les « JOLY » jours fériés d’une campagne Eva-naissante…

0
10

Décidément la pauvre Eva Joly devrait arrêter là sa campagne, ou se préparer à une défaite amère. Ces flops successifs vont mener les verts sous terre. Il faut dire qu’elle a été fortement soutenue par Cécile du-flop pardon Duflot. Ils sont meilleurs pour attaquer Israël mais pour le reste ….

Quant aux jours fériés, qu’elle a proposé si naïvement voilà ce qu’ils en disent:

Gilles Bernheim a fait savoir qu’il ne prendrait pas position sur la proposition d’Eva Joly, au coeur de vastes critiques.

Le grand rabbin de France Gilles Bernheim a fait savoir jeudi qu’il ne prendrait position sur la proposition d’un jour férié pour les juifs et les musulmans « que lorsque les choses seront claires, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ».

Le rabbin Moché Lewine, porte-parole du grand rabbinat de France, a précisé que le grand rabbin Bernheim « ne prendra position que si la question intervient à l’occasion d’un grand débat général ». « En l’occurrence, ni le consistoire juif ni le grand rabbinat ne sont à l’origine de revendications en ce qui concerne un jour férié comme le propose » Eva Joly, a ajouté le porte-parole du grand rabbin.

Lors d’une « Nuit de l’égalité », mercredi soir à Paris, la candidate d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) à l’Élysée a souhaité que juifs et musulmans puissent célébrer « Kippour et l’Aïd-el Kébir lors d’un jour férié », pour que « chaque religion ait un égal traitement dans l’espace public », se référant à une proposition du rapport de Bernard Stasi sur la laïcité remis au président Chirac fin 2003. Aussitôt, les critiques à l’égard de celle qui avait déjà créé la polémique sur la suppression du défilé militaire du 14 Juillet ont fusé, à gauche comme à droite.

Le recteur de l’institut musulman de la Grande Mosquée de Paris, le Dr Dalil Boubakeur, a qualifié de « louables » les déclarations d’Eva Joly, mais a ajouté : « Nous ne pensons pas que cette recommandation puisse trouver une traduction dans le cadre législatif français. »

AFP

==================

Avec ses jours fériés, Eva Joly fait un flop

La candidate d’Europe Ecologie-les Verts s’est attirée une nouvelle salve de critiques en proposant deux nouveaux jours fériés, pour l’Aïd-el-Kebir et Kippour.

Si l’objectif était de recentrer la campagne sur l’écologie, c’est loupé. Parmi les propositions faites par Eva Joly lors de sa «nuit de l’égalité» au Bataclan à Paris mercredi soir, c’est celle d’introduire deux nouveaux jours fériés pour que «juifs et musulmans puissent célébrer Kippour et l’Aïd-el-Kebir» au nom de «l’égalité et la laïcité» qui fait parler ce jeudi. Et pas en bien. Résultat, la candidate se retrouve aussi isolée à défendre sa mesure qu’elle l’avait été dans l’affaire du 14-Juillet.

Dans une France qui compte 600 000 juifs, selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), et entre 2,1 millions de musulmans (selon l’Institut national d’études démographiques) et 5 à 6 millions (selon le ministère de l’Intérieur), l’idée n’est pas totalement tombée du ciel. La candidate Europe Ecologie-les Verts ne cache d’ailleurs pas s’être largement inspirée du rapport Stasi sur la laïcité (pdf ici) remis à Chirac en 2003 : «La République s’honorerait en reconnaissant les jours les plus sacrés des deux autres grandes religions monothéistes présentes en France, les bouddhistes organisant leur fête annuelle principale un dimanche de mai. Ainsi à l’école, l’ensemble des élèves ne travailleraient pas les jours de Kippour et de l’Aïd-el-kébir», proposait l’ancien ministre et ancien médiateur de la République. En pratique, «dans le monde de l’entreprise, le Kippour, l’Aïd-el-kébir, le Noël orthodoxe ou des chrétiens orientaux seraient reconnus comme jours fériés. Ils seraient substituables à un autre jour férié à la discrétion du salarié.»

A l’époque, le débat avait tourné court. Au moment où Raffarin s’attelait à sucrer la Pentecôte pour renflouer les caisses des maisons de retraite, la mesure a été vite balayée. D’autant que, sondée sur la question, l’opinion s’était déclarée défavorable à 59% à l’instauration d’un jour férié juif et d’un autre musulman dans les écoles publiques.?

Pas dans le programme

Huit Kippours plus tard, que prévoit au juste Eva Joly ? C’est José Bové, un de ses porte-parole, qui a précisé les choses jeudi matin sur RMC : il s’agit de «choisir à la place de Noël ou de Pâques les jours fériés de sa propre religion. Pas question de rajouter des jours fériés supplémentaires pour tout le monde, ça n’aurait pas de sens». Mais avant même la question pratique, c’est le principe qui coince, jusqu’au sein de son parti : Pascal Durand, porte-parole d’EELV, s’est désolidarisé ce matin en soulignant que la mesure ne figurait pas dans le programme d’EELV. Et d’ajouter : «A titre personnel, je pense que c’est une proposition de nature à remettre en cause certains éléments du contrat collectif républicain.»

A droite, pas de surprise, on invoque l’«histoire et les racines chrétiennes» de la France. «La tolérance dans ce pays ne se construit pas sur la négation de ce qu’est notre histoire. On a une histoire qui est une histoire chrétienne, qui aboutit à un certain nombre de jours fériés dans notre calendrier (…). Ça n’empêche pas d’avoir le plus grand respect pour toutes les religions», a commenté Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur, sur RMC et BFMTV.

Chez les socialistes, c’est niet aussi, au nom du respect de la laïcité. «La République respecte toutes les religions, elle n’en reconnaît aucune. La France a à la fois une tradition qui a abouti à un certain nombre de fêtes « religieuses », elle a par ailleurs un grand principe, celui de la laïcité, il faudrait qu’Eva Joly se souvienne toujours de ce principe de laïcité», a envoyé à la candidate Michel Sapin, chargé du projet présidentiel dans l’équipe de François Hollande.

«Les gens s’arrangent»

Plus étonnant, les réserves des représentants religieux. Richard Prasquier, le président du Crif : «Notre pays a un calendrier catholique, oui, et alors ? C’est le fruit de l’histoire, la communauté juive s’est adaptée. Au travail, les gens s’arrangent, ils préviennent leur employeur à l’avance. Cela ne pose pas de problème en général. A l’école, franchement, je ne suis pas sûr qu’il faille alléger le calendrier scolaire. Il est plus utile d’expliquer pourquoi certains élèves ne sont pas là car c’est Kippour.»

Le recteur de la Grande mosquée de Paris Dalil Boubakeur n’est guère plus convaincu. S’il juge l’idée «louable», il est plus sceptique sur sa mise en pratique. «Au regard de notre laïcité (loi du 19 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat), nous ne pensons pas que cette recommandation puisse trouver une traduction dans le cadre législatif français», souligne-t-il dans un communiqué. Mieux vaudrait appliquer dans les entreprises privées les autorisations d’absence à l’occasion des principales fêtes religieuses, comme cela existe dans le secteur public, préconise-t-il.

S’en tenir au pragmatisme dans l’application de la laïcité n’empêche pas les poussées de tension. Ainsi en avril dernier, l’aménagement des épreuves de concours d’ingénieurs tombant au moment de la Pâque juive avait ravivé le débat. Finalement, le ministère de l’Education et les écoles concernées avaient renoncé à organiser des horaires décalées. Les étudiants juifs ont dû passer leurs exams, fête ou pas.

Par C.B. ET M.P. – Libération

==================

Le «jour férié» de Joly pour les juifs et les musulmans : le PS dit non

Cette proposition va-t-elle relancer la campagne un peu morose d’Eva Joly ?

Mercredi soir, la candidate écologiste a proposé qu’un jour férié soit accordé aux juifs pour célébrer Kippour et aux musulmans pour l’Aïd-el-Kebir.

Sapin : «Il y a un grand principe français, celui de la laïcité»

Las, ce jeudi matin, elle ne fait pas recette auprès du PS comme de l’UMP. Sur iTélé, Michel Sapin, directeur de campagne de François Hollande, dit «non». «La République respecte toutes les religions, mais n’en reconnaît aucune», rappelle le socialiste à la candidate écologiste. «Il y a un grand principe français, celui de la laïcité (…). Il faudrait qu’Eva Joly se souvienne toujours de ce principe.»

Wauquiez : «Notre pays a des racines qui sont des racines chrétiennes»

Quelques minutes plus tard, Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a également dit son opposition à une telle mesure sur RMC/BFM TV. «Est-ce que le premier problème de ce pays en ce moment, c’est de décliner des jours fériés à la carte ?» s’est-il interrogé. «Notre pays a des racines qui sont des racines chrétiennes, a poursuivi le ministre. Chacun doit pouvoir y trouver sa place. On a une tradition, on a une histoire. On ne va pas gommer notre histoire. La tolérance dans ce pays ne se construit pas sur la négation de ce qui est notre histoire.»

L’égalité «mise à mal par cinq ans de présidence sarkozyste», selon Joly

Entre vidéos, concerts, sketchs et débats, Eva Joly a déclaré, au Bataclan mercredi soir, que «le rêve français pour (elle) est celui de la passion de l’égalité». Pour elle, «cette égalité, élément clé de l’identité nationale, a été mise à mal par cinq ans de présidence sarkozyste».

A l’entendre, sa «première priorité du quinquennat», si elle est élue, sera «l’égalité territoriale car les habitants des banlieues, ou des zones rurales ont le droit d’être traités dignement». En matière de laïcité, pour que «chaque religion ait un égal traitement dans l’espace public», Eva Joly, se référant au rapport Stasi, a souhaité que «juifs et musulmans puissent célébrer Kippour et l’Aïd-el-kebir lors d’un jour férié». Ainsi, d’après elle, «l’égalité et la laïcité auront avancé dans notre pays».

Favorable à des «statistiques de la discrimination»

Autre proposition de l’ancienne juge d’instruction : sur l’éducation, elle a plaidé pour «une nouvelle carte scolaire pour combattre l’apartheid scolaire». En matière d’égalité hommes-femmes, elle a proposé que «pas un euro d’argent public n’aille à une entreprise qui pratiquerait une inégalité de salaires». Elle est aussi favorable à des «statistiques de la discrimination», «instrument utile pour permettre demain un même accès à l’emploi, à la santé, au logement, voire aux responsabilités politiques».

LeParisien.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here