Le régime Assad permet à 2.000 Kurdes de renforcer Afrin©

0
392

Le régime Syrien autorise 2.000 membres des FDS à venir renforcer les milices kurdes à Afrin

2.000 membres des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) viendraient renforcer les Unités de Protection du Peuple Kurde (YPG) dans les combats contre l’armée turque et les djihadistes de “l’Armée Syrienne Libre” inféodés à l’Hayat Tahrir al Sham et  à son patron Ankara, dans la région d’Afrin.

Les unités YPG sont le noyau dur de ces forces terrestres appuyées par les Etats-Unis d’Amérique. Depuis, différents groupes ethno-confessionnels : Assyriens, Syriaques, Chrétiens, membres des tribus Arabes sont venus s’agréger à ce noyau dur, dans l’Est de la Syrie, ce qui n’est pas sans porter ombrage au régime centralisateur.

Selon divers reportages dans les médias russes, la colonne de ces membres des FDS serait constitué de 2.000 combattants, et avancerait depuis Manbij, à travers la zone contrôlée par le gouvernement Assad vers Afrin, depuis le 11 mars.

Ces communiqués s’accompagnent d’articles évoquant l’avancée d’une deuxième colonne, constituée d’autres membres de milices soutenues par les Etats-Unis et portant les mêmes couleurs des FDS, venus aider Afrin. Cependant, l’armée syrienne n’a pas autorisé cette seconde colonne à emprunter le même chemin vers les zones détenues par les YPG. Cet arbitraire, au moment où ces renforts sont plus qu’indispensables sur le terrain, laisse envisager une sorte de sélection devant montrer un peu de mansuétude envers les Kurdes, “mais pas trop”, évidemment pour en obtenir plus de leur part. On apprend par “ailleurs”, que les YPG auraient transmis le contrôle de certains check-points, de Tel Rifaat et de la base aérienne de Menagh, à l’armée syrienne régulière. Voyons-y des tractations et des pressions, encore difficiles à évaluer et surtout, qui semblent loin de suffire à repousser l’avancée turque, à un stade presque “terminal”…

Jusqu’à présent, les YPG ont rejeté, de façon répétée, les pressions syro-irano-russes pour les soumettre à leurs conditions en tirant le parti maximal des bombardements turcs. D’où la situation devient plus ou moins “inextricable”…

©JForum avec agences.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.