vendredi… 

Israël déplore la possible victoire qatarie pour la domination de l’UNESCO,

déjà sous la coupe réglée de l’islam radical pro-palestinien

L’Ambassadeur d’Israël, auprès de ce corps putréfié de l’ONU – de Charybde en Scylla –  déclare que le favori Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari représente une sacrée mauvaise nouvelle pour Israël et la culture en général

 

Carmel Shama-Hacohen, Ambassadeur d’Israël devant l’UNESCO, déplore les résultats du premier tour de scrutin de ce lundi, pour élire un nouveau dirigeant de cette organisme qui devrait veiller au patrimoine mondial de l’humanité et s’apprête à le sous-traiter au financier des Frères Musulmans, du Hamas et de Daesh.

L’Ambassadeur d’Israël à l’UNESCO, Carmel Shama-Hacohen (à gauche), avec la Directrice Générale Irina Bokova (à droite), à l’UNESCO, le 25 mars 2016, lors de la dernière venue de Shimon Peres à Paris. Crédit photo Alain Azria

L’ancien Ministre qatari de la « culture », Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari, a bénéficié de 19 des 58 votes, la diplomate égyptienne Moushira Khattab parvenant à la troisième place, derrière l’ancienne Ministre française de la culture, Audrey Azoulay, fille du conseiller du Roi du Maroc, André, et de ce fait, totalement bâillonnée et sous l’influence du monde arabo-musulman.

Shama-Hacohen, l’ambassadeur israélien, n’a pu que constaté ce nouveau désastre qui s’annonce, comme une « mauvaise nouvelle pour l’organisation et, malheureusement aussi, de ce fait, pour Israël ».

Le Qatar, en conflit désormais ouvert avec plusieurs pays du Golfe, dont l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Bahrein, mais aussi l’Egypte, tente à tout prix de remporter des victoires de prestige, qui renforcent son influence, aux yeux du monde et le rendent « incontournable ». Déjà fortement courtisé par l’Iran, avec lequel il partage les plus grandes réserves de gaz au monde, il multiplie les clins d’oeil à la Russie, pourbien faire comprendre aux Etats-Unis ce qu’ils auraient à perdre si jamais ils prenaient ouvertement faits et cause pour la Maison des Saouds, dans ce bras de fer. La France, quant à elle, et sa gente politique, s’est depuis longtemps, soumise aux avances sonnantes et trébuchantes de ce petit émirat qui veut gober le monde comme un œuf.

Cependant, il a aussi insisté sur le fait que « tout peut encore arriver » et que le premier tour n’indique pas forcément qui va finir par l’emporter. Il rappelle qu’Irina Bokova n’avait obtenu que 7 suffrages , lors du 1er tour du vote, lors de son élection.

Les délégués vont continuer de voter, aussi longtemps qu’un candidat n’obtient pas une majorité des scrutins. Si, lors du 4ème vote, qui doit avoir lieu jeudi, aucun candidat n’obtient de score majoritaire, il n’y aura plus que les deux candidats dominants de ce tour qui disputeront la finale vendredi.

Le mandat de Bokova s’est terminé dans un tintamarre de problèmes financiers et de tensions diplomatiques, à cause de l’introduction des Palestiniens –qui ne peuvent apporter aucune trace ni aucune preuve d’aucune histoire fondée, d’aucune tradition existante, hormis des origines tribales diverses et variées– en tant que membres.

La candidate égyptienne à la tête de l’UNESCO cadavérique, Moushira Khattab (CC par Mahmoud Khattab, Wikimedia Commons)

Israël et son fervent soutien, les Etats-Unis, ont condamné l’UNESCO à cause de déformations et mensonges historiques enracinés sur un antisionisme frénétique et compulsionnel.

D’intenses querelles diplomatiques ont marqué cette farce électorale, entre les sept candidats qui se présentent pour prendre le poste de Directeur Général de l’UNESCO. Les pays arabes veulent diriger l’organisation à tout prix depuis longtemps, bien que les divisions quant à l’appartenance des Palestiniens subsistent, au sein de cet institut fondé sur la politisation à outrance de la « culture » comme arme de guerre diplomatique [du jamais vu depuis Goebbels].

L’UNESCO a accueilli une entité politiquement inexistante hors-papier, en 2011, sous la pression du pays d’hébergement, la France de Sarkozy, lui-même sous le charme de l’argent Qatari rutilent : la « Palestine ». Ce non-événement, d’ordre purement symbolique a provoqué l’ire d’Israël et des Etats-Unis.

Erection du drapeau « palestinien » à l’extérieur des quartiers-généraux de l’UNESCO à Paris, en Décembre 2011. (UN/UNESCO/Danica Bijeljac)

Les deux pays ont alors suspendu leur financement de cette agence -essentiellement connue pour dresser la liste du patrimoine mondial- à la suite de ce geste politisé.

Plus récemment, cet organisme a encore régalé les seuls Palestiniens en prétendant que la vieille ville d’Hébron, à l’Ouest du Jourdain, serait un chef d’oeuvre en péril[, du seul fait de la présence juive, à la suite de son premier propriétaire, Abraham].

Les dirigeants israéliens ont renforcé leurs démarches de lobbying au sein de cet organisme, ces dernières années, en l’accusant de ne faire voter que des r »ésolutions unilatérales qui alimentent une véritable obsession anti-israélienne, pour ne pas l’accuser d’antisémitisme inter-« étatique. Même Bokova a fini par critiquer vertement les résolutions proposées par le lobby arabe.

©JForum avec agences 

3 COMMENTS

  1. L’UNESCO, c’est quoi cette arnaque ?
    Un Brol, un Truc, on sait pas trop!
    Un laboratoire, endroit de culture pas chère!
    Une Merderie sans nom, bien qu’un peu beaucoup mahométane, la garce
    Une vierge pas farouche du tout, une je ne sai qu’un facho à momo pourrait qualifier sa

  2. C’est dingue. on peut s’essuyer les pieds sur les droits de l’homme, sur la culture, sur l’éducation et prendre les commandes de l’UNESCO quand on est le citoyen d’un pays qui ne sait que faire de son fric. Avec la complicité de la france.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here