Le développement précoce de l’antisémitisme chrétien©

8
56

Le développement précoce de l’antisémitisme chrétien

Manfred Gerstenfeld interviewe Pieter van der Horst

« Progressivement, le thème des Juifs comme étant les assassins du Christ joue un rôle majeur dans le prêche antijuif de l’Eglise. C’est encore très vivace de nos jours. Il n’y a que de nombreuses années après la Shoah que l’accusation, disant que les Juifs seraient responsables de la mort de Jésus, a été abrogée par le courant central du Protestantisme  et de l’Eglise Catholique Romaine. Beaucoups de leurs disciples, cependant, continuent d’y adhérer.

Le thème du Déicide commis par les Juifs est toujours très vivace dans d’autres églises importantes, en particulier celles d’obédience Orthodoxe, comme les Eglises Orthodoxes russes, grecques, serbes et bulgares. La combinaison empoisonnée présentant les Juifs comme coupables de Déicide et enfants du Diable s’y est épanouie. Ces deux éléments se renforcent l’un l’autre ».

Le Professeur Pieter Van Der Horst a étudié la philologie classique et la littérature. En 1978, il a obtenu son Doctorat en théologie à l’Université d’Utrecht. Après ses études, il a enseigné la littérature et l’histoire de la chrétienté primitive et du Judaïsme. Le Professeur Van Der Host est membre de l’Académie Royale des Arts et des Sciences des Pays-Bas.

« Parmi les Pères de l’Eglise, certains étaient relativement modérés dans leurs positions envers le Judaïsme, alors que d’autres étaient férocement hostiles. Jean Chrysostome, l’un des pères de l’église les plus célèbres, était aussi l’un des plus antijuifs.

« L’évêque d’Antioche, en Syrie, vivait au cours de la seconde moitié du Quatrième et au début du cinquième siècle. Son nom signifie « l’Homme à la bouche -parole- d’or », mais c’est surtout du venin qui est sorti de sa bouche. Il n’était pas le premier , mais il a certainement été le plus véhément des pères de l’église, qui conjuguait des éléments horrifiants chrétiens issus du Nouveau Testament avec des caricatures païennes contre les Juifs.

« Les écrits les plus remarquables de Jean Chrysostome correspondent à une série de longs sermons antijuifs, qu’il a prononcés dans la principale église d’Antioche, en 386 et 387 de l’ère commune. Ils appartiennent aux pires documents de l’antisémitisme chrétien de l’Antiquité. En plus de désigner les Juifs comme « Tueurs du Christ » – en prétendant qu’ils ont tué la personne qui leur avait été envoyée par D.ieu pour les sauver du Jugement Dernier – et comme « Enfants du Diable », il a aussi adopté divers clichés antijuifs de l’antiquité païenne pré-Chrétienne. Cela comprend des thèmes tels que « les Juifs comme haïssant le reste de l’humanité et mécréants, ne croyant en aucun dieu que ce soit.

« Jean Chrysostome et d’autres remontaient aux déclarations de l’Apôtre Paul disant que les Juifs sont les ennemis de l’humanité. Grâce à Jean Chrysostome, ces thèmes ont commencé à s’intégrer dans le discours antijuif de la Chrétienté. Ses sermons antijuifs sont, depuis lors, devenus influents ».

« Si on passe en revue les écrits des pères de l’église du second au sixième siècles, ils sont presque tous antisémites. Ce discours est devenu partie intégrante de la doctrine du courant principal du Christianisme. Cela doit être partiellement dû au discours anti-Chrétien que les Juifs ont développé, comme réaction aux attaques contre eux de la part des Chrétiens.

« Au second siècle, on entend déjà de la part des pères de l’église que,selon les Juifs, Jésus n’était pas né d’une vierge, que son père n’était pas D.ieu ni un Esprit Saint et même que Joseph, le mari de Marie, n’était pas son père. Ils prétendaient que Jésus aurait été l’enfant de Marie et d’un soldat romain appelé Panthera et que donc, il résultait d’un adultère (Mamzer).

« Ceci est confirmé par des sources juives. Par exemple, un autre texte du sixième ou septième siècle, le réputé Toldot Yeshu [Histoire de Jésus], est très prolixe à ce sujet. Plutôt que de dire que Jésus serait le fils d’un soldat romain, il affirme que ses guérisons miracles étaient des tours de magie inculqués en Egypte, dans le but de détruire la Torah. Nous ne connaissons que quelques cas de déclarations anti-chrétiennes de ce type, mais ils sont relativement bien ancrés dans les faits historiques et on les trouve aussi dans le Talmud.

« La situation concernant les Juifs s’est plus ou moins stabilisée au cours de l’existence du plus connu parmi les pères de l’église, Augustin, qui vivait à Hippo, dans la Tunisie d’aujourd’hui, durant la seconde moitié du quatrième et du cinquième siècles. Il disait avec beaucoup d’autorité que les Juifs était un peuple damné, mais qu’on ne devait pas les persécuter ni les tuer. On devait les garder vivants comme les témoins fossiles de la vérité du Christianisme.

« Augustin ne voulait pas convertir les Juifs de force. De telles conversions forcées demeuraient rares, durant l’Antiquité. Le premier cas important est apparu autour de 630, dans l’Empire byzantin, où l’Empereur Héraclius a décrété que tous les Juifs de l’Empire devaient être baptisés et convertis au Christianisme. Nous savons de sources historiques que ce décret a été mis en oeuvre en certains endroits. Ailleurs, cependant, les autorités n’ont rien fait. Ce cas est apparu dans la période où l’islam était en plein essor et seulement quelques années avant que les Musulmans ne conquièrent Jérusalem ».

Van der Horst conclut : « Au cours des siècles, de nombreuses mesures discriminatoires ont été prises dans les milieux chrétiens contre les Juifs. L’infrastructure pour le faire a été fondée dès les tout-débuts de l’Histoire du Christianisme,mais pas au temps de Jésus ni immédiatement après ».

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

8 COMMENTS

  1. LÀ EST LA QUESTION.? Moi, je détestait « la religion » « Catholique » son histoire et son « hypocrisie » Puis j’ai crier à Dieu « Si tu existe » car j’étais désespéré. Et puis j’ai d’écouvert Jésus le Christ celui que Balavoine chante « où est le messie ? Et m’a vie a été transformé car le salut vient des Juifs (Jésus vrais Juif) et je suis tombé profondément amoureux d’Israël Du Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob et c’est en lisant le combat de Jacob et de l’ange que j’ai dit à Dieu que je ne le lâcherais pas qu’Il me bénisse. Je ne suis pas Juif, mais je sais une chose, c’est que le Dieu d’Israël (Jacob) ma donner l’espérance.
    J’ai eu la joie de me rendre deux fois en Israël, et entre autre en 1999 avec des équipes international pour demander pardon pour tout le mal que des personnes se disant chrétienne on pu faire à votre peuple. Car « Les fils de tes oppresseurs viendrons s’humilier devant toi » Esaïe 60 : 14
    Ce sont des religieux qui ont accusés les Juifs et ces religieux n’ont rien comprit à ce que Jésus leur a enseigné: Je vous donne un nouveau commandement « Tu aimeras ton prochain comme toi même » ce qui est déjà dans la Torah. Et nous voyons actuellement ce que la religion peut faire!
    Toutes les nations de la terre seront bénies EN ta postérité… Genèse 22 : 18 Et aujourd’hui je suis au bénéfice de la promesse d’Abraham par Jésus-Christ. Que l’on est d’accord où pas ça ne change rien à ma foi, à mon amour pour Israël…
    Pour moi bien sur Jésus revient. Pas à Paris… Mais à Jérusalem et si vous comprenez les temps, vous voyez que ceux qui sont combattue aujourd’hui, ce sont les Juifs et les Chrétiens. Et tout l’enjeu qui est au centre est Jérusalem, car Israël est revenu sur Sa Terre que Dieu lui a promis. Et Dieu appel ses enfants à revenir à la Maison du Père et ça sera le dernière exode. Israël attend le Messie, et avec vous Israël nous aussi, et tout œil le verra.
    Un grand merci à vous tous, sachez que beaucoup de chrétiens sur toute la terre vous aiment, vous soutiennent et vous bénissent.
    Et merci pour la Torah, « elle est comme des pommes d’or sur des ciselures d’argent »

    Schalom

  2. En tant que Chrétien, je dois regarder bien en face tout cela pour pouvoir y tourner le dos aujourd’hui et dire (et agir) fermement: rien de tout cela n’aura prise sur ma vie. Je suis Chrétien parce que Abraham, Isaac et Jacob ont conclu une alliance avec le seul Dieu, que le peuple qui est né d’eux a gardé fidèlement les Paroles recues de ce Dieu qui les protège comme la prunelle de Son oeil, que des hommes issus de ce peuple sont venu chasser les ténèbres d’idolatrie et de sorcellerie qui tenaient mes ancêtres en esclavage spirituel. Je n’ai que des raisons de bénir Israël et je chasserai l’antisémitisme de ma vie comme les Juifs éliminent toute trace de levain de leur maison avant Pessah …

  3. les Juifs ont commencé par ex-synagoguer (terme technique) les Chrétiens, ou plutôt les judéo-chrétiens, faisant son lot de premiers martyres, puis les Pères d el’0Eglise comme les apôtres ont enraciné définitivement le christianisme dans le judaïsme, puis Constantin à ouvert à la tolérance, puis Théodose a fermé sur le dogme et les visions déicides ont suivi. Avec la Réforme protestante et Vatican II, les choses changent et ce serait bien qu’on le reconnaisse et qu’on construise sur les côtés positifs qui sont d’ailleurs fondateurs de notre identité. L’ennemi est ailleurs. Dommage qu’un professeur soit aussi peu respectueux de la vérité historique et des enjeux réels et qu’il soit ainsi relayé.

    • Relayer le déni constitutif de la théologie de la Substitution,ce n’est guère plus « malin » (quoi qu’il ait à voir dans ces détours écclésiastiques!). Le Christianisme, en plongeant ses racines dans le panthéon des « dieux païens » transformés en Saints a surtout orchestré et enseigné l’ignorance (contre la Torah : Enseignement), l’immobilisme, notamment à l’égard des Juifs (mais aussi des « Sorcières, etc) et cherché la protection des pouvoirs séculiers, par tous les moyens, en désignant des boucs-émissaires. A toutes les époques. Il a fallu de grandes catastrophes pour que les Chrétiens commencent à nourrir un très vague sentiment de culpabilité et que de très rares éclairés commencent à faire un petit pas. C’était, il n’y a guère plus de 55 ans, aussi un peu de modestie serait de rigueur scientifique.

  4. Article très intéressant. J’apprends plein de choses que le catéchisme ne m’à jamais enseigné.
    J’invite tout croyant sincère de la Tora à ne jamais ouvrir l’Évangile ou les lettres de Paul, il n’y trouverait pas trace de cet antisémitisme. Durant au minimum le premier siècle de notre ère, le judaïsme officiel ne se distingue pas aux yeux des païens de la plus dynamique de ses voies.
    Les romains ont aussi visé les chrétiens quand par trois fois ils ont massacré les juifs : guerre de 70 de Jérusalem et de l’or du Temple, guerre de 100 d’Alexandrie et de quasi-extermination des juifs dans toutes les villes de l’Empire, guerre de 130 de Judée et de Rabbi Akiba qui a fait détruire tous les manuscrits originaux en hébreu et araméen des Evangiles.
    Il ne restait plus aux païens convertis qu’à prendre le pouvoir interne, imposer la traduction grecque par rapport à toutes les autres et surtout la Peschitta! Et attendre la consécration extérieure et le pouvoir séculier qui vient avec. Soit 15 ans ~ avant l’an 400.
    Ce qui rend plus compréhensible la dernière phrase de l’article par rapport au corps du dit article.

  5. les sois disant chrétiens qui accusent les juifs d’avoir tué jeshua, n’ont rien compris.
    dans les evangiles le christ dit . 10.17
    Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre.
    10.18
    Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre: tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père.
    donc s’ils sont fideles a leur doctrine ils auraient dû comprendre que les juifs ne sont pas plus responsable qu’eux.
    de plus jeshua (jesus) est considéré comme l’agneau de dieu qui ote le peché du monde par son sacrifice(agneau de pessah, sang sur les lintaux etc).
    jesus respectait a 100% la loi de dieu, les fetes etc… c’etait un vrai juif.
    il s’est heurté au pouvoir religieux qui n’a pas accepté qu’il se dise fils de dieu.
    c’est un scandale pour eux.
    de plus si jesus n’était pas mort ainsi, serait -ils chrétiens????
    cette haine qu’ils ont des juifs est de leur propre chef, ce n’est surement pas leur seigneur qui le leur a dit.
    la jalousie aussi, car les juifs sont le peuple elu, ils pensent peut-etre qu’ils auraient fait mieux.
    si jesus revenait aujourd’hui, comme il est venu a cette epoque, simplement, c’est eux qui le crucifierait.
    j’encouragerai plutôt les chrétiens qui pensent que les juifs ont tué leur dieu, de se repentir au plus vite,
    car s’ils croient que leur messie revient, c’est a jerusalem qu’il revient, pour retablir les 12 tribus d’israel et son royaume.
    béni soit l’Eternel qui rassemble son peuple dans sa terre

    • Commentaire intéressant.
      Mais deux petites remarques : Les juifs de l’époque ne pouvaient surtout pas considérer le Rabbin Yeshua comme le Messie car il ne répond pas aux différents critères du Messie et notamment qu’il n’était pas de filiation davidique.
      Et les juifs d’aujourd’hui ne peuvent croire que le Messie revient à Jérusalem, tout simplement car il n’est encore jamais venu…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here