L’Europe de l’est appelle à soutenir davantage Israël©

1
286
מפגש פסגת ראשי מדינות וישגרד ראשי מדינות ישראל, הונגריה, פולין, צ'יכה, וסלובקיה בהצרות לתקשורת בודפשט הונגריה צילום: חיים צח / לע"מ photo by Haim Zach / GPO

 

BUDAPEST / JERUSALEM (Reuters) – L’Europe devrait mieux apprécier le rôle clé joué par Israël dans la stabilité du Moyen-Orient, ont déclaré mercredi des responsables de quatre pays d’Europe centrale lors d’une réunion conjointe avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, portant sur la politique actuelle de Bruxelles à l’égard de l’Etat hébreu.

Ce point de vue n’est qu’un exemple des divergences qui règnent entre l’Europe de l’Ouest et de l’Est, où les questions de souveraineté nationale, des migrants et des libertés civiques ont également suscité des frictions. Le président américain Donald Trump qui  soutenu ce mois-ci la Pologne sur sa politique, a été la cible de critiques de la part de ‘UE qu’il a dédaignées en se rendant en visite officielle à Varsovie.

Netanyahou a rencontré à Visegrad les quatre leaders du bloc de l’est, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque, qui ont soutenu Israël et ont appelé à une amélioration des relations de l’UE avec l’État hébreu.

“Je pense que l’Europe doit décider si elle veut vivre et prospérer ou elle veut  flétrir et disparaître”, a déclaré Netanyahou aux responsables des États de l’Est de l’UE à huis clos à Budapest.

Dans un enregistrement audio des remarques obtenues par Reuters, Netanyahou poursuit en disant: ” La vérité est la vérité, à la fois sur la sécurité européenne et l’avenir économique de l’Europe. Et ces deux préoccupations imposent une politique différente à l’égard d’Israël.

Israël a souvent été critiqué en Europe occidentale sur des questions telles que sa politique d’implantation. Le rapprochement récent de Netanyahou avec des dirigeants comme le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a été considérée avec suspicion dans l’Union européenne.

Netanyahou a demandé aux quatre premiers ministres de soutenir Israël à Bruxelles. “Si vous, en tant que groupe de Visegrad, avancez dans cette direction, je pense que cela serait … bénéfique pour vous, mais je pense que ce serait réellement bénéfique pour toute l’Europe”. “Israël fait partie de la civilisation européenne. Si vous regardez le Moyen-Orient vous verrez que l’Europe s’arrête en Israël. C’est ça la réalité”.

Lors d’une conférence de presse un peu plus tard, Netanyahou a répété ces déclarations dans une langue plus diplomatique, en disant qu’Israël «joue un rôle régional unique en étant le seul pays du Moyen Orient capable de limiter et de combattre sur le terrain le terrorisme qui est grand danger pour nous tous.”

“Nous sommes souvent critiqués par l’Europe (le plus souvent) que n’importe quel autre pays dans le monde … Il est temps d’avoir une nouvelle évaluation en Europe des relations qu’elle doit entretenir avec Israël”.

Orban le leader Hongrois, a lui-même souvent accusé  Bruxelles de violer les valeurs démocratiques libérales telles que la liberté de la presse. Il a affirmé que lui et d’autres dirigeants de Visegrad favoriseraient de meilleures relations entre l’UE et Israël.

Le groupe se réunira en 2018 à Jérusalem sur l’invitation de Netanyahou.

“Le Quatre de Visegrad partagent le point de vue israélien selon lequel la défense des frontières extérieures est la clé”, a déclaré Orban lors d’une conférence de presse. “La libre circulation des personnes sans contrôle augmente le risque du terrorisme”.

Orban a été critiqué dans l’UE pour avoir érigé une clôture frontalière et avoir refusé d’accepter les migrants dans le cadre des accords de l’UE, préférant l’homogénéité ethnique.

Mais accusé récemment d’antisémitisme, il a finalement renoncé à des pourparlers et un rapprochement avec des groupes d’extrême droite.

“L’UE devrait apprécier les efforts que fait Israël pour assurer la stabilité de la région (du Moyen-Orient), qui sert à l’Europe, car elle nous épargne de nouvelles vagues d’immigration”, a-t-il déclaré.

Marton Dunai et Jeffrey Heller
Reuters 
Rapports supplémentaires par Robin Emmott à BRUXELLES; Édition par Ralph Boulton

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.