La première version intégrale du Coran en hébreu biblique ©

1
20
?????????????????????????????????????????????????????????

                                  Traduction ou judaïsation ?

Préliminaires

Mais qui était, au juste, ce juif de culture allemande, né en Moravie, en 1825 et mort cinquante ans plus tard à Heidelberg où il occupa, des années durant, un poste de professeur de langues sémitiques (surtout l’arabe) à l’université ?

000000008205_0002

Ce juif traditionaliste, très ouvert à la culture profane, nommé Hermann Reckendorf, et qui signait aussi de son nom hébraïque Tswi Hayyim Zéév ben Salomon, avait une autre particularité : son propre fils (1863-1923) portait les mêmes nom et prénom que lui et avait embrassé une identique carrière d’orientaliste. Cette passion pour les cultures et les langues sémitiques était donc de famille. De même que le désir sincère de s’ouvrir aux cultures et aux traditions religieuses d’autrui. Mais nous verrons plus bas que cet effort d’acculturation n’était pas vraiment dépourvu d’arrière-pensées apologétiques et que tout ce travail visait à faire du Coran une pâle copie de la Bible hébraïque. Cette tentative n’en demeure pas moins utile et fort intéressante car elle nous met en présence d’un Juif émancipé, imprégné de culture allemande et passionné d’orientalisme. Ce n’est certes pas un éminent islamologue de la classe de Moritz Steinschneider ni d’Ignaz Goldziher mais cet homme a ouvert la voie à des travaux vraiment scientifiques.

En bon Juif morave qu’il était, (il naquit à Trebitsch moins de quarante ans après la mort de Moïse Mendelssohn), Reckendorf avait étudié les matières juives classiques (Bible, Talmud, midrash et halakha) dans des institutions religieuses; après avoir achevé ce cycle d’études, il éprouva le besoin d’élargir son champ de recherche aux langues sémitiques apparentées à l’hébreu, et notamment l’arabe ; quant à l’araméen, cette langue lui était devenue familière grâce à quelques chapitres du livre de Daniel et à l’immense corpus talmudique rédigé dans cette langue et qu’il maîtrisait parfaitement. C’est à l’université de Leipzig, réputée pour ses prestigieuses chaires d’orientalisme, que Reckendorf acquerra toutes ces connaissances en philologie arabe et en histoire des religions. À l’âge de trente-deux ans, il réalisera enfin son rêve : publier en 1857, à partir du texte arabe, une version intégrale du Coran en hébreu biblique.

Comme tant d’autres adeptes des Lumières juives (les maskilim), Reckendorf avait été influencé par un ouvrage français qui fit sensation à l’époque, Les Mystères de Paris d’Eugène Sue. Il publia donc, peu de temps avant sa traduction, un récit largement romancé de l’histoire juive en cinq volumes qu’il intitulera Les Mystères des Juifs. Cette  fébrile activité littéraire montre que notre auteur était entièrement acquis aux idéaux de l’Aufklärung hébraïque dont le but essentiel était de favoriser la renaissance de l’Hébreu qui devait passer du statut de vestige historique à celui de langue vivante. Et la traduction du Coran en hébreu avait un double objectif : ranimer, fluidifier  la langue de la Bible en la confrontant à un idiome, certes, autre, mais si proche philologiquement et élargir, par la même occasion, l’horizon intellectuel et spirituel des Juifs qui se sentaient un peu à l’étroit dans les quatre coudées du midrash et du Talmud. La langue arabe est infiniment plus riche que sa sœur hébraïque : près de trois mille cinq cents racines d’une part et un peu plus de mille cinq cents, d’autre part…

De l’Arabe à l’Hébreu : une voie déjà largement empruntée par les traducteurs juifs du Moyen Age

L’école des traducteurs de Tolède est bien connue, celle des familles de traducteurs juifs comme les Tibbonides, les Kalonymides et les Kimhides l’est beaucoup moins. Or, au cours des premiers siècles de la conquête arabo-musulmane, les Juifs ne restèrent pas à l’écart du vaste débat philosophique qui s’engagea entre la religion des conquérants, d’une part, et les croyances du christianisme, d’autre part, sans même parler  du legs de l’hellénisme tardif. Ce furent des moines nestoriens, entre autres, qui jetèrent une passerelle entre la langue grecque des philosophes classique (Platon et Aristote) et la langue des nouveaux maîtres. C’est ce courant de pensée et ce vaste mouvement traducteur qui générèrent les falasifa, les représentants musulmans de la pensée grecque, tels Abu Nasr al-Farabi, Ibn Badja (l’Avempace des Latins), le persan Avicenne, le cordouan Averroès et des penseurs profonds comme le médecin philosophe Ibn Tufayl ou le mystique antiphilosophique Abu Hamid Al-Ghazali (ob. 1111). Des auteurs juifs comme Saadia Gaon (882-942), Salomon ibn Gabirol (1020-1050) Juda ha-Lévi (1075-1140) et même Moïse Maimonide (1138-1204), l’auteur du Guide des égarés, avaient rédigé leurs ouvrages philosophiques en langue arabe, transcrite en caractères hébraïques. Ces familles de traducteurs, citées plus haut, se virent confier la tâche de tout transposer en hébreu. On peut donc dire que ces relations de bon voisinage entre l’hébreu et une langue sœur, l’arabe, ne dataient pas d’hier… Certes, à partir du XIVe siècle, un autre processus prit le relais puisque la quasi-totalité des œuvres philosophiques juives fut directement rédigée en Hébreu. L’arabe comme langue philosophique des Juifs ne se maintint qu’en Orient (Yémen, Irak). On peut citer en guise d’exemple, le propre fils de Maimonide, Abraham (1186-1237), l’auteur d’un ouvrage piétiste rédigé en arabe Kitab kifayat al-abidin (Le manuel des fidèles). Mais l’impulsion était donnée : le passage d’une langue à l’autre n’était pas une affaire extraordinaire, sauf que le trajet inverse effectué par Reckendorf bénéficia en son temps d’une originalité absolue.

Le milieu producteur et l’environnement judéo européen de la seconde moitié du XIXe siècle

Né en 1825, Reckendorf baignait donc dans un environnement marqué par les idéaux de la haskala, les Lumières juives. Ce terme constitue à lui seul tout un programme : si les hauts murs du Ghetto étaient enfin tombés, les Juifs n’étaient pas encore au bout de leurs peines ; ils devaient à présent, après plusieurs siècles d’absence du dialogue entre les cultures, se mesurer à la culture européenne en prouvant que celle-ci était parfaitement compatible avec leur identité juive. Mais alors pourquoi une traduction du Coran ? Cela s’explique par les données de la culture germanique de l’époque : n’oublions pas qu’un génie comme Goethe avait rédigé entre 1819 et 1827 son West-östlicher Diwan (Divan occidental-oriental) et que l’Orient a toujours fasciné les Allemands qui avaient fondé une société savante orientale (Deutsche morgenländische Gesellschaft) dont le périodique publiait de nombreuses études ainsi que des traductions d’œuvres en langue arabe.

Au plan philosophique, on signalera que l’œuvre d’Averroès, le Traité décisif (Fasl al-Maqal) fut éditée en arabe par le célèbre orientaliste allemand J.M. Müller en 1859 et qu’il fallut attendre 1875 pour disposer enfin d’une traduction fiable. Donc, dans les deux cas, Reckendorf avait fait œuvre de pionnier : le public juif non arabisant pouvait lire sa traduction du Coran dès 1857.

Reckendorf ne fut pas le premier à faire cette tentative puisque au moins deux autres juifs l’avaient précédé.  Emmanuel Jacob ben Israël ha-Lévi traduisit le Coran au XVIIe siècle en se servant d’une traduction italienne, elle-même faite sur une source latine, tandis qu’un autre savant juif, converti par la suite au christianisme, Jacob van Dort, a travaillé à partir d’une copie en néerlandais…L’originalité de Reckendorf tient donc à deux facteurs : il fut le premier à traduire le Coran à partir de l’original arabe alors que ses deux prédécesseurs s’étaient servis, comme on vient de le mentionner, l’un d’une version latino italienne et l’autre d’une version néerlandaise, et surtout aussi parce qu’il fut le premier à procurer une version intégrale du livre sacré de l’islam.

Reckendorf a vécu à une époque qui connut l’essor de la science du judaïsme (voir mon QSJ du même nom aux PUF, 1996), laquelle exigeait que les candidats au rabbinat fussent aussi titulaires d’un doctorat en sciences humaines. Et la plupart de ces jeunes gens qui se destinaient à ces fonctions rabbiniques choisissaient un sujet tiré du Moyen Âge judéo-arabe. On peut donc en inférer que la civilisation musulmane et la langue arabe avaient le vent en poupe. Les Juifs de son temps là luttaient pour l’acquisition des droits civiques que la société germano chrétienne leur refusait. Ils voulaient donc montrer qu’une autre civilisation, plus éclairée que la leur, avait fait preuve d’une plus grande tolérance en laissant les Juifs donner libre cours à leurs élans de créativité…

Le plus grand bibliographe juif de tous les temps (G.Scholem l’a même comparé au sage rabbi Akiba dont le Talmud vante les immenses capacités intellectuelles), Moritz Steinschneider (1816-1907), nous a laissé un insurpassable travail intitulé Les traductions hébraïques du Moyen Âge et les Juifs en tant que traducteurs.  Il a aussi rédigé une vaste étude sur La littérature arabe des Juifs. Et coïncidence stupéfiante, Steinschneider, nous y apprend qu’il avait commencé à traduire le Coran en hébreu sans aller au bout de sa  tâche, car le marché n’aurait pas supporté deux versions de la même source, la sienne et celle de Reckendorf, parue en1857 ! On peut dire, sans risque de se tromper, que le grand savant juif n’aurait pas commis la même erreur que son contemporain qui, en judaïsant sa traduction et  en réécrivant sa source, a fait du Coran le sous-produit d’autre chose. J’y reviendrai infra.

L’aire culturelle germanique, qui englobait les pays originellement germaniques comme l’Allemagne et l’Autriche mais aussi l’ensemble des pays d’Europe centrale et orientale (la fameuse Mitteleuropa des généraux prussiens), avait développé depuis les XVII-XVIIIe siècles un intérêt soutenu pour l’orientalisme et notamment pour la culture islamique. De grandes maisons d’édition s’étaient consacrées à la publication d’ouvrages savants sur le Coran et la culture islamique. On peut donc raisonnablement supposer que Reckendorf, tout en restant très attaché à sa religion et à sa culture d’origine, a voulu mettre à la portée de ses coreligionnaires un important texte religieux en surmontant le handicap linguistique qui leur en interdisait l’accès.

De quelle langue hébraïque parlons nous ?

Je disais plus haut une traduction du Coran en hébreu biblique. Mais quelle était au juste la nature de cette langue ? Je souligne d’emblée que même les recenseurs critiques de la traduction de Reckendorf reconnaissaient la fluidité et l’élégance de son Hébreu. On peut qualifier cette traduction de néobiblique, mais à laquelle s’ajoutent d’autres niveaux de langue, comme le corpus talmudique, mishnique et rabbinique. Sans oublier l’hébreu de la haskala dont l’objectif majeur était bien la renaissance de cette langue ancestrale. Cependant, l’auteur ressentait intuitivement une certaine affinité entre ces deux langues, l’hébreu et l’arabe, et considérait aussi, en le disant parfaitement maladroitement, qu’il existait, entre les essences respectives de ces deux documents révélés, une indéniable affinité, même s’il considérait, au vu des influences subies, que le Coran s’était largement inspiré des sources bibliques… Le style, le vocabulaire, les tournures, voire même les sonorités, sans oublier les thèmes bibliques n’étaient pas sans trahir une évidente parenté ou au moins, une certaine proximité, entre les deux textes. Et dans toute cette affaire, Reckendorf accordait une très large place à la langue de la Bible.

Est-il permis de penser que Reckendorf dont le travail est au moins une fois traité d’imposture (p 298) par Me Naima Afif  a cherché à établir un improbable dialogue interreligieux entre judaïsme et islam ? Ou a-t-il, tout au contraire, cherché à montrer l’insurpassable supériorité de sa propre tradition religieuse ? Tout porte à croire que c’est ce dernier point qui l’a emporté dans l’esprit d’un traducteur qui n’a pas toujours respecté l’esprit et la lettre de sa source. Mais la polémique religieuse entre l’islam et le judaïsme remonte au Moyen Age ; on peut citer les Fiçal du théologien Ibn Hazm (IX-Xe siècle) et même à l’époque de Maimonide, le pamphlet rédigé en 1175 (Ifham al-yahoud : le bâillonnement des Juifs) par le juif converti, Samawal la-Maghribi… Il est vrai que Reckendorf cherche à atteindre le même objectif en usant d’autres moyens.

De l’hébraïsation à la judaïsation

Dès le titre de cette traduction hébraïque du Coran, Al-Qor’an o ha-Miqra (littéralement : le Coran ou la Bible) l’auteur attentif se rend compte de l’objectif de Reckendorf : montrer que le Coran est une Bible à destination des Mahométans (sic). C’est ce processus que l’auteur entreprend de démonter dans la partie principale (pp 35-195) de cet excellent travail, mené selon les règles de la philologie et de la critique historique. Elle y traite du corpus des thèmes et des versets apparentés à la Bible hébraïque. Madame Afif en répertorie plusieurs dizaines qu’on ne pourra envisager ici que très partiellement.

On commencera par la deuxième sourate du Coran qui en compte 114. Cette sourate d’une exceptionnelle longueur reprend les thèmes centraux de la narration biblique, sans en respecter nécessairement l’ordre chronologique : voici des exemples  tirés de cette sourate 2 : Pharaon et la mise à mort par noyade des nouveau-nés mâles ; la traversée à sec de la Mer rouge ;  le don de la Tora ; le châtiment des enfants d’Israël à cause du veau d’or ; les enfants d’Israël qui demandent à voir Dieu mais Reckendorf souligne qu’un tel fait est absolument inconnu du corpus biblique ; les enfants d’Israël se plaignent de la manne et des cailles ; l’épisode de la vache rousse qui renvoie au livre des Nombres (19) et du Deutéronome (21) ; les enfants d’Israël exigent d’avoir un roi ; l’élection de Saül ; le roi éprouve le courage et la résistance de ses combattants … On lit ici des analyses comparatives du lemme coranique et de la version hébraïque, censée le traduire : les versets en hébreu tentent constamment de revenir vers les passages bibliques, cherchant ainsi à dénier toute trace d’originalité au Coran.

La méthode de Reckendorf ne varie pas : il réécrit, transforme et adapte sa traduction à ce qu’il considère être la matrice originelle du Coran, à savoir la Bible hébraïque. Sa traduction se veut une sorte de remise en ordre, une recherche des sources (Quellenforschung). Un dernier exemple qui montre bien cette intention fondamentale : là où le Coran dit de Dieu qu’il est exalté et puissant (wa huwwa al ‘ali al ‘adhim) Reckendorf estime avoir trouvé la vraie source de cette phrase dans un verset des Psaumes (24 ;8) qui se lit ainsi Adonaï ‘izzuz we-gibbor… Même les noms divins sont judaïsés, ce qui justifie la sévérité du jugement final de Madame Afif : 

Reckendorf a procédé à la révision des versets constituant le noyau de la théologie coranique. Les réorientations imposées au bloc étudié ne sont guère imputables au hasard et témoignent d’une stratégie cohérente de judaïsation. La version hébraïque passe sous silence l’attente d’un prophète issu d’Ismaël, se conforme à la conception biblique de l’alliance et confirme l’élection d’Israël. Corollairement, Reckendorf introduit dans le Coran  la preuve de sa propre imposture et fait en sorte… que des fondements coraniques de l’islam, il ne reste plus rien.  (p 298.)

Ce qui est profondément injuste et ne correspond nullement à ce que l’on attend d’un traducteur servant fidèlement sa source.  On peut opposer à cette démarche une tournure nettement différente et plus conforme à l’éthique de vérité dictée par la méthode historico-critique, celle d’Abraham Geiger (ob. 1872), défendue en 1833 à l’université de Bonn dans une thèse qui remporta un prix et dont l’intitulé est le suivant : Was hat Muhammad aus dem Judenthume aufgenommen ?

La réception de la traduction du Coran de Reckendorf

Le traducteur a inséré en guise d’introduction à son œuvre une étude où il examine l’état de l’Arabie antéislamique, le contenu doctrinal du Coran et la vie du prophète. Il a donc voulu donner une image la plus complète possible de son travail. Comment les contemporains ont-ils réagi ? On notera tout d’abord l’attitude de certains milieux religieux qui attachaient une très grande importance à la sacralité de la langue hébraïque.  Et qui jugeaient qu’il s’agissait ici d’une véritable profanation… Même plus tard, au début des années vingt, un philosophe aussi ouvert que Franz Rosenzweig désapprouvera la traduction en hébreu de l’Ethique de Spinoza par un poète-philosophe Jacob Klatzkin (1882-1948) ; selon l’auteur de l’Etoile de la rédemption une telle œuvre constitue un affront à la sacralité de la langue hébraïque…

Le monde savant, tant en France qu’en Allemagne, a manifesté des réactions plutôt modérées. Isaac Markus Jost (1793-1861), l’un des pionniers de l’historiographie juive moderne, avait annoncé de manière neutre la prochaine traduction intégrale du Coran par Reckendorf, dans un journal communautaire allemand auquel tous les foyers juifs étaient abonnés, l’Allgemeine Zeitung des Judentums (AZJ). Un autre savant de la même époque, le professeur Joseph Perlès (1835-1894) réserva à ce travail un accueil plutôt froid : traduire un tel texte serait une perte de temps et d’énergie, le livre à écrire eût dû porter, selon le recenseur, sur les influences bibliques subies par la source arabo-musulmane. Mais au fond, c’est bien ce que Reckendorf a fait et c’est bien ce que nous lui reprochons..  Mais ce traducteur a pris soin de mettre de son côté deux éminents savants contemporains, qu’il remercie d’ailleurs à la fin de son exposé introductif : Le savant prédicateur Adolph Jellinek ( 1821-1895) et  l’orientaliste érudit Julius Fürst ( 1805-1873).

En France, c’est le rabbin libéral Samuel Cahen qui évoqua le projet de Reckendorf en termes plutôt favorables dans un fascicule des Archives Israélites de 1859

On apprend aussi qu’une copie parcellaire de la traduction de Reckendorf a été retrouvée dans la bibliothèque d’un ancien grand rabbin de la ville de Fès, Aharon Abitbol (1867-1946). Ce texte est désormais conservé à la bibliothèque de l’Université hébraïque de Jérusalem..

Qu’est devenue la traduction de Reckensdorf aujourd’hui ? Elle n’a plus qu’une valeur documentaire et n’a jamais été rééditée depuis 1857. Entretemps, d’authentiques traductions du Coran en Hébreu moderne ont été publiées, en 1936, par J.J. Rivlin, en 1971 par Benshemesh et en 2005 par U. Rubin.

La leçon à tirer de toute cette affaire est que la paix religieuse entre les peuples est nettement supérieure à tout le reste. Condorcet avait dit : La vérité appartient à ceux qui la cherchent et non à ceux qui la prétendent détenir… Gottlob Ephraïm Lessing avait dit à peu de choses près la même chose dans sa parabole des trois anneaux.

A méditer…

Maurice-Ruben HAYOUN

1778844060

*Naima AFIF, Une version du Coran en hébreu biblique. La traduction du Coran par Hermann Reckendorf (Al-Qur’an o ha-Miqra). Université catholique de Louvain Faculté de philosophie, des arts et lettres. Louvain-La-Neuve 2014-2015

 

 

 

 

 

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here