La puissance exponentielle de l’Iran en mer ©

1
38

L’Iran va probablement faire des achats en masse et acquérir des navires de surface, des sous-marins et des missiles anti-navires dès la levée des sanctions en 2020 une fois la résolution de l’ONU lui interdisant l’acquisition d’armes sophistiquées arrivée à expiration.

L’expiration «permettra à l’Iran de poursuivre des acquisitions étrangères qui lui ont été inaccessibles depuis en raison des sanctions », selon une nouvelle évaluation des forces navales de l’Iran, de sa stratégie et ses capacités, selon un rapport de 44 pages intitulé «Les forces navales de l’Iran».

L’interdiction des armes classiques sera levée dans le cadre de l’accord international conclu en juillet 2015 entre les Etats-Unis, cinq alliés et l’Iran afin de réduire son programme nucléaire en échange de l’assouplissement des sanctions internationales. Ce rapport de la Marine sera certainement cité par ceux qui sont d’accord avec les dires du président Donald Trump qui a qualifié cet accord nucléaire de «la pire affaire jamais négociée».

L’administration Trump n’a pas réussi à obtenir que les États-Unis se retirent de l’accord. Le secrétaire à la Défense, James Mattis, a déclaré aux sénateurs que «c’est un accord de contrôle imparfait », mais «quand l’Amérique donne sa parole, elle doit la respecter et coopérer avec ses alliés. Le nouveau rapport peut cependant renforcer les démarches du Congrès pour imposer de nouvelles sanctions à l’Iran en raison de son soutien au terrorisme et à ses essais de missiles balistiques.

Pour l’instant, l’Iran va vraisemblablement continuer à déployer des armes indigènes que ses ingénieurs ont copiées à partir de maquettes étrangères, y compris des missiles de croisière anti-navire lancés depuis des sous-marins, la torpille haute vitesse «Hoot», un missile de croisière anti-navire supersonique, dont l’Iran revendique le développement », selon le rapport de la Marine.

Après la levée des sanctions en 2020, «l’Iran pourra envisager des acquisitions étrangères de navires et sous-marins avec un large éventail d’armes. Apparemment, l’Iran a entamé des négociations avec la Russie pour l’acquisition du SS-N-26 Yakhont, de défense côtière équipé de missiles de croisière. La Russie aurait vendu le missile d’une portée de 300 kilomètres à la Syrie, selon la US Defense Intelligence Agency.

Le rapport décrit les principaux éléments de la stratégie de défense de l’Iran comme étant des «missiles balistiques, des forces navales et des mandataires dans la région». Il a déclaré que «chacun de ces moyens permettrait de cibler les voisins régionaux ou les forces militaires basées ou opérant dans la région . « Il a dit que la marine iranienne conventionnelle exploite 14  Yonoclass midget nord-coréen, des sous-marins produits en Iran qui sont chacun capable de transporter deux torpilles poids lourds.

Le rapport fait référence à «deux marines» l’une étant celle du Corps de la Garde révolutionnaire islamique, IRGC, qui est fidèle à la théocratie iranienne et depuis 2007,  qui a harcelé les navires américains.

Trump a promis une réponse plus agressive au harcèlement iranien des navires américains.  L’évaluation du renseignement naval souligne l’importance que l’Iran accorde à ces «petits bateaux» car le CGR a «continué à s’équiper d’embarcations plus petites et plus rapides, équipées d’armes sophistiquées, idéalement adaptées à sa doctrine asymétrique».

De 1996 à 2006, les gardiens de la révolution ont reçu environ 46 bateaux d’attaque rapide en provenance de Chine et de Corée du Nord, équipés de torpilles, de missiles anti-navires à courte portée ou les deux, pouvant atteindre des vitesses de 40 à 50 nœuds.

Bien qu’ «individuellement, ces améliorations ne puissent pas concurrencer la technologie occidentale» dans son ensemble, «elles pourraient représenter un danger en particulier lorsqu’elles sont employées dans des espaces stratégiques comme le golfe Persique et le détroit d’Ormuz», où transitent 20,5 millions de barils de pétrole, soit 34% des exportations mondiales de pétrole, selon un graphique du rapport.

 

Anthony Capaccio

Bloomberg adaptation JForum

1 COMMENT

  1. cela va se terminer par une guerre.
    l’Iran va l’emporter au debut grace à l’effet de surprise et à la proximité, mais sera ensuite ecrasé par la puissance americaine. Un remake n’est-ce pas ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here