Les luttes intestines CIA-Trump sèment le chaos©

4
18

Les luttes internes que mène la CIA contre Trump effraient les partenaires des renseignements américains

L’apparente guerre permanente de la CIA contre la Maison Blanche ne fait pas que paralyser les nominations sécuritaires au sein de la nouvelle Administration, mais ils commencent à générer également de sérieuses préoccupations parmi les alliés des Etats-Unis, selon des reportages du Washington Times.

La Maison Blanche refuse d’accorder des habilitations de sécurité à certains membres de l’équipe de Sécurité Nationale du Président Donald Trump, que l’Agence Centrale (CIA) n’a pas approuvé, selon un ancien responsable de la Commission Sénatoriale sur les Renseignements.

« Puisque personne ne peut prendre part à la formulation ou à l’exécution de la politique étrangère ou/et de Défense sans une habilitation d’accès aux informations sécuritaires de haut niveau, imposer son veto aux hommes du Président en leur refusant ces accès prive Trump de ses atouts-maîtres » écrit Angelo Codevilla, dans le Washington Times.

La bagarre publique de l’Administration Trump contre la CIA (ou/et l’inverse) a, un peu plus, usé les nerfs des partenaires déjà tendus des services de renseignements américains, selon les sources sécuritaires.

La chute en direct du Conseiller Michaël Flynn à la Sécurité Nationale, les fuites organisées de la part des serrvices de renseignements en direction de la presse et les retombées globales de tout ce fatras commencent sérieusement à énerver les services européens et moyen-orientaux qui ont mis sur pied des relations de partage d’informations avec les Etats-Unis, alors qu’elles étaient déjà inquiètes à cause de la perception d’une certaine proximité de l’équipe Trump avec la Russie, ont affirmé des responsables actuels et anciens, le 15 février au Washington Times.

« Nos partenaires étrangers sont profondément en état d’alerte et déstabilisés par de qu’ils constatent en provenance de Washington », a déclaré une source Républicaine à la Sécurité Nationale, sous couvert de l’anonymat.

Le Président Donald Trump a franchi un nouveau cap dans l’escalade de cette bataille, le 15 février :

« Cela provient des services de renseignements, et des papiers recueillent des fuites, des choses continuent de fuiter, il s’agit d’actions criminelles, d’actes criminelles », a déclaré Trump au cours d’une conférence de presse avec le Premier Ministre israélien, Binyamin Netanyahu.

« Cela dure depuis déjà trop longtemps, bien avant moi, mais actuellement, cela ne fait que se prolonger. Des agents tentent de masquer les pertes terribles que les Démocrates ont subi sous la férule d’Hillary Clinton ».

Si le Président « ne limoge pas ces individus qui se sont ainsi emparées des prérogatives que le peuple américain lui a confié, par ses suffrages, il y a 100% de chances qu’ils utiliseront encore plus fréquemment ces prérogatives, concernant toute autre personne qu’ils pensent se mettre en travers de leur chemin et des politiques qu’ils préfèrent mener, qu’ils perçoivent comme une menace à leur réputation ou simplement comme des partisans opposés », écrit Angelo M. Codevilla, dans une analyse pour le Washington Times, le 15 février.

Pour peu que Trump permette que cela se produise, « Il n’aura saper rien de moins que le cœur qui va de soi de l’Article II de la Constitution : Le Président est la branche exécutive. Tous ses employés tirent leur pouvoir de lui et ils répondent de leurs actes devant lui, et pas l’inverse ».

Codevilla, qui a supervisé la CIA durant huit ans, en tant que Président du Budget de la Commission Sénatoriale des Renseignements, déclare : « faire usage des habilitations d’accès aux niveaux de sécurité pour des objectifs de clocher (paroissiaux) -généralement insignifiants – tout en négligeant la sécurité, et peu importe le contre-espionnage, est une histoire déjà ancienne à la CIA. Parce que je faisais mon boulot de contrôle de la qualité très vigoureusement et avec rigueur et parce que j’avais placé en prévision du budget une liste de réduction et de coupures, sur certains contrats extérieurs qui semblaient sources de corruption, l’Agence a fait des tentatives répétées pour me retirer mes autorisations de haut niveau et habilitations transversales de sécurité.

« Après mon départ de l’équipe sénatoriale pour Stanford, lorsque l’Ecole Navale Post-universitaire m’a demandé d’enseigner dans le cadre d’une formation hautement classifiée sur les renseignements signalétiques (SiGINT), le bureau de sécurité de l’Ecole a réclamé mes habilitations à la CIA. Les bureaucrates leur ont répondu qu’ils n’avaient jamais entendu parler de moi. J’ai dû appeler le Directeur de L’Agence Centrale des Rensiegnements, Bill Casey qui a fini par leur faire téléphoner, en personne, par un Chef d’Etat-Major de la Marine, surpris.

Codevilla a poursuivi : « La CIA emploie des prétextes de sécurité pour s’isoler et s’abriter des critiques directes, protéger les siens et faire de l’intrusion systématique dans le processus décisionnaire des politiques. Assurer réellement la sécurité contre les renseignements étrangers et subversifs se situe très bas dans ses priorités ».

Le message que Trump adresse au peuple et qui concerne quiconque envisage de travailler pour le Président « est assez clair », écrit Codevilla. « Il ne vous reste pas d’autre choix que de vous montrer acceptable aux yeux des bureaucrates, parce que, si vous ne le faites pas, il vous porteront préjudice et le Président ne pourra pas vous aider. Cela ne fera pas avancer les choses, mais au contraire, cela vise à détourner l’action des membres potentiels de l’Administration Trump et à décourager ceux prêts à le faire (apporter leur contribution).

« Nous ne pouvons pas savoir si cela compte vraiment que Donald Trump semble être, à ce point, à la merci de bureaucrates qui se donnent énormément de mal pour le délégitimer. Mais on peut être certain du genre de dynamique engendrée par cette perte de respect (pour la fonction) au cours de ces agressions ».

worldtribune.com

Adaptation : Marc Brzustowski

4 COMMENTS

  1. Si Trump tient ces promesses cela risque d’être bénéfique pour les chrétiens d’Irak, maintenant est ce qu’il va les tenir ces promesses ??? Toute la question est là ????

  2. Les mines explosives posees par hussein obama commencent a faire des degats.
    Je crois qu il faut commencer a couper les tetes ,et commencer des enquetes contre les clinton et le frere muzz hussein obama .
    Guantanamo pourrait etre leur residence @

  3. oui ils sont comme des chiens enragés et sont prets à tout pour garder leurs prérogatives , la démocratie est en danger partout dans le monde .Il faut garder les yeux ouverts.

  4. Après la désinformation de la presse contre Trump ,la CIA manipulée et financée par Soros, le nuisible financier mondialiste et les monarchies du Golfe? c’est inquiétant !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here