La « Stratégie de l’action culturelle hors du monde islamique »

2
52

Mes pérégrinations sur quelques sites peu recommandés par le « Décodex » du Monde m’ont amené à tomber sur un sujet fort intéressant dont je m’en vais, après vérifications, vous parler ici.

Commençons par en définir les protagonistes. Le premier d’entre eux est l’OCI, sigle de l’Organisation de la coopération islamique, deuxième plus grande organisation internationale du monde, que l’on peut résumer comme étant l’ONU islamique. Le second, l’ISESCO, ou Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture, est un sous-ensemble du premier et, en quelque sorte, son ministère de la Culture et de la Communication.

Ensuite, le sujet : un document de 110 pages [PDF], fruit de neuf réunions regroupant les présidents des associations et centres culturels islamiques en Europe et tout ce qu’il y a de plus officiel, puisque disponible en arabe, anglais et français sur le site de l’ISESCO et présenté puis adopté par la maison mère lors de la 9e conférence du Sommet islamique (Doha, Qatar, 2000). Ce document, que je vous invite à lire dans son intégralité tant il n’est abordé qu’en surface à la faveur de ces quelques lignes, est tout à fait édifiant. Il s’agit ni plus ni moins de la feuille de route du plan global (éducatif, médiatique, culturel) d’invasion de l’Occident : « Cette stratégie expose les actions qu’il convient d’entreprendre en faveur du rayonnement et de la diffusion de la culture islamique et de sa fixation dans les pays non musulmans. »

Ce projet s’appuie sur deux piliers. Premièrement, la dynamique démographique des populations immigrées ou « l’extension numérique des musulmans en Occident ». Pêle-mêle : « La moyenne des naissances au sein des communautés musulmanes dépasse celle notée chez les familles voisines européennes », « La France est le pays où se trouvent les plus grandes concentrations des musulmans ». Renaud Camus appréciera sans doute d’y voir les bases de sa théorie du « Grand Remplacement » validées.

Et la réislamisation de ces derniers ainsi que ses corollaires, le rejet total de l’intégration et le chantage au racisme : « L’alignement culturel menace sérieusement les peuples musulmans », « L’engagement à respecter les commandements d’Allah », « Les programmes médiatiques occidentaux véhiculent la culture de la violence, du libertinage », « La laïcisation des pays occidentaux et l’impact de la culture occidentale […] l’aliénation et […] l’intégration négative », « La sélection des imams selon le profil de la compétence et la maîtrise des méthodes de prosélytisme » , « Aggravation des tendances racistes des sociétés occidentales ».

En commençant par l’éducation des nouvelles générations : « Les programmes pédagogiques européens ne font aucunement place à l’enseignement des langues nationales des enfants musulmans », « Intégrer des cours d’éducation islamique dans les programmes officiels de l’école occidentale ». On a tous en mémoire la récente polémique sur l’enseignement de l’arabe à l’école.

Le tout financé par « le fonds islamique d’aide à l’action culturelle à l’extérieur du monde islamique », et c’est là que ce plan vire au génie, abreuvé des « dons et [d]es subventions accordés par les États et consentis par l’Union européenne et le Conseil de l’Europe ». Profitez de la fête, c’est vous qui payez.

Loin de moi l’idée de vouloir leur jeter la pierre : étendre sa culture, « préserver l’existence de sa race » est probablement, pour paraphraser Henri Laborit, un des déterminismes les plus profondément ancrés dans l’inconscient humain. En revanche, je demeure coi devant la collusion de nos élites, le collaborationnisme de la bureaucratie et le quiétisme de mes compatriotes.

Jérémie Massart Boulevard Voltaire

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here