Home International Un libre-penseur de l’islam dénonce la haine des Juifs

Un libre-penseur de l’islam dénonce la haine des Juifs

4
153

Dans une conférence intitulée “Le fascisme islamique et les Juifs”, le penseur germano-égyptien Hamed Abdel-Samad, ancien Frère musulman, compare le traitement réservé aux Juifs juste après la mort de Mahomet à celui pratiqué par les nazis. Extraits.

Nous faisons une fixation sur les Juifs depuis les origines de l’islam, et cette fixation refuse de nous quitter. Les Juifs ont toujours été peu nombreux, et pourtant ils déclenchent chez nous une telle réaction mentale que nous sommes incapables de nous les sortir de la tête.

Lorsque je faisais mes études au Caire, deux des livres les plus populaires que je voyais dans les bibliothèques et dans les rues étaient Mein Kampf d’Hitler, qui a été interdit en Allemagne en raison de son caractère raciste, et les Protocoles des Sages de Sion. Ce dernier est un faux [ce serait, en partie, un plagiat du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, publié à Bruxelles en 1864 par Maurice Joly].

Aveuglement mortifère

Sans même vérifier, nous les considérons comme un fait historique. C’était l’un des premiers livres de l’époque moderne traduits en arabe. Il est honteux qu’avant de traduire Emmanuel Kant, Baruch Spinoza, René Descartes, Jean-Jacques Rousseau, John Locke ou David Hume, les maîtres des Lumières, nous ayons traduit les faux Protocoles des Sages de Sion, afin de les utiliser pour alimenter notre haine envers les Juifs. Savez-vous quand les Protocoles ont été traduits en arabe ? En 1929, avant la création de l’État d’Israël et avant que quiconque y songe.

Pouvez-vous imaginer une religion dont les adeptes prient quotidiennement, récitent le chapitre le plus important de leur Livre saint, qui contient des malédictions envers les autres ? Ne vous êtes-vous jamais demandé ce que signifie le verset “ceux qui encourent la colère et ceux qui se sont égarés” ? Que signifie prier et maudire les autres ?

Une hypocrisie destructrice

Imaginez ce qui arriverait si les juifs, les chrétiens, les bouddhistes ou les bahaïs [adeptes du bahaïsme, religion abrahamique fondée en Iran au XIXe siècle] récitaient un verset maudissant les musulmans. Nous irions à l’ONU et demanderions que ce verset soit effacé de leurs livres, n’est-ce pas ? Mais pour nous, il est tout à fait normal de maudire les autres, parce que notre religion est la dernière et notre Seigneur nous chouchoute un peu. Demandez à tous les interprètes, et ils vous diront que “ceux qui encourent la colère” sont les juifs, et que “ceux qui se sont égarés” sont les chrétiens. Mais, bien sûr, notre religion est une religion de tolérance, et l’islam accepte toutes les religions, n’est-ce pas ? C’est de l’hypocrisie.

Les Juifs ont déclenché une crise identitaire islamique dès le début, car ils étaient le modèle à suivre. C’est aux Juifs que Mahomet a emprunté la notion de législation. Les concepts de législation, de charia et ainsi de suite étaient-ils courants dans la péninsule Arabique ? Il y avait des normes, un point c’est tout. Elles n’étaient écrites dans aucun livre. Mais quand Mahomet a émigré de La Mecque à Médine, il a commencé à observer ce que faisaient les Juifs et à reproduire certaines de leurs pratiques. Vous interdisez le porc ? Quelle bonne idée ! J’interdis le porc aussi. Il n’y avait pas de porcs dans la région de toute façon. Les Arabes ne vivaient pas de porc, mais Mahomet était prêt à tout pour s’attirer les bonnes grâces des Juifs.

Il se donnait tant de mal pour s’attirer leurs faveurs qu’il a emprunté leur direction de prière et dit : nous prierons en direction de Jérusalem. Jérusalem ne revêtait aucune sorte d’importance pour les Arabes. Mais pourquoi Jérusalem ? Il a choisi le lieu qui était sacré pour les chrétiens et pour les juifs.

Considérés comme des sous-hommes

Un autre point commun entre le fascisme, le nazisme et l’islam est de percevoir les Juifs comme des animaux. Hitler les appelait Ungeziefer, “vermine” en allemand. Dans les publications nazies, on les représentait comme des souris. De même, lorsque Mahomet en a eu assez d’eux, il les a appelés “singes” et “porcs” et “les pires bêtes aux yeux d’Allah”. Il les a abaissés au niveau de sous-hommes, les considérant comme des animaux. Que fait-on avec les animaux ? On les abat, on les vend, on les chevauche. Telle est la logique avec laquelle l’islam traite non seulement les juifs, mais les non-musulmans en général.

Après la mort de Mahomet, Omar ibn Al-Khattab, un de ses compagnons, a rédigé le prétendu “pacte d’Omar” [certains spécialistes doutent de cette paternité] dont les principes sont similaires à ceux édictés par Hitler contre les Juifs. Les juifs et les chrétiens devaient porter un badge pour que les musulmans puissent les identifier. Seuls les musulmans étaient autorisés à se faire une raie au milieu des cheveux. Les juifs et les chrétiens devaient se couper les cheveux tout droit, pour que les musulmans puissent les reconnaître de loin. Ils devaient porter des ceintures pour être reconnus.

Le fascisme a fait exactement la même chose. Lorsque, en 2014, l’État islamique a marqué les maisons des chrétiens à Mossoul [de la lettre arabe nun comme “nazaréen”, autrement dit “chrétien”], d’où leur est venue l’idée ? De ce “pacte d’Omar”. Si Dieu a dit qu’ils sont “ceux qui encourent la colère et ceux qui se sont égarés”, et qu’il les brûlera dans le feu de l’enfer, comment puis-je, en tant que musulman, vivre dans la paix avec eux ?

“Pourquoi faire preuve de plus de compassion que Lui ?”

Le Prophète ne les a-t-il pas appelés “ceux qui encourent la colère et ceux qui se sont égarés” ? N’a-t-il pas dit que [juifs et chrétiens] sont des infidèles ? N’a-t-il pas dit qu’ils devraient payer la jizya [impôt que les chrétiens et les juifs devaient payer en terre d’islam] dans l’humiliation ? Ils étaient censés être humiliés. Dieu lui-même projetait de les brûler dans le feu de l’enfer ; devrions-nous faire preuve de plus de compassion que Lui ?

Après tout cela, certains disent : “On n’a pas de problème avec les Juifs. Il ne s’agit que du conflit israélo-arabe.” Le conflit israélo-arabe serait donc la cause de toutes ces crises ? Le Prophète Mahomet a promis que le jour du Jugement ne viendrait pas à moins que les musulmans combattent les Juifs. Imaginez qu’Israël vous dise aujourd’hui : “Prends Jérusalem, prends Haïfa et Tel-Aviv aussi.” Serait-ce la fin de notre inimitié avec eux ? Dans ce cas, nous n’aurions pas droit au jour du Jugement. Notre Dieu établissait un lien entre le jour du Jugement et notre conflit avec les Juifs. L’histoire ne parle pas de terres, d’occupation et de droits. La source de la crise est que nous ne considérons pas ces gens comme des êtres humains.

Le bouc-émissaire idéal

Est-ce que le Mossad me paie pour tenir ces propos ? Est-ce que je dis tout cela parce que cela sert Israël, les Juifs ou quelqu’un d’autre ? Non, je tiens ces propos parce que cette haine nous empoisonne. Nous avons investi beaucoup d’efforts dans cette haine. Elle nous empêche de traiter nos problèmes sérieusement. On a toujours besoin d’un ennemi pour lui faire porter tous nos malheurs. Tout ce qui nous arrive est un complot, chaque fois que quelque chose ne fonctionne pas comme nous le souhaitons, c’est à cause des Juifs. C’est beaucoup plus facile ainsi.

Nous devrions nous débarrasser de cette haine, non au profit des Juifs et des Israéliens, mais pour notre propre bien. Au lieu d’empoisonner une génération après l’autre avec cette haine, nous devrions leur enseigner ce qu’est l’humanité. Elles doivent surmonter cette barrière de la haine et de la peur d’autrui.

Hamed Abdel-Samad

L’auteur

Né en 1972 au Caire, Hamed Abdel-Samad est écrivain. Fils d’un imam sunnite, il rejoint en 1991 les Frères musulmans, qu’il reniera plus tard. En 1995, il s’installe en Allemagne où il étudie la politique, l’islam, l’histoire et la culture juives. Naturalisé allemand, l’écrivain publie en 2015 un ouvrage devenu un best-seller en Allemagne : Mohamed. Eine Abrechnung (“Mohamet : le réglement de comptes”, inédit en français).
En 2016, Hamed Abdel-Samad sort Le Fascisme islamique. Ses nombreuses interventions dans les médias lui ont valu des menaces de mort. Il vit aujourd’hui sous protection policière.

courrier international

4 COMMENTS

  1. M. Hamed Abdel Samad a le courage de voir la réalité en face. Il faut lui rendre hommage. Ce n’est pas facile de faire partie d’un peuple si destructeur. Mais toute prise de conscience, toute révolution des idées, des pensées, est un moteur pour tous les indécis qui ne réussissent plus à trouver leur place dans un monde si controversé.

    Les musulmans sont 1 500 000 000 sur la planète, c’est une excellente raison pour faire un travail d’information de fond et honnête. Depuis l’existence de l’homme sur notre planète, de nombreuses révolutions ont eu lieu qui ont permis à notre humanité d’évoluer dans le bon sens.

    Soyons optimistes et travaillons très sérieusement sur l’information, la parole et la pensée libérées.

  2. Constat lucide mais quid de son impact sur la réalité et le changement de mentalité ?
    Ils sont encore bien trop peu nombreux à le faire.

  3. Un libre-penseur de l’islam dénonce la haine contre les Juifs
    Cet auteur dans sa dénonciation aborde deux sujets complètements différents, à savoir :

    1/ Le comportement de Mahomet, après qu’il fut accueilli par les propriétaires de l’oasis d’Yathrib (=Médine) pour sauver ses prédications des persécutions du clan omeyyade de la Mecque. Ce renversement d’alliance confirme qu’il préféra la vie sauve à la rencontre immédiat avec son Créateur. L’acceptation du pacte maritale à la mode antéislamique permis de sceller cette alliance contre nature. Son acceptation des conditions de sa survie, imposées par l’esclave des omeyyades Omar al-Khattab, eut pour conséquence le retournement d’alliance avec les Juifs. Pacte d’alliance signé par Mahomet en l’an 2 de l’Hégire.

    2/ Le pacte d’Omar al-Khattab cite seulement les chrétiens et pas les juifs. Ce pacte, et ses mesures discriminatoires à l’égard des seuls chrétiens, se justifiaient à l’époque où il fut promulgué. L’Arabe ne représentait qu’une force militaire de colonisation de quelques milliers de combattants dans un empire peuplé de chrétiens, sans cette discrimination vestimentaire, il lui aurait été impossible de contenir une émeute.
    C’est seulement au XIè siècle qu’un calife, à cours d’argent pour payer ses mercenaires, impose la condition de dhimmi aux juifs, probablement en faisant pression sur des jurisconsultes islamiques.

  4. Excellent!
    Le problème: 1.500.000.000 de Musulmans ne peuvent être convertis à une autre religion.
    Mais on peut séparer “les bons des mauvais” en séparant le Coran de la Mecque de celui de Médine. Deux Religions différentes !
    Les Islamistes fidèles aux versets de Médine devront être rééduqués ou…éliminés!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here