Le Meurtre de Sarah Halimi z’l et la Santé mentale de la France©

5
460

Le Meurtre de Sarah Halimi et la Santé mentale de la France

 

 

 

Le 4 avril 2017, Sarah Halimi, une femme juive âgée de 66 ans, a été assassinée par Kobili Traoré, âgé de 27 ans. Il a commis une intrusion violente à son domicile au milieu de la nuit. Traoré a torturé Madame Halimi et l’a ensuite jetée par la fenêtre depuis son appartement du troisième étage, dans le quartier de Belleville, dans le nord de Paris.

Des témoins ont entendu Traoré, un musulman d’origine africaine, crier Allahu Akbar en  commettant son crime[1]. Traoré avait fait de très nombreuses remarques antisémites envers Halimi par le passé, en la désignant, ses proches et elle, comme de “sales Juifs[2]“. Les autorités ont tenté de minimiser ou d’ignorer le caractère antisémite de ce meurtre[3]. Elles ont prétendu que le meurtrier était un malade mental, même s’il ne relevait d’aucun historique de ce type précédemment. Les médias principaux ont, de leur côté, presque totalement ignoré ce crime motivé par l’intolérance religieuse.

Gilles-William Goldnadel, un vocat représentant la famille Halimi, a dénoncé ce qu’il appelle “la psychiatrisation systématique des meurtriers antisémites issus de l’Islam radical[4]“. Au début de ce siècle, le sociologue français Shmuel Trigano avait déjà souligné une attitude identique au sein des autorités du pays.

 

A la fin 2000 et au début 2001, on a assisté à une énorme irruption de violence antisémite en France. Presque tous leurs auteurs étaient des immigrés ou enfants d’immigrés des pays musulmans. Trigano faisait entendre que cette violence antisémite est largement restée sans le moindre écho, autant dans la presse que du côté de la puissance publique. Il ajoutait qu’il existait des indications convaincantes que le gouvernement Jospin ait demandé à la communauté juive de ne pas donner trop de publicité à l’augmentation croissante des agressions antijuives. La raison évoquée parlait du risque  d’enflammer encore plus la situation. Le gouvernement français voulait maintenir  ce qui n’était déjà plus qu’une illusion de “paix sociale[5]“.

L’expression “paix sociale” dans un tel contexte est un euphémisme visant à ignorer ou à blanchir l’agression antisémite de la part des musulmans. Une étude récente sur l’antisémitisme dans sept pays européens concluait par : “Les données disponibles sur les auteurs d’agressions suggèrent que ce sont les individus d’origine musulmane qui ressortent principalement parmi les auteurs de violence antisémite en Europe de l’ouest, mais pas en Russie, où ce sont les délinquants et criminels d’extrême-droite qui dominent. Les études sur les comportements corroborent ce tableau jusqu’à présent, alors que les attitudes antisémites sont de loin, bien plus répandues parmi les musulmans que parmi la population générale en Europe de l’Ouest[6]“.

Trigano mentionnait aussi un cas où la vérité a été dissimulée à propos d’un meurtre idéologiquement orienté, mais qui ne comportait pas de lien avec les Juifs. “En 2002, l‘adjoint au maire de la ville de Béziers, Jean Faret, a été assassiné par un musulman. Le récit officiel a certifié que l’homme était fou”. Plus tard, le maire de la ville a accusé le Ministre de l’Intérieur, Daniel Vaillant, d’avoir imposé cette version à la municipalité. Le maire avait déclaré qu’après le meurtre, Vaillant s’était rendu à Béziers pour présenter le récit imputant le crime à un fou, comme “vérité officielle”. Trigano ajoutait : “Plus tard, il s’est avéré que les services français de renseignements ont découvert que le meurtrier était lié à Al Qaïda[7]“.

En 2003, Sébastien Selam, un disc-jockey juif, est tué par son ami d’enfant et voisin musulman envieux, Adel Amastaïbou. Les experts médicaux classent le meurtrier comme mentalement instable, alors qu’il n’a pas, non plus, le moindre antécédent, mais un passé de délinquant et de persécuteur. Quand les juges acceptent cette conclusion, elle empêche un procès où l’antisémitisme existant dans des franges conséquentes de la communauté musulmane française aurait pu et dû faire partie du débat de fond.

Richard Prasquier, alors président du CRIF, suit le dossier de près. Il dit alors qu’il est scandaleux qu’Amastaïbou ait été transféré en hôpital psychiatrique, mais qu’il ait reçu la permission de quitter les lieux durant ses week-ends. Prasquier déclare : “Les médecins ont pensé que ce serait épatant pour sa santé mentale de retourner à domicile, mais ils n’ont jamais pris en considération la santé et la sécurité de la famille de la victime, la famille Selam[8]“.

En 2006, Ilan Halimi, un jeune Juif, est kidnappé et torturé durant 24 jours avant d’être tué. Ses kidnappeurs, menés par Youssouf Fonana, se désignent comme “le Gang des Barbares”. Quand débute son procès en 2009, Fofana hurle : “Allahu Akbar”. Il donne son identité comme “appartenant aux Arabes Africains de l’armée salafiste de la révolte barbare[9]“.

En 2012, Mohamed Merah, un musulman français d’origine algérienne, tue un enseignant et trois enfants Juifs juste en face et à l’intérieur de leur école à Toulouse, Ozar Hatorah. Il venait, auparavant, d’assassiner trois parachutistes français et d’en rendre un quatrième tétraplégique.

Plus tard, son frère, Abdelghani Merah, a publié un livre dans lequel il décrit ses parents comme les ayant éduqués afin d’en faire de parfaits fanatiques antijuifs. Il écrit que sa sœur Souad et son frère Abdelkader sont également des antisémites extrémistes.[10]. Puisque Mohammed Merah a été tué lors d’une fusillade avec la police française, il n’y a eu nulk besoin de le déclarer malade mental[11]

En 2015, Amedy Coulibaly, un musulman africain, assassine quatre Juifs dans l’HyperCacher de la porte de Vincennes. Il a été tué un peu plus tard lors d’un assaut des forces de sécurité[12].

Une chose qui a changé, cependant, c’est que les Juifs tentent de briser la chape de plomb qu’on leur a imposée, au début de ce siècle [malgré les défilés du 7 avril 2002 ou celui en mémoire d’Ilan Halimi, le 26 février 2006]. Un autre marche a eu lieu dans le quartier de Belleville, afin de protester contre le silence des médias[13]. Un certain nombre d’intellectuels, certains d’entre eux non -Juifs, ont publié un communiqué sur le caractère antisémite de l’assassinat sauvage de Sarah Halimi[14].

Le Président du CRIF, Francis Kalifat, a publié un éditorial dans le quotidien le Figaro, où il écrit qu’il y a “des preuves qu’il s’agit d’un cas d’école de meurtre antisémite. Ce crilme commis au nom de la haine n’est pas reconnu pour ce qu’il est en réalité”. Il ajoute que Sarah Attal Halimi “s’est faite massacrer pour l’unique et seule raison qu’elle était Juive”. Kalifat écrit aussi qu’il continuera à faire pression sur les autorités jusqu’à ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire[15].[ndlr :  Le président Macron lui a en partie donné raison en reprenant ces termes, lors de son discours sur la rafle du Vel d’Hiv, en compagnie du Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu]

La France est le pays qui a la communauté musulmane la plus vaste en nombre absoluet en pourcentage, en Europe de l’ouest. On peut citer largement une étude de Pew en 2010, qui estimait que la France aurait 4, 7 millions de musulmans. A 7, 5% de la population, cela signifiait alors que le pays disposait déjà de la population musulmane la plus vaste d’Europe de l’ouest[16]. Beaucoup de Juifs de France comprennent que les principaux problèmes antisémites qu’ils rencontrent en France sont us à la haine et aux agressions perpétrées par une partie conséquente de la vaste présence musulmane conjuguée à l’absence de volonté des autorités de se confronter à la vérité. Les problèmes des Juifs de France sont donc essentiellement structurels plutôt que liés à des “incidents” circonstanciés.[17].

Il existe 751 zones dans le pays que les Français signalent comme “zones urbaines sensibles[18]“. Certaines parties d’entre elles seraient mieux dénommées comme “Zones de non-droit”. Trigano a déclaré à l’époque que l’antisémitisme est un baromètre permettant de jauger la perversité de la société française[19]. Le nouveau Président français, Emmanuel Macron, a fait des promesses de profond changement en France. Sa rhétorique est très ambitieuse. A la lumière de l’affaire du meurtre de Sarah Halimi et de ses conséquences, Macron ferait bien aussi de prêter un peu d’attention à la santé mentale particulièrement déclinante de la France.

 

 Par Manfred Gerstenfeld et Irena Kuruc

manfredgerstenfeld-322x279-df2dd

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

———————————-

[1]  www.liberation.fr/france/2017/06/06/meurtre-sauvage-a-paris-demence-ou-antisemitisme_1574941;

www.gatestoneinstitute.org/10513/france-islamic-antisemitism

[2] www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/05/22/31001-20170522ARTFIG00202-g-w-goldnadel-ce-que-revele-l-indifference-vis-a-vis-de-la-mort-de-sarah-halimi.php

[3] www.jpost.com/Diaspora/French-intellectuals-decry-cover-up-of-Jews-slaying-by-Muslim-neighbor-496393

[4] www.jpost.com/Jerusalem-Report/In-a-state-of-fear-492154

[5] www.jcpa.org/phas/phas-26.htm

[6] www.hlsenteret.no/publikasjoner/digitale-hefter/antisemittisk-vold-i-europa_engelsk_endelig-versjon.pdf

[7] www.jcpa.org/phas/phas-26.htm ; http://www.liberation.fr/societe/2001/09/03/a-beziers-coup-de-sang-au-lance-roquettes_375740

[8] www.jpost.com/Magazine/Features/Two-sons-of-France-166298

[9] www.dailymail.co.uk/news/article-1175046/Trial-begins-French-gang-barbarians-accused-killing-young-Jew-24-day-torture.html

[10] www.independent.co.uk/news/world/europe/how-my-hate-filled-family-spawned-merah-the-monster-8307341.html

[11] www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/9157126/Toulouse-siege-as-it-happened.html

[12] www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/11/07/attentats-de-paris-les-messages-du-commanditaire-au-tueur-de-l-hyper-cacher_4805099_1653578.html

[13] www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/04/09/01016-20170409ARTFIG00193-marche-blanche-a-paris-en-hommage-a-une-femme-defenestree-par-un-voisin.php

[14] www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/01/31003-20170601ARTFIG00316-l-appel-de-16-intellectuels-que-la-verite-soit-dite-sur-le-meurtre-de-sarah-halimi.php

[15] www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/25/31003-20170625ARTFIG00156-francis-kalifat-pour-sarah-halimi-je-ne-me-tairai-pas.php

[16] www.pewresearch.org/fact-tank/2016/07/19/5-facts-about-the-muslim-population-in-europe/

[17] www.jpost.com/Opinion/The-structural-uneasiness-of-French-Jews-494417

[18]  http://sig.ville.gouv.fr/Atlas/ZUS/

[19] www.jcpa.org/phas/phas-26.htm

5 COMMENTS

  1. “Antisemitisme” pour des islamistes qui cherchent à s’intégrer en France, ça fait pas terrible, alors il faut bien que nos dirigeants essayent d’arranger le coup… putain de merde! Pouark à vomir en tant que français et juif.
    Richard Malka

  2. Monsieur, l’assassinat de la juive Sarah Halimia eu lieu EN PLEINE CAMPAGNE PRESIDENTIELLE.
    Ce rappel n’est pas inutile, je pense, pour expliquer LE SILENCE DES MEDIAS, pire, celui des dirigeants de la communauté, qui voulaient abssolument éviter le vote FN.
    Tout a été fait pour élire Macron.
    Qu’APRES, les dirigeants de la communauté, et le reste des commentateurs reconnaisse le caractère antisémite de ce meurtre, en plein été, quand personne ne l’entend, et surtout, fort opportunément, lors de la visite de M. Netanyahu, n’a pas grand impact, vous en conviendrez.
    Autrement dit, le danger antisémite FN a été repoussé; on lui a préféré le danger antisémite islamique.
    Celui qui tue, ces dernières décennies, en France.
    Du moins ne sont-ce pas des nazis identifiables comme tels.
    Bel avantage, vous en conviendrez.

  3. Antisémitisme ? actes de barbarie ? La question ne sera pas posée. On ne peut s empêcher de songer au procès Zola. L’actu alité (affaire Gregory) est cependant la pour nous rappeler qu’une instruction bâclée rend impossible définitivement la recherche de la vérité.

  4. éventuellement, avec une enveloppe budgétaire qui risque d’être allégé de 800 millions d’Euros environ, qui aura la possibilité de nous affirmer que la communauté Juive de France, qui est Française, est en sécurité et continuera à l’être, ici, en France ? Afin de ne pas augmenter le nombre de tués Juifs, en France, rester très vigilant est une nécessité.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.